Vernon municipales, la guerre des soutiens à droite

Jean-Christophe LagardeChaque camp, celui de Sébastien Lecornu pour l'UMP et celui de Jean-Luc Miraux Divers Droite sans étiquette, revendique le soutien de l'UDI. Officiellement, aucune investiture n'a été donnée puisque seules les villes de plus de 30 000 habitants peuvent l'obtenir. En deça de ce seuil seuls des soutiens sont accordés, traditionnellement. A Vernon, la liste "Vernon Tous Ensemble" de Jean-Luc Miraux est soutenu par le Secrétaire Général de l'UDI, Jean-Christophe Lagarde.

 


Hollande M-REALCaméra Diagonale a été le premier média de l'Eure à en parler (26 décembre). Immédiatement, le maire de Val-de-Reuil s'est empressé de faire le nécessaire pour tenter de faire dévier le cortège présidentiel vers sa commune. Marc-Antoine Jamet ignore, à priori, qu'il s'agit d'une visite privée au musée de Louviers et non d'un déplacement officiel dans le département.

  

Sébastien Lecornu est formel, deux membres de l'UDI figurent sur sa liste et de fait dit avoir l'investiture de l'UDI par décision de Jean-Louis Borloo, le président du Mouvement. C'est à ce niveau que les choses se gâtent. Qui de Jean-Louis Borloo ou de Jean-Christophe Lagarde prime sur cette décision. Pour y voir un peu plus clair, il est nécessaire de rappeler ce qu'est l'UDI,(Union des Démocrates et Indépendants). Il s'agit d'un Mouvement qui fédère tous les partis centristes excepté le MoDem: Les Radicaux Valoisiens (Borloo) La Gauche Moderne, l'Alliance Centriste et le Nouveau Cen
CONVERT BREAKS: wysiwyg
UNIQUE URL: http://www.cameradiagonale.com/blog/2012/12/louviers-visite-pr%C3%A9sidentielle-tr%C3%A8s-comment%C3%A9e.html
Un déplacement privé

Pierre Mendès-France appartient à l'histoire politique du pays et singulièrement à celle de la ville de Louviers. Le député de la circonscription, François Loncle, savait combien François Hollande a de respect pour l'ancien Président du conseil et maire de Louviers. Aussi, le Président a souhaité faire le déplacement de Louviers pour rendre hommage à PMF. Evidemment, c'est d'une visite privée qu'il s'agit, en la circonstance. Toutefois, le Président reste le Président et la sécurité autour de sa personne reste entière. Mais en aucun cas il n'a été question de visiter le département et d'aller à la rencontre des élus. Dans cette hypothèse l'organisation du déplacement eut été différente et un programme détaillé aurait été mis au point avec les services du préfet. Le 5 janvier, rien de tout cela.

Le maire de Val-de-Reuil, quant à lui, n'a pas du tout vu la même chose. Le Président de la République à Louviers ne peut ne pas rendre visite au maire voisin. Oui, mais pourquoi faire? Sur quel thème? De plus, pourquoi Val-de-Reuil et pas Evreux, Vernon, Pont-de-l'Arche, Gaillon, Les Andelys? Toutes des villes de gauche….?

Bataille en coulisses

Fort de sa notoriété et son entrejent, Marc-Antoine Jamet téléphone au directeur de Cabinet du Président et lui dit, en substance, "Il vient à 5 kilomètres de chez moi, je suis le 1er fédéral du Parti Socialiste, cela ne prendra que quelques minutes. Pouvez-vous voir cela?". Le directeur de Cabinet ne s'engage ni dans un sens ni dans l'autre et répond "Je vais en parler au Président. Effectivement si votre commune n'est qu'à 5 km de distance du musée de Louviers, ce n'est pas insurmontable..". Pour Monsieur Jamet, cette réponse vaut confirmation puisque le collaborateur de François Hollande n'a pas répondu par la négative. Aussitôt, le maire de Val-de-Reuil fait alerter la presse locale qui emboite le pas sans vérification. Parole d'Evangile. Soyons juste, le maire de Val-de-Reuil a réagi sur une opportunité bien légitime, sauf qu'il est entré bien tard dans le processus. Cela faisait plusieurs mois que l'invitation était lancée et les services de l'Elysée avaient dû annuler à deux reprises pour raisons d'agenda. Il est curieux qu'un Premier Secrétaire Fédéral ne soit pas au courant d'une telle invitation. Il se peut, toutefois, que le Président de la République fasse une halte sur la Dalle de Val-de-Reuil. Ce n'est pas à exclure, mais rien n'est moins sûr car le timing de la matinée semble bien arrêté.

