Vernon, budget 2016, les dépenses de fonctionnement en baisse

Vernon, budget 2016, les dépenses de fonctionnement en baisse

Vendredi soir, le maire de Vernon présentera le budget primitif 2016 qui sera voté par la majorité municipale. Pour la deuxième année consécutive le serrage de vis est à l’ordre du jour. Les dépenses de fonctionnement seront encore revues à la baisse “pour permettre des investissements indispensables à la bonne marche de la ville“, précise Sébastien Lecornu. L’ancien maire, aujourd’hui 1er adjoint, réitère sa volonté de ne pas augmenter les taux de fiscalité jusqu’à la fin du mandat, en 2020.

Sébastien Lecornu, entouré du maire, François Ouzilleau et de l’adjoint aux Finances, Thierry Canivet, a donné aux journalistes les principales tendances qui composent le budget primitif, 2016, de la ville. Elle concerne des économies de fonctionnement. Économies qui atteindront -0,76%. Un montant peu spectaculaire mais qui représente, tout de même, 500 000 euros. En comparaison, Monsieur Lecornu précise que son prédécesseur avait augmenté les dépenses de fonctionnement, entre 2012 et 2014, de 4,5% par an. L’effort permettra à la ville un désendettement de -13,5%. Comment ces économies ont été possibles? Par la pratique de la mutualisation avec les services de la Communauté d’Agglomération, d’abord, mais aussi grâce à des décisions très localisées dans les services et Sébastien Lecornu de citer des exemples dans le domaine du patrimoine communal, qu’il est inutile de conserver quand il n’apporte rien à la collectivité; économies dans certains postes de dépenses: moins de rames de papiers grâce à la dématérialisation des documents administratifs désormais numérisés; restriction du parc automobile de la ville: aucun véhicule acheté depuis 2014 et le non remplacement de ceux envoyés à la casse. Au total, 400 000 euros d’économie…L’ensemble aura permis de dégager 3 millions d’euros d’excédent de fonctionnement.

Économies de fonctionnement ici, meilleurs investissements là

Des économies qui vont permettre des investissements d’un montant de 7,7 millions d’euros, grâce aux deux millions de subventions apportés par l’Etat, la Région, le Département (750 000 euros) et l’Établissement Public Foncier de Normandie (EPFN)

Des investissements nécessaires à la réalisation des programmes Cœur de Ville, dont l’aménagement, jusqu’à son terme en 2012, des Berges de la Seine. D’autres projets programmés comme la mise en valeur du patrimoine municipal, notamment de bâtiments; l’aménagement de l’Hôtel de Ville; modernisation de la vidéoprotection; de travaux importants d’écoles. Sébastien Lecornu rappelle qu’il n’y a pas eu de fermetures de classes à Vernon; reconversion de l’école des Boutardes, promu, semble-t-il, à un Pôle important de services publics. Concernant le quartier des Boutardes, les crédits consentis par l’État dans le vaste programme ANRU, dégagent un reliquat de 440 000 euros qui sera utilisé pour le quartier.

Pas d’impôts nouveaux

la promesse sera tenue, insiste Sébastien Lecornu, avec, toutefois, un bémol. Si les taux d’imposition resteront stabilisés, les contribuables vernonnais, comme ceux d’ailleurs, verront une légère augmentation sur leur feuille d’impôts. Elle concerne la “base” d’imposition décidée par l’État. Elle augmente de 0,9%. A noter que le budget global de la ville de Vernon, sections de fonctionnement et d’investissement, s’élève à 38 millions d’euros.

Categories: Vernon

Write a Comment