Promotion, l’ancienne maire de Fécamp nommée patronne du cinéma français


FBElle a été élue de Seine-Maritime et ministre socialiste. Frédérique Bredin va être nommée directrice générale du Centre National de la Cinématographie. C'est François Hollande, son condisciple de la promotion Voltaire à l'ENA, qui l'a décidé. Mais qui se souvient encore des paroles du Président, pendant la campagne de 2012, à propos des nominations de copinage de Nicolas Sarkozy?

 

C'est la faute à Voltaire

En juillet, la nomination sera finalisée. Exit, Eric Garandeau, l'actuel directeur du CNC et ancien conseiller de Nicolas Sarkozy. François Hollande promettait des nominations justes, déconnectées de tout copinage. Caramba, encore raté! La promotion Voltaire prend le dessus…

Somme toute, le bilan d'Eric Garandeau serait, selon les professionnels du cinéma, très mince. En matière d'investissements, notamment, des techniques cinématographiques. Eric Garandeau n'aurait pas vu venir le cinéma numérique et laisser le grand laboratoire LTC péricliter et disparaitre, au lieu de prendre le virage technologique. Il retournera dans son corps d'origine, l'inspection des Finances.

Son passage en politique

Frédérique Bredin est entrée en politique sur le conseil de François Miterrand. C'est Laurent Fabius qui l'aidera à s'implanter à Fécamp. Elle sera élue maire de cette ville de 1989 à 1995 et aussi députée de la 9ème circonscription de 1988 à 1991, puis est nommée ministre de la Jeunesse et des Sports de 1991 à 1993, année de la défaite de la gauche. Elle sera de nouveau élue en 1997 jusqu'en 2002, époque où elle abandonne la politique pour entrer dans le Groupe Lagardère Média.

 Création d'une société de production et sa fermeture rapide

En 2010, Frédérique Bredin crée une société de production de film et programmes pour la télévision, "Frédérique Bredin Production". En 2011, son chiffre d'affaires est de 45 000 €. Trop insuffisant, avec un seul projet pour France 3. Le 15 mai dernier elle prononce la liquidation de sa société. Un mois plus tard, François Hollande décide de lui donner les clés du Centre National de la Cinématographie.

Frédérique Bredin est la fille de Jean-Denis Bredin, académicien, écrivain, ancien membre du Mouvement des Radicaux de Gauche et 3ème juge privé dans l'affaire de l'arbitrage Tapie-Crédit Lyonnais.

Source: AFP et personnelles

Categories: Eure

Comments

  1. ericp27 26 juin, 2013, 21:08

    excellent !
    bravo mr alcala,
    eh oui, on découvre la vraie nature de ce président en carton, “faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais”, comme le prédécesseur, même pire encore…notre degout ne cesse d’augmenter,
    remarquez : tant mieux, car cela amène de l’eau à notre moulin, et notre favorite prend de plus en plus d’importance, alors continuez guignols de l’umps

Write a Comment