Vernon 2014, le Front National en embuscade


Erik Ackermann août 2014A l'automne dernier, le Front National implantait à Vernon le Rassemblement Bleu Marine et Erik Ackermann, son chef de file, annonçait la couleur pour Vernon. A sept mois des municipales la liste est en instance de bouclage. Une interrogation subsiste encore, l'alliance avec Bernard Touchagues ancien du FN, qui se présentera quelle que soit la situation. Interview vidéo d'Erik Ackermann

 

Il était intéressant de savoir ce que le leader FN de Vernon pense du futur contrat de redynamisation du site du LRBA, à quelques jours de la signature entre partenaires des collectivités et l'Etat. Sur ce sujet, Erik Ackermann reste un peu évasif. C'est vrai qu'il entre en scène 5 ans après la fermeture du site et qu'il connait encore mal le dossier. Somme toute, il ne fait aucunement confiance "au duo UMPS" contre lequel il est pressé d'en découvre sur divers dossiers de politique municipale….

Erik Ackermann ne dévoile pas grand-chose de son projet, sinon ses intentions de détricoter l'action sociale de la municipalité, trop coûteuse à ses yeux. Manifestement, il compte beaucoup sur la montée, dans l'opinion, du FN en général et de Marine Le Pen en particulier. Sur ce point, sondages et études d'opinion lui donnent raison. Mais est-ce suffisant pour l'emporter au second tour?

Un ticket Touchagues?

C'est un point important pour Erik Ackermann. Faire alliance avec celui qui bénéficie d'une bonne image de marque à Vernon serait un sale coup pour tous ses opposants. La liste, selon lui, pèserait beaucoup plus lourd pour se positionner en tête de la droite. En juin dernier, le responsable départemental du Front, Emmanuel Camoin, semblait très circonspect quant à cette hypothèse, préférant que Bernard Touchagues reprenne sa carte au FN et s'abstienne de toute critique. Evidemment, cette proposition n'a pas été du goût de Monsieur Touchagues. Erik Ackermann a bien compris l'intérêt d'une telle alliance, qu'il essayera d'imposer "en haut lieu". Si l'extrême-droite réussit ce rassemblement, la droite républicaine pourrait avoir du souci. A suivre

les sujets vidéos relatifs aux élections municipales de 2014, dans l'Eure, seront montés avec le jingle caractérisé, en début et fin de reportage.

 

Categories: Eure

Comments

  1. Henri Clément 2 septembre, 2013, 23:15

    Point 1 : Historiquement précis mais depuis les années 80 politiquement faux, tous le monde le sais, en particulier aujourd’hui où les fondements républicains sont fortement questionnés.
    “Point 2, vous affirmez qu’il n’y aura pas de rassemblement à Vernon”
    Non j’ai pas écrit cela, et surtout pas moi, vous êtes bien placé pour le savoir ! J’ai dit qu’il n’y a pas d’extrême droite à Vernon, je l’ai mesuré attentivement. Point barre.
    Point 3, Selon votre définition technique de l’embuscade, tout les candidats sont donc en posture de “buscador”. Vu comme çà… Vous pourrez titrez l’UMP en embuscade, le PS, le PCF en embuscade pour les prochaines interviews. Car il m’étonnerait qu’il ne mettent pas en place un dispositif qui puissent les mener à la victoire.
    Point 4 : l’objet de l’alternance démocratique est effectivement de ne pas laisser les choses en l’état… quoiqu’entre PS et UMP c’est à se demander… Il n’est pas sûr que le terme “détricotage” recouvre une analyse précise, encore moins objective. Nous y pourvoirons plus amplement au cours de la campagne. Mais mes “subtilités de langage” peuvent induire que le social est quelque part aussi déterminé par l’économie. J’appelle plutôt cela une notion élémentaire, voire un prémice de bonne gestion.
    Point 6 : C.Q.F.D., merci.
    Point 7 : “Ce n’est pas un exploit”, non au premier abord, mais j’ai assez d’amis militants (hors FN) trainés devant les tribunaux de la 17e chambre d’où vous savez pour savoir aprécier un petit espace de liberté d’expression honnêtement managé.
    Merci pour ce dialogue.

