Eure, l’UMP autour de François Fillon

Arrivée de FillonIls étaient entre huit cents et mille militants UMP, venus de tout le département, pour écouter François Fillon défendre son bilan gouvernemental et soutenir l'action de Nicolas Sarkozy. Parlementaires et élus locaux étaient de la partie. La prestation du Premier ministre a réjoui l'assistance, laquelle retient son souffle à dix jours du premier tour.

 

L'espace Guy Gambu de Saint-Marcel recouvre une capacité de 700 places assises. Compte tenu du nombre de personnes restées debout, le nombre peut atteindre deux à trois cents de plus. Côté organisation, c'était du carré "au quart de poil". Militants locaux, service d'ordre du Mouvement et sécurité policière, aucune tête de dépassait. Une machine huilée qui ne laissait rien au hasard. Accueilli par Bruno Le Maire et autres parlementaires du département, mais loin du regard des caméras, François Fillon s'est engouffré dans la salle au rythme de "Fillon, Fillon" et encadré par une haie d'honneur. Les mains se tendent. Ils les serrent au passage jusqu'à sa place au premier rang. Bruno Le Maire monte sur la scène et salue "l'excelent Premier ministre qu'a été François Fillon". Des mots de remerciement et de bienvenue à Gérard Volpatti, le maire de Saint-Marcel, "toujours disponible quand il le faut" et envers Hervé Morin, celui-là même qui a eu, il y a quelques semaines encore lorsqu'il était candidat à la présidentielle, des mots les plus durs envers Nicolas Sarkozy. A Saint-Marcel, c'était l'heure du pardon pour celui qui va apporter dans sa corbeille un gros 0,5% des voix. Sur le fond de la politique, Bruno Le Maire rappelle les grandes lignes du quinquennat de Nicolas Sarkozy, met l'accent sur une partie du projet à venir, dont il est le principal rédacteur. Mais surtout il souligne "la grande arnaque" du candidat Hollande. Bruno Le Maire énumère les idées force du candidat socialiste et martèle le danger qu'elles représentent pour l'avenir de la France. François Fillon lui succède sur la scène. Le Premier Ministre met l'accent sur l'adversaire principal et mentionne l'attelage avec "un cheval vert, un rouge et un rose". (Vidéo)

Propos de Campagne, certes, mais un discours charpenté, prononcé avec vigueur. La salle exulte. Elus et jeunes militants rejoignent François Fillon pour une Marseillaise, en choeur avec la salle.

 

 

 

 

Categories: Eure

Comments

  1. Pollux 16 avril, 2012, 09:09

    A priori Jean-Luc Miraux n’y était pas, mais on reconnait sur la photo une conseillère municipale de son groupe, ancienne UDF. Est-ce volontaire?

Write a Comment