Législatives, 2ème circonscription de l’Eure

Législatives, 2ème circonscription de l’Eure

Sur le marché de Conches, hier jeudi, de nombreux candidats tentaient de convaincre encore à trois jours du premier tour. Le nouvel arrivant, pour La République En Marche, Fabien Gouttefarde, malgré les sondages favorables au niveau national, est confiant mais reste  prudent. Côté droite républicaine, Jean-Pierre Nicolas est beaucoup moins optimiste qu’au moment de sa déclaration de candidature. La Gauche Unie fait le travail mais sans trop d’illusion et le Front National s’interroge sur le taux de participation qui pourrait lui permettre, ou non, la qualification pour le second tour. Ambiance et Interview vidéo:

Derniers petits tours sur les marchés avant le scrutin. A Conches-en -Ouche, ce jeudi à 11h, les clients ne se bousculent pas. Outre les commerçants non sédentaires, candidats et militants essaient le dialogue. Parfois ils l’obtiennent et à d’autres moments ils sont éconduits par des “non, non ça va, on est saturés”. Le candidat de la République en Marche est cependant sollicité “Moi je suis retraité, on a rien eu depuis des années et maintenant Macron veut nous augmenter la CSG…”. Fabien Gouttefarde répète inlassablement la réalité sur le sujet “cette augmentation ne concerne pas les petites retraites et les autres bénéficieront, de toute façon, de la suppression de la taxe d’habitation qui compensera très largement l’augmentation de 1,7% la CSG….” Plus loin, un homme affirme ” Macron veut établir un loyer à tous les propriétaires”, Fabien Gouttefarde lui répond “Cela fait partie des fausses nouvelles lancées à la cantonade et reprises dans les réseaux sociaux. Emmanuel Macron n’établira jamais de loyer pour les propriétaires…Un dame interroge le candidat sur le terrorisme, une autre sur l’Éducation Nationale. C’est vrai, à quelques heures du premier tour, des électeurs veulent connaitre les intentions réelles du nouveau Président, pas toujours comprises.

A quelques mètres des militants d’En Marche, les candidats traditionnels ont du mal à faire passer leur message, le même depuis des années. Ainsi, Gérard Silighini qui fut pourtant un conseiller général socialiste efficace reste perplexe lorsqu’on lui explique que son parti, lorsqu’il dirigeait la France, les Régions, les département et de grandes villes, n’a pas transformé le pays comme il aurait dû l’être et que sa, presque, disparition est la résultante de sa propre politique…L’ancien élu du département en est, aujourd’hui, à ricaner du “phénomène Macron“. Peut-être que les évènements lui donneront raison. Il faut attendre un peu.

Categories: Eure

Write a Comment