L’Europe, quelques mots seulement


Parlement européenL'histoire de l'Union Européenne se décline en des milliers de livres, rapports, régles, textes, réunions. Au bout de compte, une véritable machine de destruction contre les Etats et les citoyens. De Gaulle avait vu clair lorsqu'il prônait l'Europe des Nations et non celles des marchands et autres lobbys. Les pères fondateurs pourraient voir leurs héritiers exceller dans un immobilisme patent.

Les cabris sautillant sur leurs chaises en criant "l'Europe, l'Europe, l'Europe", sont aujourd'hui légions. Ils règnent sur un système en guenilles, dépourvu d'intelligence politique au sens le plus noble du terme. L'Europe, telle qu'elle apparait dans sa bulle spatiale, n'est qu'un fromage immense autour duquel grouille une armée de faux-nez aux intérêts divers et variés. Où est le politique, le vrai? Il a déserté son espace. Ils étaient peu nombreux ceux qui avaient alerté les citoyens des pièges dressés et des dangers encourus. Il fallait les décridibiliser. Ainsi fut fait, mais l'Europe qu'ils dénonçaient, est là, bien ancrée. Monstre tentaculaire, ineptie totale fabriquée d'artifices. Une Europe loin des citoyens qu'elle est cencée faire vivre et protéger. L'Europe des banques, des multinationales, des compagnies pétrolières, représentéés par les lobbys aux moyens énormes.

Fiche signalétique

Le budget de l'Europe est de 130 milliards d'euros. C'est 1,1% du budget de chaque pays membre. Cela représente 0,64 € par jour et par habitant.

L'Europe c'est 30 000 fonctionnaires, toutes spécialités confondues. C'est 754 députés pour les 27 Etats membres. 23 commissions, (équivalent ministères), 27 commissaires européens (équivalent ministres), 1 président (équivalent chef gouvernement), 5 vice-présidents. Les 27 champs de compétences sont, parmi les plus importants, la fiscalité, industrie, finances, transports, environnement, énergie, éducation, emploi, culture, commerce, agriculture, pêche, affaires sociales, affaires économiques et monétaires…

Les Institutions européennes

Banque Centrale, Banque européenne d'investissement, Comité économique européen, Comité des régions de l'Union Européennes, Commission européenne, conseil de l'Union européenne, cour des comptes européenne, Cour de justice des communautés européennes, médiateur européen, Parlement européen, Espace Schengen, Conseil de l'Europe…..

Des sous, toujours des sous

L'indemnité du député européen est de 12 300 euros mensuels bruts, répartis en indemnité de 8 000 euros et 4 300 euros d'indemnités de frais de mandat. S'ajoute l'indemnité journalière de 300 euros pour frais d'hôtel et restaurant. Les Commissaires européens touchent un salaire de 20 000 euros mensuels.

Que deviennent les Etats

Ils sont assujettis sur la quasi totalité des compétences. L'Europe dépersonnalise les Nations, les réduit, leur inflige, exige. Elle les rend dépendants, stériles. Au quotidien, les citoyens peinent à comprendre les rouages du système. Ils voient, en boucle, les images de Merkel-Hollande, (hier Merkel-Sarkozy) l'attelage franco-allemand "sans lequel rien ne serait possible" affirme sans retenue le lobbyiste Jean-Dominique Giuliani grand-prêtre de l'association Robert Schuman. Bizarrement, aucun journaliste de la "grande presse nationale" ne lui demande si l'Europe actuelle est celle que voulait le même Robert Schuman. La réalité est l'impuissance de l'Europe à s'affirmer comme union efficace et génératrice de d'intérêt général. Elle met à genoux les Etats les plus vulnérables et par répecussion appauvrit les populations. L'Allemagne, toujours au-dessus de tout, impose sa vision du marché au prétexte qu'elle a su préserver son industrie, dans les secteurs de pointe. Mais chaque pays est unique dans son approche économique et sociétale. Le deutchmark a imposé la parité monnétaire  aux autres Nations qui n'ont pas vus le coup arriver. Oui l'Allemagne est une pays avec une force de frappe économique incontestable. Mais que serait-elle sans les autres? Doit-elle imposer sa vision du marché, décider, menacer? Dans une Europe politique elle ne remplirait pas toutes les conditions de leadership. C'est pourquoi elle préfère le statut que lui confère la situation actuelle.

Gaz à tous les étages

A quoi sert cette multitude de strats cantonnés à Bruxelles. Cette armée de fonctionnaires, élus, commissions, commissaires? Qui fait quoi, décide de quoi? Le politique est manifestement absent. Les lobbys, dans l'ombre, sont en première ligne. Ce sont eux, en réalité, qui dirigent l'Europe, incidieusement, sans bruit et sans douleur, en apparence. Qui, quand et comment arrêter cette machine infernale qui s'emballe.

Traité Constitutionnel et référendum

En 2005, les français étaient invités, par référendum, à dire s'il s voulaient ou non adopter le Traité Constitutionnel européen. Par 54,68% des voix, ils le rejetaient. Que vaut un référendum, aujourd'hui réclamé par les adversaires du mariage pour tous, par exemple? Campagne menée par Henri Guaino, notamment? Eh bien, pas grand-chose. En 2008, le Président de la République foulait au pied la réponse des français en faisait adopter, le même traité, par le Parlement. De deux choses, l'une. Ou bien le référendum est la voix du peuple qu'il faut respecter, ou il est n'est qu'un jeu dont on peut changer le résultat au gré des convenances. No abemus Europa!

