Les GAFA, probable retour de manivelle

Les GAFA, probable retour de manivelle

C’était l’un des dossiers phare du ministre de l’Économie, avant le confinement. S’il a raison de vouloir faire entrer un maximum d’argent dans les caisses de l’État, en terme de logique les évènements futurs pourraient lui donner tort quant aux résultats espérés. Explications:

Faire de l’anti Trump c’est plutôt bien vu, tant le personnage se prête à l’exercice de punchingball. Mais le problème dans l’affaire des GAFA (Google-Apple-Facebook-Amazone), n’est pas Trump. Il est avant tout Franco-européen. D’abord, l’Europe libérale celle que défend le ministre de l’Économie, admet que des entreprises étrangères, européennes et mondiales, puissent s’installer sur le territoire de leur choix et payent l’impôt sur les sociétés en vigueur dans le pays en question. En l’occurrence, l’Irlande qui attire, de par son faible taux de 12,5%, nombre de sociétés. Le ministre français rechigne sur ce point et exige que les GAFA paient le taux français de 33,33% alors que le siège n’est pas en France. Il y a là une double méprise. En premier lieu, l’Irlande est le siège social des GAFA et l’impôt sur les sociétés n’est redevable que sur le territoire du siège social. Ensuite, pourquoi la France, dont les dirigeants politiques et les grandes entreprises nous expliquent depuis des années que les impôts y sont trop élevés, ne ramène pas son impôt sur les entreprises au niveau de l’Irlande, c’est-à-dire à 12,5%? Ce serait une excellente manière de réduire les niveaux de taxation, tant décriés, et d’attirer davantage de sièges d’entreprises étrangères. Précision: les entreprises françaises qui s’acquittent de l’impôt sur les sociétés sont soumises à un taux de 33,33% si elles atteignent 250 millions de chiffres d’affaire.

Les GAFA laissent beaucoup d’argent sur le territoire français

Les GAFA versent, de toute manière, la TVA sur tous ses produits vendus et qui leur rapportent de l’argent. En premier lieu Amazon. Cette masse de TVA rapporterait 3,5 milliards d’euros. Aujourd’hui, ce qu’il est convenu d’appeler GAFA — Google-Apple-Facebook-Amazone — s’est enrichi de Microsoft, Twitter, Uber, Netfilx, YouTube et d’autres moins connus. L’on serait tenté de demander à Monsieur le ministre “Où sont les Amazon, Facebook, apple et tous les autres, français et européens? Où est le SmatPhone français, similaire à iPhone d’Apple, utilisé par 60% des français? A rappeler, aussi, qu’Amazon emploie près de 10 000 salariés en France.

In Fine ce seront les utilisateurs et consommateurs français qui paieront

Le gouvernement français aura gain de cause sur la taxation des GAFA. Bruno Le Maire ne lâchera pas le morceau. Mais les dirigeants de ces mastodontes américains ne sont pas nés de la dernière pluie. Ce qu’ils préparent ne sera pas du goût des utilisateurs. Il faut s’attendre à une riposte adaptée de leur part. Ce sera le paiement par abonnement de YouTube (propriété de Google), Facebook, Twitter et de l’ensemble de ces services, aujourd’hui gratuits. Traduction: ce seront les français qui paieront les taxes exigées par le gouvernement français.

Categories: Eure

Write a Comment