Haute-Normandie, Hollande sur sa terre natale

M-REAL, Hollande, Loncle, Fabius

 

Le candidat, socialiste, à la présidentielle s'est rappelé être né à Rouen. Hier, il a foulé le sol de la Haute-Normandie, de Rouen à Alizay, dans l'Eure, puis un meeting au Zénith du Grand-Quevilly, chez Laurent Fabius. Il n'y a pas de hasard, mais une volonté affichée de gagner avec les meilleurs.

 

 

La maire de Rouen, Valérie Fourneyron reçoit le candidat à la présidentielle dans sa mairie. Une heure plus tard, François Hollande remonte dans sa voiture, en compagnie de Laurent Fabius, direction Alizay, dans l'Eure, où il va rendre visite aux salariés M-REAL (vidéo) dont l'usine est menacée de fermeture. Il arrive sur place vers 16h30. Salariés, élus de l'Eure et journalistes forment une foule dense. Il est accueilli par le député de circonscription, François Loncle, accompagné de Jean-Louis Destans, le président du conseil général de l'Eure, Marc-Antoine Jamet le Premier Secrétaire Fédéral du PS, Richard Jacquet, maire de Pont-de-l'Arche la ville voisine et Philippe Nguyen Thanh, le maire de Vernon. Les caméras n'ont jamais aussi nombreuses. Le coude à coude est violent parfois. Chaque télé veut le meilleur angle. François Hollande, par moment, montre une certaine inquiétude. Le service d'ordre du PS est débordé, mais la sécurité officielle fait le ménage avec une certaine énergie. C'est logique. Thierry Philippot, responsable de l'intersyndicale, invite le candidat à un brieffing sur l'usine. Il commence à être rôdé. Il l'a fait avec tous les candidats de passage et antérieurement avec des membres du gouvernement, comme Bruno Le Maire. François Hollande écoute, prend des notes. Il est invité, ensuite, à une visite de l'usine et la fameuse machine que seuls cinq opérateurs sont capables de faire fonctionner. A l'intérieur, la cohue redouble de vigueur. Les perches de micro, s'entremêlent. Les caméras tournent en continue. Une phrase, une exclamation, une remarque, tout est enregistré. La technique parfois ne suit pas. Tel câble de micro est arraché (celui de caméra Diagonale), telle caméra bousculée et renvoyée à dix mètres, derrière la marée humaine. Puis c'est la sortie au grand air. Les véhicules du cortège attendent le candidat, portières ouvertes. Un dernier salut à Thierry Philippot, avec échange prometteur. Fabius et Hollande s'engouffrent dans le Peugeot. Les voitures de l'escorte démarrent, direction Rouen.

Sur place, Valérie Fourneyron accompagne François Hollande dans les rues de la ville. François Hollande revoit ainsi le quartier qu'il a jadis connu. D'abord, la maison de sa naissance, rue des Carmes, puis les rues du Gros Horloge, des Carmes, de la Basse-Vieille Tour, rue Massacre et la rue Aux Juifs. La boucle est bouclée. C'était il y a une quarantaine d'années.

19h20. François Hollande fait son entrée dans le Zénith, non pas à Rouen mais au Grand Quevilly. 12 000 personnes l'acclament. Il monte sur la scéne et les premières minutes sont consacrées au Rouen qu'il connu et à…Laurent Fabius, dont François Hollande dit qu'il lui est indispensable, aujourd'hui, mais aussi après l'élection présidentielle….

La séquence du Zénith est produite par le Parti Socialiste.

Categories: Eure

Write a Comment