Un mot sur le Rassemblement National

Un mot sur le Rassemblement National

Éditorial

A chaque élection et entre deux, l’ex-Front National, aujourd’hui Rassemblement National, est renvoyé dans les cordes de l’extrême-droite, des fascistes, des populistes et, pourquoi pas, des nazis. Qu’il soit dit ici que Caméra Diagonale n’a aucune accointance avec le RN, ni de près ni de loin. Somme toute il devient frustrant d’entendre perpétuellement les mêmes âneries, sans que des réponses soient apportées sur la réalité du parti de Marine Le Pen. Les voici:

Il va sans dire que la critique envers le RN est justifiée si l’on veut souligner certaines aberrations, contradictions et positionnements politiques de ce parti. Qu’il soit recroquevillé sur de vieilles ficelles en matière économique, d’immigration, institutionnelle et sociale, il est logique, alors, de le combattre si l’on pense différemment. Le Rassemblement National n’est pas exempt de critiques, y compris les plus acerbes et offensives. En revanche définir le parti comme étant extrême et fasciste relève de l’ineptie….Évidemment, il est question ici du Parti présidé par Marine Le Pen et non celui de la période de Jean-Marie Le Pen

Le sens des mots

Voyons d’abord ce que désigne l’extrémisme de droite: l’antiparlementarisme et l’autoritarisme. Or, le RN prône seulement une Assemblée Nationale dont les membres seraient élus à la proportionnelle intégrale. En matière d’autoritarisme, le RN serait obligé de gouverner avec les lois de la République et la Constitution de la 5ème République. La dérive autoritaire n’est aucunement possible et envisageable. D’autre part, un parti d’extrême droite se distingue, aussi, par la xénophobie c’est-à-dire par le refus de citoyens non français. Là encore, les lois françaises sont intangibles. Aussi par l’intégrisme religieux, mais le RN prône la laïcité. A bien comprendre cette différence avec l’extrême-droite, il serait judicieux d’y voir, davantage, une droite radicale ce qui est absolument différent.

Oser la pétition ?

Alors oui, le Rassemblement National est un parti de droite radicale, dans bien des domaines, mais il reste ancré dans la République. L’État , via les gouvernements, aurait-il accepté un parti extrême et fascisant? Évidemment, non ! Et pour ceux qui croient le contraire, qu’attendent-ils pour lancer une immense pétition nationale pour demander à Emmanuel Macron et Édouard Philippe d’interdire et dissoudre le RN considéré comme dangereux pour la République ? Cela peut-être décidé lors d’un Conseil des ministres. Le feront-ils ? Non, impossible. Alors combattre le RN, certainement, mais pas en le stigmatisant, perpétuellement, comme un pari extrémiste, synonyme de fasciste, parce que ces affirmations sont erronées…et stupides.

Ultra-libéraux insupportables

Parallèlement, il devient, aussi, insupportable de constater l’offensive des libéraux européistes contre ceux qui souhaitent une autre Europe que celle d’aujourd’hui. Il sont traités de “populistes”, “extrémistes”, “nationalistes”. En gros de “mauvais français”. C’est vrai, il est loin le temps où le Général De Gaulle et le Chancelier Adenauer parlaient, d’une même voix, de l’Europe des peuples et des Nations. Celle de la fraternité et non de la marchandisation outrancière, celle de l’Union sacrée des différences, de la Politique des hommes faites pour les hommes.

Il faut se poser la question sur “Où sont, réellement, les apprentis fascisants?

Categories: Eure

Comments

  1. Denis 31 mai, 2019, 15:46

    Il vaut mieux que la colère puisse s’exprimer dans les urnes plutôt que par des bombes.

Write a Comment