  2. José Alcala 2 septembre, 2013, 19:22

    @ Henri Clément
    Premier point,”droite républicaine” est le terme, politique, qui désigne la droite de gouvernement, celle qui accède au pouvoir avec des alliés, système constitutionnel qui date de 1958 et non depuis les années 80.
    Point 2, vous affirmez qu’il n’y aura pas de rassemblement à Vernon et Erik Ackermann en voit un avec Bernard Touchagues. Lequel a de l’avance sur l’autre?
    Point 3, en langage politique, une embuscade est la mise en place d’un dispositif, par un candidat, qui pourrait le mener à la victoire et ceci sans se cacher.
    Point 4, votre subtilité de langage ne change rien au fond. Si le Front National devenait majoritaire, l’action sociale serait détricotée, ce qui veut dire, explicitement, que les choses ne resteraient pas en l’état. Vous pouvez l’envelopper avec n’importe quelle formule de langage ça ne changera rien.
    Point 5, je vous accorde votre lecture sur les pseudos créations d’emplois dans une redynamisation qui n’est qu’une posture politicienne.
    Point 6, oui Monsieur Ackermann est évasif sur le LRBA, au moins pour une raison: il ne connait pas le contenu du projet. D’ailleurs ceux qui le connaissent ne sont pas plus malins.
    Point 7, Je n’y suis pour rien dans le fait que le FN puisse s’exprimer ici, au même titre que n’importe quel autre courant politique. C’est la moindre des choses quand on prétend être un journaliste libre. Ce n’est pas un exploit.

  3. Henri Clément 2 septembre, 2013, 17:47

    Puisqu’on s’en-tête ici dans un vocabulaire usé des années 80,
    1- La “droite républicaine” a d’abord comme souci qu’elle n’est pas républicaine outre le fait d’être anti-nationale. Ce qui fait beaucoup pour une oie sans tête.
    2- Non, l’extrême-droite ne réussira pas de rassemblement, car il n’y en a pas à Vernon, j’ai bien cherché ! A la rigueur un mouvement d’extrême-droite islamique radicalisé sur des
    valeurs rétrogrades chariatiques pourrait pointer, stimulé par la politique d’apprentis sorciers opérée par l’UMPS. Mais c’est pas d’actualité.
    3- Une embuscade est une tactique d’attaque par dissimulation et par surprise.
    Pitié, M.Alcala, surtout ne dites pas à MM. Lecornu et Miraux que nous, FN, allons nous présenter il nous croient adhérents d’une amicale de marin d’eau douce !
    Ces précautions lexicales étant posées, non, il ne s’agira pas de “détricoter l’action sociale”, mais de rééquilibrer l’effort de développement économique et l’effort de solidarité, (d’où le problème de l’efficacité de répartition des compétences commune-CAPE). Le fait est que malgré (ou à cause de ) l’hypertrophie administrative territoriale, on y sera pas aidé.
    (Je lisais à l’instant qu’un emploi avenir créé, c’est 1,33 emplois privés détruits)
    Sur la question fiscale de même, aucun candidat sérieux ne peut s’engager à baisser ou pas les impôts locaux. Il s’agit de passer un contrat de moyens et de priorités avec les vernonnais, évolutif en cours de mandat, en anticipant au mieux les dégâts à venir de la crise qui ne fait que commencer, et le passif de la précédente mandature. Affaire de méthode de concertation et de volonté politique. Toutes choses qui manquent aux bobos de luxe sortants.
    Le sens des priorités :
    Refaire la place du marché n’était pas une priorité quand on a des dizaines de chômeurs en plus chaque jour.
    Proposer des bureaux au entrepreneurs en pépinière est une ineptie quand on manque d’ateliers pour des projets de services de proximité.
    Enfin si “Erik Ackermann reste un peu évasif” sur le Plateau de l’espace, cela ne peut pointer que le caractère plus qu’évasif du dispositif purement technocratique de cette SPL et de ce contrat de re-dynamisation. La coquille est vide, les fiches actions de Mme Ségura et Cie restent pour l’instant des j’m’en fiches.
    En fait d’embuscade, cher José Alcala on joue plutôt le débat ouvert, francs et direct chez les patriotes, non ? Grâce à vous pour une part d’ailleurs.

Write a Comment