Val-de-Reuil, un long fleuve tranquille

Val-de-Reuil, un long fleuve tranquille

Discours fleuve du maire pour les vœux à ses concitoyens. A lire et à entendre, entre les lignes, ce troisième mandat commencé en mars 2014, devrait être son dernier. Le passage où il invite les jeunes à prendre la relève est sans ambiguïté. Tout comme l’énoncé du bilan depuis 2001. Émouvant dans dans le ton et les appréciations, Marc-Antoine Jamet laisse entendre clairement qu’il aura été utile à l’essor de Val-de-Reuil. Sa fierté. Somme toute, il ne s’est pas prononcé sur le mandat qu’il pouvait espérer en arrivant dans l’Eure, détenu encore aujourd’hui par François Loncle. Qu’en sera-t-il en 2017? Aucune réponse ne peut être apportée pour l’instant. Les dés ne sont pas jetés, mais...

Les rolivalois étaient nombreux au stade Jesse Owens. Lieu choisi par le maire en replacement du Théâtre des Chalands, lieu habituel mais “devenu trop coûteux et pas assez sécurisé pour accueillir la cérémonie annuelle…”. Présents aussi, Bernard Leroy, le président de la CASE et d’autres élus communautaires, ainsi que François-Xavier Priollaud, le maire de Louviers, qui eut droit à quelques tirades acerbes….

Marc-Antoine Jamet rappelle le profil sportif et le militantisme de Jesse Owens, celui qui lors des JO de Berlin en 1936 montait sur la première marche du podium, après avoir remporté le finale du 200 m, devant Hitler qui refuse de lui serrer la main…Puis un mot sur les quatre jeunes danseuses rolivaloises qui réalisent une prestations dans le film de Céline Sciamma “Bandes de Filles”. Des images apparaissent sur le grand écran vidéo…Puis Marc-Antoine Jamet part dans un long énoncé sur les populations de sa ville aux 6 000 élèves, aux 60 nationalités, aux 4 000 hectares, aux 22 000 heures d’ouverture des équipements sportif..etc. S’enorgueillit  de “cet équipement sportif exceptionnel qui accueille et sa stature régionale et nationale....Plaisante sur la future Capitale de la Normandie, “qui ne sera pas Val-de-Reuil avec ses 15 000 habitants“…salue chaleureusement Nicolas Mayer-Rossignol et Jean-Louis Destans, son ami et “meilleur président de conseil général que l’Eure ait connu”… une voix chuchote, derrière les journalistes “ça sent quand même le sapin”. Et poursuit“J’espère qu’il seront réélus en mars et en décembre”…je crois au mérite. Leur bilan est excellent. Leur programme est le meilleur…je trouve la concurrence plutôt pâlichonne, pour ne pas dire faiblarde…..

Puis Marc-Antoine Jamet poursuit son satisfécit en rappelant anecdotes et situations que seuls les habitants de Val-de-Reuil, présents, peuvent comprendre. Puis tacle le président de la Case, sans agressivité, et le maire de Louviers sur un soutien qui manquerait à l’athlétisme rolivalois “Si, d’aventure, elle le proposait, nous accepterions avec joie que la Communauté d’Agglomération Seine-Eure, certes après la quintuple piscine de Louviers, après la patinoire de Louviers cela va de soi, après le ball-trap de Louviers rien de plus normal, après le boulodrome de Louviers, comment pourrait-il en être autrement, après la priorité au sinodrome de Louviers, c’est évident, donner un coup de main à l’athlétisme rolivalois et prenne le relais avant Rio 2016 où courra, épaulé par GDF Suez (NDLR: le fournisseur d’énergie du stade Jesse Owens) notre grand champion Michel Zézé….

Moment plus solennel avec un rappel des attentats de l’autre semaine (voir extrait vidéo). Marc-Antoine Jamet appuie sur les mots et les phrases, “ les trois assassins…Juifs, catholiques, musulmans, athées, Djihad…les enfants d’Israël…verse chaque jour le sang…(voir extrait vidéo)

43 pages au total avec quelques digressions et commentaires appuyés. Long, très long. Marc-Antoine Jamet déroule les temps forts des 13 années de mandats (à ce jour), cite les disparus, les méritants, les formidables. Énumère les millions d’euros, les mètres carrés construits, salue les partenaires, les sociétés et groupes. Tout un monde exaltant, à ses yeux. Les moments d’excitation qu’il a vécu. Un regard, sur ces années, d’homme public. La découverte d’un monde qu’il ne connaissait pas, car il n’était son monde d’origine. Sa plongée dans un parti socialiste qui ne lui a peut-être pas tout donné. Au final, sa fierté d’avoir fait de Val-de-Reuil, ce qu’il pense être, un long fleuve tranquille.

 

Categories: Louviers

Write a Comment