Categories: Europe

Comments

  1. Gael Rault 14 février, 2013, 01:29

    bah en fait justement c’est pas les mots qui font la dignité.
    Mais un jour vous le comprendrez comme le laisse envisager votre intelligence d’écriture.

  2. José Alcala 13 février, 2013, 20:05

    @ Henri Clément
    Non, vous vous trompez. J’ai été de ces “médias complices”. Je dirais, moi “médias-moutons”, par paresse, mode du moment, méconnaissance. Avec un bémol, nous faisions confiance à ceux qui vantaient cette Europe “salvatrice”, mais eux-mêmes ont été dépassés par les évènements. Vous n’êtes le seul Parti qui avez, dès le départ, contré cette Europe. Une frange importante des gaullistes n’en voulait pas. Et puis la gauche radicale, les souverainistes.
    A Gaël Rault
    Il n’y a aucune censure ici, mais permettez que je m’éloigne quelque temps des ordinateurs…
    Pour le reste, ce n’est pas le montant des indemnités qui est l’origine du mal, mais je trouve intéressant de l’indiquer s’agissant d’argent public. Même chose pour le nombre de fonctionnaires, qui, compte tenu des résultats dénote de l’incurie généralisé du système. J’ai été pro européen avant vous et avant vous j’ai été bête et dangereux, mais j’ai fait machine arrière à cause, (ou grâce)du fiasco offert à 400 millions d’individus. Et mon rôle est, surtout, de parler librement, comme vous le faites ici.
    Je terminerais en vous disant que votre avant, avant dernier paragraphe vous classe dans la catégorie “vulgarité stérile””, mais peut-être les mots vous manquent pour vous exprimer avec un minimum de dignité.

  3. Gael Rault 13 février, 2013, 16:59

    Oulala, pourquoi est-ce que j’ai l’impression que mon commentaire ne va pas être publié…
    Un autre écrit après l’est déjà, il ne fait pas bon être critique avec les Opinions du maître des lieux…

  4. ericp27 13 février, 2013, 16:50

    et si on a le droit d’ajouter un élément personnel, je dirai : un EURO qui a vidé nos porte monnaies plus vite……(que ne l’aurait fait le FRANC)
    et concernant le sujet des dépenses, on peut y ajouter qu il y a énormément d’économies à faire (ainsi qu en France également) et que l’on ne voit pas d’améliorations de ce coté ci

  5. Gael Rault 13 février, 2013, 16:37

    Et bah…
    Elle a bon dos l’Europe.
    Quelle horreur! 30 000 fonctionnaires!
    Heu ouais, ok, la municipalité de Paris c’est 43 000.
    Si on rapporte les 30 000 à 450 millions d’habitants de l’Union et les 43 000 à 2 millions de parisiens… no comment, se sentir noyé au milieu de ces sataniques “fonctionnaires bruxellois” ça relève carrement de la psychiatrie.
    Et après, parce que les fonctionnaires c’est bien comme épouvantail mais c’est pas suffisant, on rajoute les élus.
    Les commissaires touchent 20.000? ok, ils sont 27 ça fait donc 540.000. Les députés Européens touchent 12.300? ok ils sont 754 ça fait donc 9.274.200. On rassemble les deux ça fait même pas 10 millions.
    J’ai pas spécialement le temps de faire le détail des revenus des élus Français, je me contenterai de vous proposer ce lien:
    http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9mun%C3%A9ration_des_%C3%A9lus_politiques_en_France
    Un rapide coup d’oeil vous fera réaliser que les élus Européens touchent largement moins d’1% de la masse d’indemnités accordée chaque année aux élus français.
    Je signale quand même à l’occasion que je suis absolument favorable à ces indemnités (comment peut-on d’ailleurs d’un côté se plaindre des indemnités et de l’autre de l’importance des lobbys? faut choisir.) Mais si vous êtes d’humeur populisto-Jean Pierre Pernaudienne, au moins visez juste.
    Après je dois avouer que je m’amuse beaucoup des nonistes qui se plaignent d’une Europe bloquée. Faire passer la plupart des compétences de l’unanimité à la majorité qualifiée ça aurait été bien? bah il fallait voter oui mes cocos.
    Les mecs ils viennent chez toi, ils utilisent tes toilettes (pas pour se soulager la vessie!), ils négligent de tirer la chasse et en partant ils te disent que ça pue chez toi.
    Enfin bon le texte est très lyrique, très bien écrit, bravo.
    Mais si vous voulez mon avis: “La vérité est plus forte que l’éloquence”
    Martin Luther King.

  6. Henri Clément 13 février, 2013, 15:54

    Votre article aurait pu introduire une séance de reflexion d’hier, à Nanterre au Carré du FN, avant d’en démonter la traduction économique profonde. Tout arrive !
    “Ils étaient peu nombreux ceux qui avaient alerté les citoyens des pièges dressés et des dangers encourus. Il fallait les décridibiliser. Ainsi fut fait,…” écrivez-vous.
    Nous au FN en tout cas, avons fait notre travail pour ce qui est d’alerter, d’analyser, de démontrer les vices congénitaux du “Monstre tentaculaire”. Peu peuvent en dire autant.
    Votre phrase eut été plus exacte ainsi formulée :
    “Ils étaient très nombreux les citoyens patriotes qui avaient alerté les politiques corrompus des pièges dressés et des dangers encourus. Il fallait les décridibiliser avec l’aide des médias. Ainsi fut fait,…”.
    Et je ne me permettrai pas, ce disant, de vous mettre dans le lot des medias complices, M. Alcala, cet article en démontrerait le contraire.
    Bienvenue au club eurocritique !

Write a Comment