Vernon, parkings de 3ème dimension

Vernon, parkings de 3ème dimension

Le stationnement payant est une règle absolue, généralisée. Parallèlement, existait le stationnement gratuit ou réglementé par des durées de temps. Le choix s’offraient, ainsi, aux automobilistes selon les distances séparant le centre-ville des parkings. A Vernon , vient d’être créé le parking de 3ème dimension, c’est-à-dire celui qui n’existe nulle part ailleurs, sauf dans l’imagination de ses créateurs. Le but serait d’empêcher les voitures, dites ventouses, de profiter de la situation, plus longtemps.

La municipalité vernonnaise n’a pas été élue, en 2014, pour rien. Il lui fallait mettre de l’ordre dans l’organisation et stopper les petits avantages semés au fil des décennies par les “prédécesseurs irresponsables”. Quatre grands espaces dédiés aux automobilistes étaient ainsi offerts gracieusement. Alors, la “chienlit” s’est terminée un beau matin du 1er octobre. Dorénavant, il faudra cracher au bassinet ou vendre sa voiture. Place de la République, commerçants, employés de commerce et navetteurs du train, osaient se garer toute la journée pour aller travailler. Les chômeurs, eux, n’encombraient pas le parking. Voilà des gens sérieux et responsables. Les aires de stationnement Clemenceau, République, de l’ancien vélodrome et Ambroise Bully, permettaient également à cette foule de salariés, de ranger, pour la journée, leur outil de locomotion. Il devront casquer, dorénavant. Soyons justes, un geste a été consenti par la municipalité aux navetteurs: les parkings Émile Loubet et Ambroise Bully ne leur seront pas facturé. Gratuits, entièrement gratuits. Mais Voilà, ils ne comportent  que 350 places (150 pour Émile Loubet et 200 pour Ambroise Bully), sur les 1 100 véhicules de ces mêmes navetteurs. Outre le parking SNCF, payant, géré par Effage, c’est une majorité de navetteurs qui devra payer, in fine…La gratuité, ici, n’est qu’un geste commercial pour un petit nombre. Une décision qui ne trouverait son vrai sens que si l’ensemble des navetteurs en profitait.

Course contre la montre

Une véritable course contre la montre va s’engager chez les navetteurs. Afin d’être certains de bénéficier du stationnement gratuit, il vont devoir arriver plus tôt. Au moins 30 minutes avant. Et comme beaucoup d’entre eux vont avoir le même réflexe, se sera une véritable course contre la montre. Les conséquences néfastes sont évidentes.

Diverses zones

La mairie de Vernon a édité une carte de la ville comprenant les diverses zones de stationnement. La zone bleue permettant trois heures de stationnement est changée et ramenée à 1h30. La zone violette pour les rues autour de la gare, offrait aux riverains le staionnement sans condition de durée, avec un badge facturé 2 € chaque année. Cette zone est maintenue mais coûtera 33 € par an. Un peu d’impôt glissé subrepticement, sans douleur. C’est de la politique, il faut quand même le savoir.

Aérer le centre-ville

Il est dit que cette nouvelle organisation va bénéficié au commerce local. C’est un point de vue. Il y en a un autre: la fuite vers les grandes surfaces, lesquelles offrent parkings à profusion et entièrement gratuits. Faudra voir, avec le temps, ce qu’auront choisi les consommateurs.

Morale, y a-t-il une morale?

Oui. Elle est électoraliste. Les électeurs ont choisi en mars 2014 l’équipe qui avait leur préférence. Le stationnement à Vernon figurait dans le programme de Sébastien Lecornu. Il tient ses promesses. L’opposition devra faire avec et les vernonnais se résigner à payer. C’est la dure loi de la démocratie. Ce qui n’empêche, aucunement, d’avoir un avis différent. Heureusement!

 

 

 

Categories: Eure

Write a Comment