Ole!

Torres MataParenthèse bienvenue dans la crise économique profonde que traverse l'Espagne. Comme à son habitude, le Pays va privilégier la fête avec la fabuleuse victoire de son équipe. Même ceux que le football laissent indifférents, vont participer aux immenses festivités organisées jusque dans le plus petit village. La fierté est et restera le vrai moteur de l'Espagne. Elle est toujours passée par-dessus toutes les crises.

Les italiens ont entonné dans l'enthousiasme leur hymne et les espagnols ont écouté le leur. Ensuite, tout est allé très vite. David Silva à la 14ème minute. Madrid s'enflamme. Ils sont, disent les journalistes espagnols, 300 à 500 000 répartis sur les principales places, devant des écrans géants. Jordi Alba à la 41ème minute redonne un coup d'accélérateur. Seconde période, Fernando Torres à la 84ème minute, c'est l'explosion à Madrid, Barcelone, Valence, Séville. Tous les bars, toutes les brasseries que compte le Pays sont noirs de monde. Les écrans sont partout, petits, moyens, géants. Puis, à la 88ème minute, soit à cinq minutes du coup de sifflet final, avec le temps additionnel de 3 minutes. Surgit Fernando Torres qui s'empare du ballon, l'envoie sur sa gauche, à vingt mètres de la cage, où il est récupéré par Juan Mata. Le tir est ajusté. 4-0….

La crise, le chômage et bien d'autres périodes noires. L'Espagne finit toujours par se relever, avec l'espoir, la hargne et la fierté. Ole!

 

Categories: Eure

Write a Comment