Rouen, la ville aux cents clochers compte aussi une belle girouette

AlbertiniSacré Pierre Albertini. L'ancien maire et député de Rouen, après avoir co-écrit avec François Bayrou le projet présidentielle de l'UDF, en 2007, rejoignit Nicolas Sarkozy entre les deux tours. Pour 2012, il revient dans "l'équipe stratégique" du président du MoDem. Le jour où Bayrou cessera de recruter des girouettes, les poules auront des dents.

 

 


François Bayrou vient de composer son équipe de Campagne. Une trentaine de personnes au total, réparties par groupes de travail. Les fidèles constituent les "Piliers". L'on y retrouve Marielle de Sarnez, Jean Rochefort, Jean-Luc Bénahmias et d'autres. Puis il y a "l'équipe stratégique" et parmi ces "stratèges" le nom de Pierre Albertini est en bonne place. Il s'agit bien de l'ancien maire de Rouen, battu en 2008 par Valérie Fourneyron. Le même Pierre Albertini qui décida de ne pas se représenter aux législatives de juin 2007. La cocasserie de l'affaire est que Monsieur Albertini, co-auteur du projet présidentielle de François Bayrou, passa dans le camp Sarkozy entre les deux tours. Le ralliement se fit en grande pompe lors de la venue du futur Président au Zénith de Rouen devant 7000 spectateurs. Dans son discours, Pierre Albertini déclarait "Même si je n'approuve pas la totalité des propositions de Nicolas Sarkozy, je constate une très forte convergence sur les grands objectifs: redresser économiquement le Pays, créer une société de confiance, privilégier la solidarité et non pas l'assistance, rénover la vie politique…" Alors, c'est vrai, Pierre Albertini avait fait un choix contre Ségolène Royal. Mais devait-il le scénariser de la sorte, après la rédaction d'un projet qui était diamétralement opposé à celui du candidat UMP? Dans sa lancée, l'ancien maire de Rouen, évoquait les propositions de Ségolène Royal qui le heurtait, telle la remise en cause, par la candidate, de la loi Fillon sur les retraites. Cette même loi qu'avait critiqué François Bayrou.

2012

Pour quel candidat ira la préférence de Pierre Albertini, si par hypothèse François Bayrou ne figurait pas au second tour? Avec les girouettes tout est possible, parce que ça dépend du vent.

 

 

Categories: Eure

Comments

  1. Bernard Blanc Rouen 3 décembre, 2011, 14:15

    Pierre Albertini n’est pas une girouette, il a seulement choisi entre les deux tours Nicolas Sarkozy et non Ségolène Royal. C’était son droit. Votre appréciation des faits n’engage que vous.

Write a Comment