Photo. François Hollande, candidat, en visite à l'usine M-REAL d'Alizay le 15 février 2012. Marc-Antoine Jamet, (anorak rouge) était présent.

Categories: Eure

Comments

  1. Jacky 5 mars, 2014, 09:10

    Une nouvelle fois, Monsieur ALCALA et à juste titre dans le seul souci
    de nous INFORMER sans langue de bois ni connivence,”met le doigt là où ça fait mal”.
    Depuis des mois, monsieur Lecornu se prévaut d’une investiture (alors que vous nous expliquez M Alcala qu’il n’y a pas d’investiture en dessous de 30.000 habitants) qui de toute évidence n’est pas.
    Non content de cette indélicatesse, monsieur mis au pieds du mur continue dans la surenchère au mieux inexacte au pire mensongère, en annonçant la preuve de l’investiture de Jean-Louis BORLOO pour samedi prochain.
    Même si cette aspect de la campagne ne fera pas pencher la balance d’un côté comme de l’autre, il n’en reste pas moins que toutes et tous nous
    votons par rapport à des projets mais aussi à la crédibilité du ou des candidats.
    Force est donc de constater que monsieur Lecornu, s’il ne fait pas d’ici là, la preuve de ce qu’il dit depuis des mois mais aussi de l’investiture de Jean-Louis BORLOO au plus tard samedi, cela voudra dire de fait que ses propos ainsi que ses affiches mentionnant l’investiture UDI seraient mensongers.
    Monsieur Lecornu, je suis prêt à vous accorder le bénéfice du doute jusqu’à samedi du moins, où là je n’en doute pas vous nous ferez l’honneur de cette clarification non par un artifice de Com’ ou une pirouette mais par le soutien officiel de Jean-Louis BORLOO comme vous nous l’avez garanti.
    Il ne suffira pas de s’entourer de figures locales ou même nationales mais d’un soutien clair et précis au minimum écrit du Président de l’UDI.
    Dans l’attente.

  2. Carole 3 mars, 2014, 16:57

    Le candidat UMP devra t il retirer le sigle UDI de ses affiches et tracts?
    @Mr Touchagues
    Je pense simplement que d’afficher divers partis prouve réellement que le seul parti c’est Vernon et que des gens de différents bords peuvent très bien s’entendre au delà des débats nationaux 😉

  3. Bernard Touchagues 3 mars, 2014, 15:46

    Je suis amusé de constater qu’une liste qui a pour slogan, “notre seul parti c’est Vernon” se vante de compter sur sa liste des membres du parti UMP, des membres du parti UDI, des membres du parti Modem, des membres du parti Vernon Défi (j’en oublie) et entretienne la dispute pour le faire reconnaitre ! Quand Vernon sera-t-elle vraiment le seul parti de ces candidats ?
    Bernard Touchagues – Tête de liste L’UNION POUR VERNON

  4. hervé 4 janvier, 2013, 15:01

    Dans le même registre : de la haute finance.
    Il est quand même étrange que ce gouvernement accepte de payer 4 % aux “marchés” (c’est fameux marchés qu’on devait remettre au pas et “c’est pas cher par rapport aux grecs”) et trouve que 2.25 % de taux de LA offert aux petites gens qui leur donnent accès à leur économies est trop cher et qu’il va falloir descendre ce taux insupportable pour les finances de l’état.

  5. José Alcala 4 janvier, 2013, 11:46

    @ Joséphine, alias Marc-Antoine Jamet
    Mais oui Monsieur le maire de Val-de-Reuil, Caméra Diagonale aurait diffusé votre commentaire, même sous votre nom…
    Vous savez bien comment cette visite, privée, à Louviers a évolué en visite officielle. Si vous lisez bien le post, je précise qu’il était de votre rôle d’essayer de faire passer le Président par votre cité et que ce détour serait probable.
    Il n’empêche que sans l’exposition Pierre Mendès-France au musée de Louviers, le Président n’aurait pas fait un tel déplacement. C’est vrai, Merci Pierre Mendès-France d’abord, merci François Loncle, Merci Franck Martin, merci Michel Natier et merci à vous Monsieur Jamet.

