Evreux, le Premier ministre au chevet des femmes battues


Ayrault EvreuxIl était accompagné de Najat Vallaud Belkacem, la ministre des droits des femmes qui prépare un texte de loi, sur le sujet, pour juillet prochain. Le conseil général anticipe la législation en proposant des mesures concrètes. C'est ce partenariat que Jean-Marc Ayrault est venu signer avec les acteurs locaux du département de l'Eure. Vidéo de la visite

 

La visite commence dans les locaux du commissariat de police d'Evreux. Le premier ministre et sa ministre des droits des femmes arrivent avec près de 30 minutes de retard. Dans les locaux, d'anciennes victimes sont saluées par les membres du gouvernement, le procureur de la République et le président du conseil général. Elles s'expriment volontiers, à l'écart des journalistes parqués dans la cour du commissariat, pour la plupart. Peu après, le chef du gouvernement s'astreint à une conférence de presse. Des mots de compassion et l'annonce d'un  projet de loi prévu cet été. Le Premier ministre salue, aussi, la mesure du conseil général de doter les femmes, en péril, d'un téléphone muni d'une touche d'urgence alertant les services du commissariat. Quelques instants après il signe un "protocole départemental sur la prévention et la lutte contre les violences faites aux femmes" par leurs maris et compagnons. En France, ce sont  plus de 500 000 femmes qui sont victimes chaque année de ces violences. Dans le département de l'Eure 2 000 cas sont répertoriés.

La situation actuelle

Tous les gouvernements ont tenté des mesures contre les violences conjugales avec plus ou moins de réussite. Le gouvernement de Jean-Marc Ayrault n'est pas en reste et la ministre de tutelle devrait présenter cet été un texte qui sera soumis au Parlement. Il s'agira d'abord de régler le problème de l'égalité homme-femme, lequel comportera le volet sur les violences. Sera-t-il suffisant? D'aucuns doutent sur l'aspect "révolutionnaire" de la mesure…

Jean-Marc Ayrault, à Evreux, devant les élus, a martelé qu'il voilait "libérer la parole des femmes". Dominique Laurens, procureur de la République d'Evreux a donné des chiffres sur la situation dans l'Eure et Najat Vallaud Belkacem se dit déterminée à marquer un virage sur les mesures pour endiguer le fléau.

La technique du téléphone d'alerte

Plusieurs départements l'ont déjà expériementé. La manipulation est simple. Il suffit, à la femme menacée ou en détresse de presser sur une seule touche. L'appel est reçu sur une plateforme d'urgence où un policier localise l'appel qui lance les secours adéquats. Le département, avec l'aide de l'Etat, financera le projet.

Categories: Eure

Write a Comment