Sénatoriales, la liste “Changeons d’Eure” explique ses motivations

Sénatoriales, la liste “Changeons d’Eure” explique ses motivations

Le nom, à lui seul, est tout un programme. Pour les cinq partenaires écologistes eurois, l’heure est venue d’envisager, pour le département, une autre politique que celle menée par des politiciens professionnels depuis plusieurs décennies. L’Eure souffre d’une absence dramatique d’Écologie. “Une Écologie qui apporterait des réponses adaptées aux enjeux actuels” et donc loin des batailles entre candidats du même bord qui “cherchent les postes avant l’intérêt des citoyens.

Laetitia Sanchez, Denis Szalkowski, Fanny Flamant, Julien Buot et Elisabeth Thévin, sont les cinq candidats qui composent la liste “Changeons d’Eure” (voir plus bas leur profil complet). Le scrutin est organisé par liste à la proportionnelle intégrale, à un seul tour. Pas de possibilité, ainsi, de concocter des alliances pour un second tour.

Principaux axes du projet

Les enjeux sont d’une importance extrême. “Notre territoire et ses habitants ne sont pas juste bons à être “exploités”. Nous défendons leur intégrité. Nous voulons bénéficier des mêmes droits que les autres, celui de se déplacer, de se soigner et à préserver nos paysages…..Nous voulons garder des fermes vivantes et des terres agricoles saines pour nous nourrir…Les fermes-usines comme à Houlbec-Cocherel ne respectent pas le bien-être animal…Nous voulons aussi protéger la ressource en eau, car elle est vitale. Et les écologistes de dénoncer le projet de la Métropole de Rouen qui voulait détruire des captages d’eau, “puis aller ensuite pomper à très grands frais les captages de l’Eure, si le contournement de Rouen polluait les captage de Seine-Maritime. Ce combat, où les écologistes ont été bien seuls pendant des décennies, rassemble aujourd’hui une majorité d’acteurs politiques et c’est tant mieux…

L’Écologie peut encore aller plus loin

La liste “Changeons d’Eure” ne l’évoque pas noir sur blanc, mais l’écologie ne se décline-t-elle pas sous d’autres formes de mode de vie? Que dire du tourbillon incessant des véhicules dans les centre-ville avec son lot de pollution intense. Des milliards de particules fines avalées, sans être vues? Qui a noté que durant l’été les portes des magasins d’alimentation, boulangeries, pâtisseries, boucheries, charcuteries, fruits et légumes, restaient ouvertes donnant libre court aux particules de se poser sur les aliments? On devine la suite. Quels maires auront le courage d’aménager leurs rues commerçantes en voix piétonnières pour l’intérêt et le bien-être des habitants? Ils ne se bousculent pas au portillon, pour l’instant.

Être présent pour l’avenir

“Changeons d’Eure” sait qu’il lui sera difficile d’obtenir un élu au Sénat. Le rouleau compresseur de la Majorité Sénatoriale et de LREM est tel que tout est parfaitement bordé. Néanmoins, “Changeons d’Eure”, s’inscrit dans une démarche à plus long terme avec pour objectif les élections régionales et départementales, où la donne pourrait être différente.

Les candidats de la liste “Changeons d’Eure”

Laetitia SANCHEZ, 47 ans, est une femme engagée sur le terrain et à la tête du groupe « Normandie Écologie » à la Région. A l’échelle locale, comme maire du village de Saint-Pierre du Vauvray, elle mesure quotidiennement les défis de l’action locale, avec peu de moyens et des enjeux très concrets pour la vie quotidienne des villageois. Accès aux services, habitat et revalorisation des centres-bourgs, mobilité, soutien aux commerces de proximité, préservation d’un environnement de qualité, développement du tourisme vert, gestions des risques naturels : ces enjeux sont passionnants et exigeants. Le Sénat doit porter une nouvelle vision de l’égalité et de l’équilibre des territoires. 

Denis SZALKOWSKI, 56 ans, élu local depuis 2001, est maire de la commune rurale de Saint-Eloi-de-Fourques depuis 2014. Aujourd’hui sans étiquette, il a participé à la vie du Parti Socialiste de 2005 à 2008 et à l’aventure de la création d’Europe Écologie en 2009. 
La naissance de sa fille Emma, 6 ans, a été le catalyseur de sa prise de conscience quant à l’urgence à agir sur le plan environnemental et social, en tant que maire, en tant que citoyen, notamment sur les questions de la qualité de l’eau que nous consommons et de la transition énergétique.
Spécialiste des bases de données, Denis travaille dans l’informatique et ce métier, cette passion, l’ont amené récemment à s’engager au niveau du SDOMODE, en tant que bénévole à la Ressourcerie de Menneval. Même si « le meilleur déchet est celui que nous ne produisons pas », Denis croit beaucoup aux vertus de l’économie circulaire.

Fanny FLAMANT, 38 ans, est élue d’opposition à Vernon, sans étiquette. Elle travaille depuis 15 ans dans les domaines passionnants de la rénovation énergétique des bâtiments, la mobilité durable et le développement des énergies renouvelables. Porte drapeau du Mouvement « Nous Voulons des Coquelicots » sur Vernon depuis 2019, elle se définit comme une citoyenne motivée par un retour à une forme de simplicité volontaire dans nos modes de vie et dans nos politiques. Amener du sens à notre action d’élu, dans la durée, pour dynamiser et développer nos économies locales lui semble essentiel. « Nos territoires sont fragiles mais riches de ressources ; aidez-nous à les préserver. »

Julien BUOT, 40 ans, père de trois enfants, a été candidat EELV aux élections cantonales de l’Eure puis élu conseiller municipal de Bernay et conseiller communautaire. Se définissant comme un écologiste pragmatique, il exerce des responsabilités professionnelles dans le tourisme durable à l’échelle nationale depuis près de 20 ans. Également ambassadeur de Normandie Attractivité, il s’attache à partager des solutions pratiques et ambitieuses pour l’avenir de nos territoires et de leurs habitants.

Élisabeth Thévin, 56 ans, s’est engagée chez Les Verts en 2000, élue de 2001 à 2008 adjointe au Maire du XII à Paris en charge de la délégation environnement – espaces verts. Libraire depuis 2007, elle est la compagne de Thierry, élu E.E.L.V depuis juin à la mairie de Gisors. Leurs enfants, inquiets pour l’avenir de la planète, très critiques sur le modèle économique libéral et la société de consommation, les ont incité à reprendre le militantisme politique, pour ne pas se contenter de l’action au sein de la sphère familiale. Élisabeth s’est également engagée localement et avec la librairie dans un soutien aux associations culturelles et humanitaires.

A noter, la liste “Changeons d’Eure” est la seule à avoir envoyé ses motivations, à Caméra Diagonale.

“Changeons d’Eure” ne le soumet pas dans son texte, mais il existe d’autres formes pour changer, non seulement l’Eure

Les élections sénatoriales du dimanche 27 septembre prochain des

Categories: Eure

Write a Comment