  6. Joséphine 4 janvier, 2013, 09:57

    “L’agglomération Seine-Eure est doublement à l’honneur puisque le Président de la République, M. François HOLLANDE, sera à Val-de-Reuil samedi 5 janvier au matin où il arrivera, peu après neuf heures, par l’esplanade de la Mairie afin que lui soit réservé le traditionnel accueil républicain et repartira, de Louviers, en fin de matinée, après y avoir été reçu par la municipalité.
    Il s’agit pour le chef de l’Etat d’associer au bel hommage qu’il veut rendre à Pierre Mendès France, proposition qui lui avait été faite, voici fort longtemps, par le maire de la cité drapière, M. Franck Martin et par le député de la circonscription M. François Loncle, une « visite de terrain » sur le thème de la politique de la Ville et d’évaluer les résultats concrets d’une opération de renouvellement urbain qui lui a été présentée comme réussie. Quatre thèmes seront plus précisément développés à cette occasion : la rénovation de la dalle rue Grande avec les architectes Jean-Jacques Ory et Emmanuelle Lego, la réhabilitation du logement social avec Thierry Sure, directeur général de l’Immobilière Basse Seine et l’architecte Bernard Malecamp, rue Traversière, le développement économique avec la construction, par Quille, de l’Hôtel d’entreprises qui va remplacer le foyer des Quatre Soleils, la réorganisation de l’espace urbain au Jardin de la Grosse Borne avec Gilles Gal, directeur général d’Eure Habitat, l’urbaniste Lydie Chamblas et l’architecte Nathalie Régnier, ainsi que Laurent Machet, deux fois de suite lauréat du PUCA, qui a réfléchi à la réhabilitation de la copropriété dégradée « La Garancière ».
    Afin d’envisager la poursuite de ce projet, fil rouge de la municipalité depuis 2000, et, notamment, les suites à donner au plan stratégique local que Val-de-Reuil, validant ainsi une décennie de travaux, parmi les dix villes de France qui pouvaient y prétendre, a mené à bien, M. François Hollande sera accompagné du Ministre de la Ville, M. François LAMY. Depuis la signature de la première convention « ORU » par Claude Bartolone, tous les titulaires de ce portefeuille ont consacré des réunions de travail au dossier de la « plus jeune commune de France », la plupart d’entre elles ayant eu lieu sur le site même.
    La partie rolivaloise de cette visite, en présence de M. Laurent FABIUS, Ministre des Affaires étrangères, s’effectue à la demande de l’Elysée qui l’avait déjà envisagée au début du mois de décembre, ainsi que l’a indiqué le Ministre de la Ville. Elle a été concrètement évoquée voici deux semaines par le chef de cabinet de la Présidence de la République avec la direction générale des services de la Commune, définitivement validée par les services de la présidence au lendemain de Noel et confirmée le 31 décembre par le M. le Préfet de l’Eure qui, dès l’origine, avait veillé à sa bonne organisation.
    C’est donc à la fois un honneur de recevoir, dans de telles circonstances, le Président de la République, mais aussi, symboliquement, une récompense pour tous ceux qui, collectivement y ont pris leur part, consacrant leur temps et leur énergie à cette initiative d’intérêt général, expérience pilote au service des habitants de Val-de-Reuil, de ses voisins de la CASE et de tous ceux qui y travaillent. Alain Le Vern et Jean-Louis Destans les Présidents de nos collectivités régionale et départementale, mais aussi Michel Champredon, Philippe Nguyen Thanh et Laure Daël parmi d’autres Maires, seront à nos côtés.”
    Du beau monde en somme, à Val de Reuil chez Mr Jamet. Pour un Premier fédéral pas au courant d’une telle invitation c’est pas mal non ?
    Comme quoi on peut toujours se tromper !!

  7. Pierre Vandevoorde 31 décembre, 2012, 15:52

    HOLLANDE COMME MENDES, AU MIEUX AVEC LA HAUTE FINANCE
    Mendes France, homme d’Etat intègre et intransigeant, fut l’artisan incompris de la modernisation de la France aux conditions des capitalistes les plus ouverts. Mais c’est de Gaulle, après un coup d’Etat à froid en 1958, qui a fait passer en force cette politique (jusqu’au coup d’arrêt de la grève générale de 68….).
    Le président Hollande est fier de marcher dans les pas du grand homme, et MM.Loncle, Martin, Jamet expriment leur ravissement. Mais ce n’est pas le mythe mendésiste qui fera oublier les promesses de campagne, peu nombreuses mais déjà bien mises à mal: droit de vote des étrangers à la trappe, budget de la culture en baisse, traité européen merkozien, timide imposition des plus riches, aumône pour le RSA, rien pour le Smic, « petite loi M-real » (qui aurait pu sauver des milliers d’emplois depuis juin) perdue quelque part dans les bureaux de l’Assemblée, maintien des subventions publiques à Sanofi malgré les suppressions d’emplois, tergiversations sur le mariage pour tous, sans même parler des sales affaires de l’Ayraultport ou du nucléaire… Alors, nous ne regrettons pas d’avoir tout fait pour chasser Sarkozy, mais nous avions bien raison d’ajouter aussitôt « sans faire confiance à Hollande ». Pas question d’accepter d’un gouvernement de gauche ce qu’on refusait de la droite.Nous serons présents samedi pour le dire.

Write a Comment