Mondanités. Trierweiler, ça va bien, on s’en fout


Editorial.


Auto 2Qu'est-ce cette façon, maniérée, de faire de l'information ringarde avec tout ce qui touche à la compagne du Président de la République? La France, la presse, les institutions, le peuple, les citoyens, n'ont d'autres préoccupations que celles qui concernent une dame, au demeurant banale?

La journaliste se veut première
dame de France. D'abord, le statut n'existe pas. Mais Madame
Trierweiler en joue. Ensuite, elle revendique son job de journaliste.
Comment, décemment, peut-elle exercer avec un minimum de
crédibilité? Foutaise. Si l'on gratte un peu, en lisant ses textes
dans Match et visionnant ses interviews de la chaine TNT, où elle
officiait, l'on constate qu'elle a bien de la chance d'avoir été
recruté. Des journalistes de qualité en recherche d'emploi doivent
ressentir une certaine colère. Enfin, d'autres, du même niveau
journalistique, écrivent des bouquins sur Madame T. en esprérant
faire du fric. People à tous les étages et ça marche. Sa vie perso, ses
passions, rencontres, amours. Bref, de la tambouille peu ragoutante
sur un personnage insignifiant. Que des journalistes puissent ainsi
mettre en lumière des informations qui n'en sont pas, est
désespérant. Mais, qu'ils trouvent des pigeons pour acheter cette
littérature du moins disant, est une faute intellectuelle qu'une
personne normalement constituée n'oserait pa avouer dans un
confessionnal.

Admettrons-nous que
cette cette partie de vie privée du Président de la République
n'est pas à mettre sur son bilan, à terme? Contentons-nous d'évoquer
son action et laissons Madame Trierweiler à ses mondanités, réelles
ou feintes.

 

Categories: Eure

Comments

  1. Denis 22 octobre, 2012, 04:27

    @José
    C’était une boutade quelque peu malicieuse. Et sur le fond, je suis totalement d’accord avec vous, évidemment.

  2. José Alcala 21 octobre, 2012, 11:28

    @ Pimalulu
    Gérez votre “non nécessaire” et laissez aux autres le leur.
    @ Denis
    SI, SI, à la lecture de ce billet ou sans la lecture. On ne pouvait allumer une radio le matin, pour les infos, ou une télé à 20h sans être bassiné avec cette affaire de “Madâme”. Il y a des pollutions aussi nocives que celles de l’atmosphère. Et puis, mon cher de Denis, vous n’ignorez pas que j’écris ce que je veux sans demander d’autorisation à quiconque. Un édito n’est pas un reportage, c’est un point de vue personnel. En principe il ne se commente pas. Allez, répondez-moi que vous commentez ce que vous voulez sans demander d’autorisation à personne…et la boucle sera bouclée.

  3. Denis 19 octobre, 2012, 20:38

    Ben, finalement, pas tant que ça, à la lecture de ce billet ! ;+)

  4. PIMALULU 18 octobre, 2012, 11:23

    Les “People” ne datent pas d’hier et les Gala/Voici/Voilà/Closer et compagnie ne manquent pas de clients.
    Je ne juge pas l’attitude de Madame Trierweiller car, précisement, je m’en fous !
    Je ne vois pas en quoi le bilan de François Hollande en serait affecté ?
    Je suis d’accord avec vous, mais je ne trouve pas nécessaire d’en parler, c’est presque anticonstructif.

Write a Comment