Vernon, l’avenir de l’hôpital toujours en suspend


HôpitalRien est réglé sur l'avenir de l'hôpital de Vernon. Après le transfert de certains services sur Evreux, c'est la suppression de 14 lits qui met en émoi personnel hospitalier et chirurgiens. Le comité de défense du centre hospitalier organise une réunion publique le jeudi 30 mai à 20h à l'Espace Philippe Auguste. Il invite les vernonnais à venir écouter les orateurs sur l'état d'urgence de l'hôpital.

  

Le sujet est important et cependant il ne suscite que peu d'intérêt chez les vernonnais. C'est un contat établi si l'on en juge par par le peu de succès du stand installé sur le marché samedi matin par le comité de défense. Quelques personnes seulement s'y sont attardées pour s'informer. L'on surtout vu des couples, plutôt jeunes, repousser avec dédain le tract tendu par le docteur Colletis et ses amis. Ceux-là sont peut-etre certains de ne pas avoir affaire aux services hospitaliers, un jour. Souhaitons-leur…

La réalité sanitaire peut-elle avoir raison sur le dogme comptable?

Les libéraux forcenés braillent et dénoncent en permanence le déficit des hôpitaux. Leur posture cache à peine leur volonté de mettre à terre les ordonnances de 1945 et le système social de santé, qui ont fait de la France le pays le plus civilisé au monde, en la matière. Ces dénonciateurs ne prennent pas la peine de comprendre que le système n'est pas déficitaire, mais a un coût qu'il convient de financer. La santé n'est pas un produit classique que l'on peut économiser. La santé, par définition, est un bien et non un objet. Elle est soumise en permanence aux risques de la maladie. Pour ce faire, il faut des médecins, chirurgiens, du personnel infirmier, aide-soignant, du matériel coûteux. Un ensemble qui ne peut souffrir de méthodes comptables comparables aux biens de consommations traditionnels. Certes, il ne serait pas sérieux de prétendre qu'il n'y a pas de rationnalisation de moyens à réaliser afin de bien utiliser l'argent de tous. Il est nécessaire, en même temps, de trouver des financements divers pour renforcer l'ensemble.

C'est ainsi que les personnels de l'hôpital de Vernon, estiment que l'établissemnt est un formidable atout pour la ville et l'égalité de l'accès aux soins. Que l'hôpital doit relever de nouveaux défis. Ils demandent une pleine autonomie et un changement, urgent, de politique de santé.

Jeudi 30 mai 2013 à 20h, à la salle Maubert du l'Espace Philippe Auguste de Vernon.

Categories: Eure

Comments

  1. José Alcala 23 mai, 2013, 08:58

    @ Henri Clément
    Votre analyse est pertinente et en même temps vous êtes vous-même dans le système que vous dénoncez. Si la réunion du 30 mai est organisée par des militants communistes, il n’en tient qu’à vous de vous y rendre et apporter votre pierre au débat. De même pour les responsables et militants UMP, socialistes, centristes qui auraient des choses à dire. Il ne suffit pas de dénoncer les communistes et la CGT de s’approprier de ce débat, important et parallèlement le négliger…
    Sur l’intérêt des vernonnais, je suis témoin. Durant 45 minutes les seules personnes qui se sont arrêtées devant le stand sont celles qui figurent sur la vidéo, à une ou deux près. L’immense majorité repoussait du revers de la main le tract qui leur était tendu.

  2. Henri Clément 22 mai, 2013, 12:54

    Dire que le sujet intéresse peu les vernonnais n’est pas exact. Il y avait ce jour de Foire aux cerises peu de réceptivité du public pour les messages autres que commerciaux ou d’animation, c’est tout (c’est d’ailleurs intéressant à observer en terme de communication).
    Le comité de défense suscite de l’intérêt quand par exemple il vient au marché, et l’enjeu du maintien des services hospitaliers revient régulièrement dans les conversations quotidiennes de tout un chacun. Mais la question est complexe.
    La vérité est plutôt qu’il y a une fracture consommée entre le public qui souffre le plus de la casse des services publics en général et de l’accès aux soins en particulier, et l’offre – politisée ou non- de mobilisation collective. La confiance est gravement rompue.
    S’il faut participer évidement à l’initiative du comité de défense du centre hospitalier de Vernon, il n’en reste pas moins qu’il faut prendre en compte un constat et informer jusqu’au bout :
    La réunion publique de jeudi 30 mai prochain sera, de fait, très marquée politiquement.
    Sur 7 intervenants nous avons 5 cadres militants du parti communiste, 1 écologiste, tous élus de gauches dans des majorités aux affaires.
    Cela ne retire rien à l’intérêt de leur démarche, leurs analyses ou propositions, mais on ne pourra pas prétendre ensuite réunir le plus grand nombre dans ou autour ce comité, ni convaincre en critiquant un régime auquel on participe de longue date et un gouvernement qu’on a appelé soi-même à faire élire…
    Enfin le slogan démagogique “Touche pas à mon hosto” en rappelle un autre, de sinistre mémoire dans l’oreille du peuple qui s’est vu accusé de racisme congénital depuis des décennies. On ne peut pas faire adhérer des citoyens qu’on stigmatise et criminalise à longueur de journée dans leur essence et leurs demandes.
    Cette rhétorique de la gauche ne passe vraiment plus pour défendre l’intérêt général. Trop tard.

Write a Comment