Vernon, disparition de Bernard Porquerel

Vernon, disparition de Bernard Porquerel

Éditorial

Il n’était pas une personnalité, seulement un personnage. Mais un personnage discret, actif et généreux. Je l’ai connu il y a bien longtemps. A l’école primaire Notre-Dame en premier lieu, à deux pas de la Collégiale où nous étions, aussi, enfants de chœur. Des messes plusieurs fois par semaine, de mariages, d’enterrements, de baptêmes. Puis, le patronage de l’abbé Lenglart, figure cléricale de la ville. C’était l’époque de la France des églises pleines….Nos chemins s’étaient séparés à l’adolescence. Il restait vernonnais et je m’en allais à Pau, Barcelone, puis un retour à Vernon plusieurs années après où j’entrais au service photo et cinéma du LRBA. A mon départ pour la télévision, ORTF de l’époque, il me remplaça avant le transfert vers SEP et y resta jusqu’à la retraite. Truculent dans sa démarche, il avait le souci des autres. L’association qu’il présidait, Association de Vernonnet pour l’Accueil et le Partage (AVAP), était à son image. Ce regard sur les autres était fait d’amitié avant tout et jamais de condescendance. Il voulait le bonheur des plus pauvres, des accidentés de la vie. Je me souviens de ses coups de gueule, car il en avait, contre le mercantilisme et l’égoïsme…Il est mort un lundi, lendemain de Noël. Précisément, c’est le souvenir des messes de Noël, lorsqu’il chantait en soliste “Minuit Chrétien” qui me vient à l’esprit.

Photo/ Bernard Porquerel, au centre, en 1978

Categories: Vernon

Write a Comment