Vernon, davantage d’argent pour la réhabilitation du quartier des Boutardes


Avenant ANRUEn jargon choisi, les spécialistes appellent cela "Signature de l'avenant de sortie de la Convention de Rénovation Urbaine du quartier des Boutardes". Les représentants des diverses collectivités, contributrices, se sont retrouvés pour la signature donnant lieu à une révision, à la hausse, de l'enveloppe consacrée à l'immense chantier.

 

Le quartier des Boutardes est sorti de terre dans les années 70. Quarante plus tard, il faut construire, réhabiliter, aménager et équiper. A Vernon, comme dans nombreuses villes et quartiers, c'est l'Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU) qui a été chargé des opérations. En résumé, l'ANRU est diligentée et financée par l'Etat, sous condition de l'implication directe des collectivités territoriales. Outre l'Etat, la Région, le département, l'Agglo et la commune, mettent la main à la poche, pour être plus précis, dans celle du contribuable. C'est la loi du genre quand s'agit de financements publics et aussi de solidarité nationale et locale.

Ainsi, depuis 2008, le quartier change de visage. Des immeubles vétustes ont été rasés. D'autres construits, d'autres encore réhabilités. Des chaussées et places, redessinées, des réseaux électriques, d'eau, de tout-à-l'égout, nouvellement aménagés.

Bilan financier de la proposition d'avenant

Le projet est porté, aujourd'hui, à 78 millions d'euros. En 2008, origine de cette rénovation urbaine, il était de 67 millions d'euros. En 2010, il fallait rajouter 1 million, soit un total de 68 millions. En 2012, il monte à 75 millions et en 2013 il grimpe à 78 millions. Personne ne sait à quel niveau il se situera en 2016, année de la fin de l'ensemble des travaux. Dans ce tourbillon de millions, le département diminue légèrement sa participation. La ville de Vernon l'augmente de 1,6 million d'euro. Recul aussi de 1,15 million pour Eure-Habitat depuis le dernier avenant de 2012, mais atteint + 2 millions depuis 2008. Enfin + 2 millions pour la Secomile. L'on s'aperçoit, aussi, que plusieurs opérations de constructions dans la ville, indépendantes de l'ANRU, y ont été rattachées en cours de route. C'est le cas des logements de la rue Adolphe Vard, actuellement en construction, entre autres.

Faut-il ralentir les investissements en période de crise?

La question a été posée (vidéo) à Alfred Recours, conseiller général de Conches et président d'Eure-Habitat. Question posée suite au rapport de la Cour des Comptes, qui estime que les collectivités territoriales sont trop dépensières. Elles augmenteraient ces dépenses au rythme de 5,5% l'an, ce qui est beaucoup trop en période de vaches maigres.

Dossier, détails de l'avenant. Instructif: Téléchargement Ppt signature avenant sortie 151013 [Mode de compatibilité]

 

 

Categories: Eure

Write a Comment