L’Eure et la primaire socialiste

Ciel et antenne Dans trois semaines se déroulera le premier tour de la primaire socialiste. La Fédération de l'Eure du PS, comme toutes les autres, travaille à son organisation. Pour l'instant rares sont les personnalités qui ont choisi leur candidat, explicitement, excepté le maire de Conches et ancien député PS, Alfred Recours. C'est que la partie n'est pas simple, à cause de l'efficace influence fabusienne.

 

 

  Alfred Recours et une majorité d'élus socialistes de Conches, ont choisi François Hollande. Les autres ont comme une légère difficulté à se prononcer. Certains le disent en privé, mais pas question de le claironner. C'est comptéhensif. Les socialistes de Haute-Normandie se sont donné depuis longtemps, corps et âme, à leur leader historique, Laurent Fabius. Mais voilà, Fabius, depuis l'origine avait fait le choix de DSK, ou de Martine Aubry dans l'hypothèse ou le Directeur Général du FMI, d'alors, aurait fait faux bond. Depuis, une sale histoire est venue compromettre la candidature de DSK et Martine Aubry se traine dans les sondages. Celui qui apparait comme le candidat de la sutuation, est François Hollande. Pour qui ne le saurait encore, Hollande est la bête noire de Fabius. Que de quolibets, l'ancien Premier Ministre lançait à l'endroit du député de Corrèze, que de mépris exprimé. Dans une assemblée d'étudiants, à une question qui lui était posée, Fabius eut cette pharse assassine appuyée d'un sourire narquois, "Vous imaginez Hollande Président de la République?". Une autre fois, dans une autre assemblée, le même se laissa aller à un diminutif ô combien vachard "Hollande, c'est fraise des bois!". C'est-à-dire, en traduisant mots et contenu, "petit chose, sans saveur ni couleur". Sympathique. Mais le temps de la politque est celui du changement, des retournements de situation, des évolutions. Rien n'est jamais figé. Ce qui fit dire un jour au Président Pompidou "En politique, il ne faut jamais insulter l'avenir". Laurent Fabius a franchi le pas. Hollande est là, avec des scores d'intentions de votes à faire pâlir le plus doué des anciens Premiers Ministres. C'est vrai, dans cette même logique, citée plus haut, les mêmes retournements de situation peuvent se produire dans l'autre sens, de haut en bas. Edouard Balladur en sait quelque chose. Sauf qu'il avait une "bête politique" à ses trousses. Une différence de taille. Si Martine Aubry est battue et c'est très probable, le soir du 9 octobre, qui aura le statut de "Bête politique" derrière François Hollande? Personne, puisque c'est toute la logique d'une primaire: choisir un seul candidat pour aller affronter l'adversaire.

Ainsi, le PS de l'Eure, fabusien jusqu'au col, n'est pas très en verve devant la réalité d'aujourd'hui. En coulisse, cependant, les langues se délient. "Quand allons-nous faire le choix de Hollande, avant ou après la primaire?", interrogeait un militant de longue date, prêt à tourner la page.

A Vernon, le Secrétaire départemental adjoint de l'UMP, Sébastien Lecornu, dans une lettre adressée au maire, Philippe Nguyen Thanh, demande le coût financier engendré par l'organisation de la primaire, qui va nécessiter l'intervention d'agents municipaux et la mise à disposition de locaux et de matériels. Et Monsieur Lecornu de proposer au maire une facturation des prestations, au Parti Socialiste compte tenu qu'il est financé par l'Etat.
Côté primaire, il semble que les élus socialistes de Vernon se rassemblent dans le soutien à Martine Aubry. Certains tâtonnent et hésitent. En 2007, la section socialiste était plus éparse. Entre temps, Messieurs Fabius et Le Ven ont fait entendre leurs voix.

A Evreux, le maire, Michel Champredon, nouvel adhérent du PRG, n'a toujours pas fait savoir s'il restait sur sa position première, à savoir son soutien à Martine Aubry. Position qu'il avait prise avant l'annonce de candidature de Jean-Michel Baylet, président du Parti Radical de Gauche. Intéressant!
Du côté du Conseil Général, le président Jean-Louis Destans est derrière Martine Aubry et soutiendra, sans état d'âme, Hollande, le cas échéant.

A Louviers, Franck Martin soutient Jean-Michel Baylet. C'est sans surprise. Le maire de Louviers possède cette constance: la fidélité à ses engagements politiques, même quand ils sont minoritaires dans le pays. Tout le monde ne sait pas faire. En 2007, en l'absence de Jean-Michel Baylet à la présidentielle, Franck Martin avait choisi Ségolène Royal.
Le section socialiste est plutôt aubryiste, mais sait-on jamais.
a suivre…

Categories: Eure

Write a Comment