Eure législatives. Franck Gilard bien ancré dans sa circonscription

GilardElu député UMP de l'Eure depuis 2002, Franck Gilard n'a pas attendu la période électorale pour repartir en Campagne. Il sillonne la 5ème circonscription depuis octobre 2011, les samedis, dimanches et lundis, selon une règle bien huilée par le légendaire René Tomasini, dont l'actuel député fut le collaborateur parlementaire. Ce travail de terrain peut-il s'avérer payant à l'heure d'une possible alternance politique?

"Ecoute mon ami, écoute dans le vent, écoute la réponse est dans le vent", le célèbre tube des sixties, de Richard Antony, évoquait la façon d'obtenir des réponses faciles à des questions difficiles. Alors oui, pourquoi Franck Gilard pourrait être réélu malgré le bilan très contrasté et contesté de Nicolas Sarkozy, d'abord, puis de l'UMP? Parce que des éléments plus personnels entrent en ligne de compte, additionnés à d'autres caractéristiques, plus politiques. L'apport affectif n'est pas négligeable. Franck Gilard est plutôt sympathique avec autrui, ce qui ne l'empêche pas de manifester de l'outrance envers d'autres, posture qu'il faut relativiser tant il aime provoquer. Le député, on le sait, est membre de la "Droite Populaire", un collectif de quarante quatre parlementaires positionnés à la droite de l'UMP. Leur mission première est de canaliser l'électorat attiré par les sirènes lepénistes. La 5ème circonscription fait partie de ces territoires où le Front National enregistre des scores élevées, dans presque tous les scrutins. L'élection de Catherine Picard candidate socialiste aux législatives de 1997, contre le sortant RPR et maire de Vernon, Jean-Claude Asphe est dûe à une triangulaire avec le FN, au second tour. Le constat est claire, le FN représente une force certaine dans la 5ème circonscription et c'est précisément Franck Gilard qui réussit le mieux à contenir cet électorat. Ainsi, en 2002 il reprend la circonscription à la gauche et se maintient en 2007. En juin prochain, le Front National tentera de nouveau la partie, mais avec quel candidat? Pour la gauche, c'est Jérôme Bourlet qui a été désigné candidat EELV-PS. Inconnu des électeurs, il aura beaucoup de difficultés à atteindre les 5%. Le Parti communiste, sous le drapeaux du Front de Gauche, présente Jean-Luc Lecomte, maire-adjoint de Vernon et conseiller régional de Haute-Normandie. Il prend le relai de Marcel Larmanou, maire communiste de Gisors. En 1997, Monsieur Larmanou avait obtenu 17,73% des voix, un excellent score qui devait faire élire Catherine Picard, avec un bon report des voix. Dans la situation d'aujourd'hui, Jean-Luc Lecomte se positionne en véritable challenger de Franck Gilard, mais la droite est nettement majoritaire au second tour. Il faudrait un raz-de-marée socialiste à la présidentielle pour que Franck Gilard soit emporté. Reste une inconnue. La décision de la fédération PS de l'Eure qui devrait faire voter les militants de la 5ème, après le 6 mai, pour dire oui ou non à un candidat PS, officiel. Franck Gilard ne semble pas très impressionné par cette hypothèse. Mais sait-on jamais?

Categories: Eure

Write a Comment