Normandie, le CESER en question

Normandie, le CESER en question

Le Conseil Économique, Social et Environnement Régional est une institution créée en 1972. Il est une force de proposition qui s’adresse aux élus de la Région, dans les domaines qui sont ceux du Conseil Régional. Son rôle est consultatif et non décisionnel, d’où la méprise qui fait dire qu’en réalité il ne sert à rien. Ce n’est pas l’avis de son président, Jean-Luc Léger, pour qui le CESER est un véritable laboratoire d’idées. Ses travaux permettent aux élus de mieux faire avancer des dossiers et ainsi gagner du temps dans leur mise en place.

Les membres de CESER de Normandie sont 130 au total. Ils sont nommés par le préfet de Région. Ils représentent le patronat, les syndicats et les associations. Le Conseil bénéficie d’un budget de fonctionnement, comme toute institution et ses membres sont indemnisés. En Normandie, chaque conseiller perçoit une indemnité mensuelle de 1 100 euros et le président 2 500 euros. Les travaux sont répartis en commissions et concernent tous les domaines de compétence du Conseil Régional: l’Aménagement du Territoire; l’Environnement et l’Écologie; la Culture, le Sport et la Santé; les Transports et la Mobilité; le Développement Économique; l’Agriculture et la Pêche et la Formation, la Recherche et l’Innovation. Le CESER est ainsi une sorte de voix de la société en Région.

Contesté

Pour autant, le CESER est contesté. En effet, des élus pensent que son rôle est plus que limité par sa nature même. Donner des avis, proposer, suggérer, inviter mais sans pouvoir décider est un handicap sérieux. Mais, c’est le chien qui se mord la queue. Comment reprocher au CESER son rôle, limité, et en même temps ne pas prendre ses travaux, en considération?

Force de proposition

Pour Jean-Luc Léger, le CESER est une richesse. C’est un lieu de discussion et de réflexion et permet d’aboutir à des propositions qui reflètent, en réalité, le souci de l’intérêt collectif de la Normandie. En exemple, le président évoque les travaux de réflexion et d’analyse concernant la mobilité dans la Région Normandie. La mobilité dans tous ses aspects: le transport routier, ferroviaire avec ses impératifs de cadencement pour les usagers, notamment. Également des mobilités en zones rurales. Des aspects souvent sous-estimés par les élus trop urbains.

Parallèlement, les saisines de citoyens sur des sujets variés et les autosaisines du président de Région, donnent du grain à moudre au CESER. Cela a pour conséquence un aboutissement des dossiers traités.

Categories: Normandie

Comments

  1. Izly 29 novembre, 2019, 10:21

    Tout à fait d’accord avec vous Monsieur Edmond L

  2. Edmond L 27 novembre, 2019, 22:36

    Je n’espère pas que le CESER connaisse un jour le funeste sort du CESE du GEA, disparu en 2014. Cet organimse de prestige comportait plusieurs collèges toujours fréquentés par ses membres qui produisirent des rapports de grandes tenues avec une richesse sans précédent de projets qui auraient été très utiles à la collectivité. Les débats étaient d’une haute tenue lors des séances plénières. Malgré l’implication de tous les jours de sa co-présidente et de son co-président, il a hélas sombré corps et bien. Il mériterait d’être réactivé.

Write a Comment