Régionales, Front de Gauche contre Front National

Régionales, Front de Gauche contre Front National

Tous les partis politiques de gauche et certains à droite, expriment leur farouche opposition envers le FN. A y regarder de plus près c’est davantage des oppositions liées à une concurrence directe aux élections. C’est souvent le cas pour les listes de droite et du centre et à fortiori pour les listes de Nicolas Dupont-Aignan, lequel trouve des idées du FN à son goût. A gauche, Lutte Ouvrière et le Front de Gauche  combattent Marine Le Pen sur les idées avant toute autre considération. Sur le terrain, cette lisibilité est portée par les militants. Images de Campagne et Interview de Jean-Luc Lecomte.

Sur les Marchés, à la sortie des usines et en porte à porte, les militants de Lutte Ouvrière font Campagne pour leurs listes présentes dans les 5 départements normands. Leur ligne politique n’a pas bougé et les exigences sont toujours plus fortes: augmentation des salaires, l’interdiction des licenciements et l’abolition du secret des affaires avec le contrôle des comptes. Lutte Ouvrière affirme, également, que “les patrons sont gavés d’argent public, que les régions sont les vaches à lait des capitalistes, que les services publics sont dégradés, le PS au pouvoir depuis 3 ans est au service du patronat et que le Front National est un parti contre les ouvriers. Sur ce dernier point c’est plus compliqué. Une dernière étude d’opinion indique que 20% des électeurs ouvriers du Front de Gauche du premier tour voteraient pour le FN au second….

Un peu loin sur le Marché et sans trop croire à une victoire, des militants de “Debout La France”, parti de Nicolas Dupont-Aignan, distribuent leurs tracts. Le programme indique “La Normandie pour vous!. Les listes sont menées par Nicolas Calbrix et Anne Boissel: Zéro hausse d’impôts, stopper les gaspillage, priorité aux transports, soutenir les PME Vidéo-protection, lutte contre les déserts médicaux promouvoir la Normandie, Internet haut-débit pour tous et des investissements prioritaires. On a l’impression d’avoir lu ces propositions autre part…A Vernon, c’est Catherine Gibert, adjointe au maire de Vernon qui est n°2 sur la liste de l’Eure de “Debout la France” “avec l’autorisation de Sébastien”, s’empresse-t-elle de préciser.

Enfin, l’infatigable Jean-Luc Lecomte toujours présent, partout, “là où les luttes sont nécessaires et surtout pour combattre le Front National”.

Un dernier sondage paru hier précise que pour l’emporter au second tour (en Normandie) avec toute la gauche rassemblée, le Front de Gauche doit obtenir 9%. Il est crédité de 7,5%. Cette étude rapporte que ces chiffres se situent dans la marge d’erreur qui est de 3%.

Categories: Vernon

Comments

  1. Patrick 4 décembre, 2015, 15:15

    Ce qu’il y a de bien avec Lutte ouvrière dont j’ai lu récemment un tract de 2 pages, c’est qu’on n’a pas l’impression de vieillir.
    A deux ou trois détails près, ce tract aurait pu être écrit il y a 30 ans. Le monde évolue, LO non.

    LO défend la classe ouvrière et s’oppose à la mondialisation? Pas en tout cas aux flux migratoires venant du tiers monde contribuant à notre niveau record de chômage avec près de 5 millions de personnes sans emploi (inscrites et non inscrites à Pôle Emploi).
    La concurrence des travailleurs venant de l’étranger fait pression sur les salaires tout aussi efficacement que les délocalisations.

    Le capitalisme, c’est la concurrence entre entreprises (avec les avantages mais de plus en plus tous les excès qui en découlent), l’extrême gauche c’est la concurrence entre travailleurs français et étrangers sur un marché de l’emploi qui n’est pas extensible à volonté.
    Laurence Parisot à son époque et Pierre Gattaz aujourd’hui (en soutenant comme Merkel les flux migratoires du Moyen-Orient) se rapprochent ainsi de Lutte ouvrière et de ceux qui à gauche veulent intégrer tous ceux qui arrivent chez nous dans l’espoir d’une vie meilleure.

Write a Comment