Jacques Chirac est mort

Jacques Chirac est mort

Sa disparition était attendue tant les nouvelles de son état de santé étaient alarmantes. Ce matin, l’ancien Président a quitté les siens…et la France. L’histoire de cet homme aura marqué la politique française depuis les années 60 à nos jours.

C’est en 2005 que Jacques Chirac rencontre la maladie. Hospitalisé durant 4 jours, il en sortira affaibli….Lui, le bon vivant, l’ami de tous aura connu des défaites, des victoires et surtout la reconnaissance d’uns majorité de français. Ses deux mandats élyséens ont été mitigés. Toutefois, il aura eu à cœur de ne pas opposer les français. Ses adversaires d’hier lui reconnaissent cette vertu: Jacques Chirac aimait les gens et avait une affection particulière pour les enfants frappés par le sort de la maladie.

Personnage à la Grégory Peck

Personnage truculent, adepte des bons mots, il était capable de déstabiliser un adversaire d’une seule phrase. Jacques Chirac n’avait pas toujours été le gentlemen au calme olympien. Il savait être cinglant, à la hussarde. C’était un Bonaparte du XXème siècle. Fonceur et frondeur, peu d’adversaires l’affrontaient sans dommages. C’était l’époque où il n’était que partiellement apprécié. L’on se souvient de “facho-Chirac, ou château-Chirac par référence à son château de Bity en Corrèze. C’est au cours de la campagne pour la présidentielle de 1995 que l’attitude et le ton de Jacques Chirac changeaient. Il devint un personnage à la Cary Grant ou Grégory Peck duquel il était l’ami, grand, élancé et calme. C’est ce nouvel homme qui fut élu Président de la République.

Chirac contre la guerre d’Irak

Jacques Chirac avait su s’attirer la bienveillance des français et des partis politiques, toutes tendances confondues, avec son refus de participer à la coalition de 35 pays, à la guerre en Irak lancée par Georges Bush et l’Amérique, en 2003. Ce qui ne l’empêcha pas, en 2001, de s’associer à la lutte contre le terrorisme après l’attaque du World Trade Center.

Au plan intérieur, Jacques Chirac ne réussit pas tout. Ainsi la réforme des régimes spéciaux de retraites, de fin 1995, fut retirée après un mois de grève. Également, le Contrat de Première Embauche. La loi fut votée, mais suspendue ensuite. Enfin, “la fracture sociale” érigée en fil conducteur de la campagne électorale de 1995, devait être remisée au magasin des accessoires. Il parvenait, cependant, à réduire les morts sur les routes de 40% avec l’installation de radars fixes sur l’ensemble du réseau routier français, et ce n’était pas une mince affaire. La lutte contre le cancer fut menée, également, par l’ancien Président, avec le lancement de campagnes de dépistages et obtenait des résultats. De même, il fut salué en juillet 1995 lorsqu’il reconnaissait la responsabilité de l’État français dans la rafle du Vel’d’Hiv, en 1942.

Chirac et la Normandie

Avant son accession à la présidence, Chirac, sous l’impulsion de Jean-Louis Debré, fut un visiteur régulier de la Normandie. Il venait dans l’Eure, au Havre et à Rouen, sillonnant la campagne avec des élus du RPR ou des candidats aux élections législatives futures. Chaque fois, il répondait aux questions des journalistes et se rendait sur le plateau de la télé régionale, après un périple en Seine-Maritime. Voir extrait d’un journal télévisé de fin 1992, ci-dessous:

Categories: Eure

Write a Comment