Municipales, qui parle d’impôts locaux?

Municipales, qui parle d’impôts locaux?

Jour après jour, des candidats se dévoilent. La nouveauté, cette fois, est l’abandon des étiquettes politiques. Plus de logos sur les affiches, plus de discours sur les vertus politiciennes. Tout portera sur qualité de vie dans la cité. Ils ne souhaitent plus mettre en avant ce qu’ils ont été, hier, et préfèreront promettre des lendemains qui chantent. En même temps ils font silence sur les impôts locaux. Que prévoient-ils dans ce domaine ? Ils ne donneront aucune réponse ferme se contentant d”un “nous veilleront à contenir la fiscalité sur un niveau acceptable”. Les plus téméraires promettront le gel des taux, pour toute la mandature. Pour d’autres, en revanche, c’est le silence radio. Attention aux grosses ficelles.

Les électeurs vont rencontrer, jusqu’à la mi-mars, des candidats lesquels vont proposer leurs projets, non chiffrés. Une campagne électorale permet de poser des questions, notamment sur le coût du fonctionnement et des investissements. Aussi, sur le choix de ces investissements. Par le passé, des élus de moyennes et plus grandes villes n’y sont pas allés avec le dos de la cuiller en matière d’augmentations des taux d’imposition. De fait, les impôts locaux ont flambé plus que de raison. Des vitrines qui ont coûté cher.

Des maires friands de dépenses et de clinquant

Aussi, le seul discours promettant “une jolie ville où il fait bon vivre” devient un peu trop court. Les gens aspirent à vivre dans une cité, certes agréable mais le prix à payer doit être maitrisé. Trop d’élus ont fait exploser les finances. Leur argumentation a consisté à mettre en avant des équipements pas toujours nécessaires. Évitons de flécher ces endroits, il ne s’agit nullement de pointer du doigt. Ce qui est fait est fait….

La Taxe Foncière, le bon plan pour certains maires

Le gouvernement a supprimé la taxe d’habitation, sur trois années. Ainsi, les contribuables n’auront plus à s’en acquitter, définitivement, à partir de 2021. Pour les 20% “les plus riches” la suppression sera pour 2022. Les élus locaux n’ont pas apprécié cette mesure et l’on comprend pourquoi. Malgré la promesse du Président de la République de les rembourser “à l’euro près”, ils craignent pour les finances locales. Nombre d’entre eux ont déjà imaginé une méthode pour faire entrer de l’argent: augmentations substantielles de la Taxe Foncière. Partant du principe que les propriétaires peuvent payer. Certains élus ont du mal à comprendre que des propriétaires de maisons ou d’appartements sont souvent dans des situations financières à risques. Alors, ces élections municipales de mars seront l’occasion de choisir l’équipe municipale, non pas en fonction de l’étiquette politique, mais du projet composé en adéquation avec le niveau des finances. Tout le monde, 80% de la population, se serre la ceinture. Les futurs maires, sortants ou nouveaux, devront se la serrer aussi au nom du peuple qu’ils sont censés représenter.

Categories: Eure

Write a Comment