Les étoiles brillent, puis s’éteignent

Les étoiles brillent, puis s’éteignent

L’information sur le départ de Claire Chazal de la présentation du journal, du week-end, de TF1, a été placée au même niveau d’importance que les réfugiés, l’observation du territoire syrien par les avions français, le chômage, les impôts etc. Voilà ce qui arrive lorsque le présentateur (trice) d’un journal télévisé devient plus important que le message qu’il délivre. Depuis longtemps, les femmes et hommes de télévision ont remplacé les vedettes de cinéma. Ils sont devenus des stars de par leur seule présence sur l’écran. Ils sont sublimés par la magie de l’image…puis soudain tout s’arrête comme l’extinction d’une étoile.

C’est cruel. La présentatrice a été priée de laisser son fauteuil. Depuis 1991 elle avait rendez-vous avec la caméra qui transmettait son image à près de 10 millions de “chers téléspectateurs”. Belle carrière, longue, plutôt efficace dans le rôle qui était le sien et dans la ligne éditoriale qui lui était assignée. Alors oui, l’impression que le fauteuil était devenu sa propriété et la maison TF1 sa demeure professionnelle à vie, ont fini par ancrer l’illusion d’un rôle éternel. La star brille davantage par l’image pour laisser au second plan l’information. Les fidèles, durant trois jours par semaine, sublimaient son image et prenaient pour argent comptant son discours savamment déroulé sur le prompteur. Pourtant, il est permis de s’interroger sur la pertinence de ses interviews. Ses invités étaient toujours les meilleurs, les plus beaux, les plus talentueux. Y compris les politiques. L’ambiance merveilleuse du plateau de TF1, ses lumières, ses cadrages des 5 caméras, faisaient d’elle la reine de l’info. Choc des mots où la sémantique flirt avec avec l’approximation. Reine de l’info ou reine des pipoles? Faut voir. Habituée de la presse jet-setiste, dont Paris-Match où elle avait table ouverte, la journaliste vivait sur un nuage depuis un quart de siècle….puis le sol s’ouvre sous ses pieds. La chute est dure. Les questions fusent: pourquoi? comment, que s’est-il passé? Rien! Elle aurait dû le subodorer. Le métier est difficile, la concurrence guerrière. Les patrons de la première chaine française ont des rythmes à tenir, les chiffres à respecter. Précisément, les chiffres depuis des semaines et des mois étaient décevants et TF1 n’est pas le service public. La chaine ne vit que de la publicité et la vente des ses programmes. Claire Chazal n’était plus à sa place, selon les dirigeants qui lui ont trouvé une remplaçante. La journaliste ne sera pas à la rue. Elle restera dans l’entreprise dans une autre fonction sauf si elle fait le choix de prendre ses indemnités évaluées à plusieurs centaines de milliers d’euros.

 

 

 

 

 

Categories: France

Comments

  1. Pace27 9 septembre, 2015, 15:17

    Eh oui personne n’est irremplaçable mais dans ce monde des médias, repère de requins pour certains, rien ne vous garantit que votre poste, votre fauteuil de journaliste présentateur est un fauteuil “d’immortel”. La guerre interne a toujours existé sur toutes les chaînes même régionale : touche pas à mon poste, à mon domaine, à mon magazine, à mon journal, etc. Mais il y a des changements et il faut être spécialiste en voile pour naviguer en fonction du vent, des courants, des tempêtes, des orages avec quelques éclaircies, périodes de grand soleil !
    Claire Chazal, n’en déplaise à certains, est une grande journaliste mais la concurrence est dure, l’audience, les financiers dirigent et s’il y a un directeur de l’information son rôle n’est plus que celui d’un journaliste responsable de la ligne éditoriale de la chaine, de la rédaction uniquement : il doit rendre des comptes. Alors les JT doivent faire de l’audience avec des reportages qui amènent de l’audience, qui sont vendeurs auprès du public. Il faut faire un choix : du journalisme, de la communication, du voyeurisme, du people, ne pas fâcher le pouvoir, l’opposition, les annonceurs, etc.
    Claire Chazal n’aura pas de soucis à se faire pour la suite de sa carrière mais le procédé utilisé est bien bas si l’on en croit les médias dans le procédé utilisé par TF1.
    N’aurait-il pas fallu avoir un entretien préalable avec elle avant les vacances et ne pas attendre la rentrée à moins que tout cela ne soit qu’effet de communication, de marketing ? Les médias, les internautes, les télespectateurs s’emballent dans leurs commentaires avec les contre, les pour. Certes elle n’aura pas à aller au pôle emploi, à chercher un emploi de senior : bien des propositions lui seront faites si ce n’est déjà fait et c’est le jeu. Une chose est certaine c’est qu’elle restera parmi les rares femmes à avoir présenté un journal télévisé aussi longtemps. Claire Chazal, Christine Ockrent, Anne Saint-Clair, Marie-Laure Augry ont essuyé les plâtres en présentant les journaux télévisés qui étaient exclusivement réservés aux hommes, qui ont du se battre, faire preuve de professionnalisme plus que leurs confrères, faire face aux pressions, critiques, attaques personnelles tout en gardant leur sang froid, leur professionnalisme dans leur métier. La seule chose que l’on souhaite à sa remplaçante c’est de faire le même parcours, la même durée à l’antenne et ça c’est moins sûr !

Write a Comment