Eure, le FN à petits pas

Eure, le FN à petits pas

Si le parti de Marine Le Pen affiche, selon les sondages, une bonne forme dans le intentions de votes rien ne prouve des résultats probants pour les élections départementales des 22 et 29 mars. A Evreux, le responsable départemental du FN, Emmanuel Camoin reste très prudent sur ses scores possibles dans le département. Selon lui, ce sera une sorte de quitte ou double. Il ne croit pas pouvoir emporter un ou deux cantons, mais beaucoup plus, ou aucun. Il a aussi présenté ses candidats pour les cantons de Evreux 1, Evreux 2 et Evreux 3. Des candidats plutôt motivés qui n’entendent pas recueillir des voix sur la seule étiquette FN, mais avec un vrai projet pour le département.

Le département certes, mais avec des déclinaisons de politique national. Fini, néanmoins, des slogans tels “La France aux français” des années 80. D’un parti lepéniste non intéressé par le pouvoir, le FN version Marine Le Pen a la volonté d’accéder aux responsabilités locales et nationales. Lors de la conférence de presse destinée à faire connaitre les candidats des trois canton d’Evreux, ce sont ces derniers qui ont pris la parole. Leur projet pour le département, en cas de victoire, s’articule d’abord sur la première compétence du département, à savoir le volet social. “Il faut maintenir cette compétence mais y mettant de l’ordre et en s’attaquant aux abus et à la fraude” dit en substance Christian Le Suffleur, candidat sur le canton  Evreux 3. Les candidats évoquent tour à tour leur vision pour le département, dénoncent les décisions de l’actuelle majorité. Tous, estiment que l’Eure est abandonné et qu’il faut que la ville d’Evreux retrouve sa place parce que trop d’emplois perdus avec les fermetures d’usines. Emmanuel Camoin, patron du FN dans l’Eure, lui-même candidat à Conches contre le sortant socialiste Alfred Recours, contrecarre l’étude qui met le département de l’Eure en 3ème position des départements des mieux gérés de France, “il est question dans cette étude de la section fonctionnement, c’est-à-dire que le président du conseil général a, effectivement, serré la vis sur les dépenses de fonctionnement, mais en matière d’investissements le département est situé dans les derniers. C’est un coup de com de Jean-Louis Destans”.  Emmanuel Camoin parle ensuite de cadencements des trains et de la galère subit par les usagers qui vont travailler à Paris tous les jours, même si le sujet n’est pas de la compétence départementale, il explique que tout est lié: la politique catastrophique du gouvernement décline sur la Région puis sur le département et les Agglos. C’est les cas aussi, toujours selon les candidats FN, du manque de perspectives dans le domaine des études universitaires, pour les jeunes eurois.

Les électeurs décideront

Emmanuel Camoin reconnait que la situation est nouvelle avec le nouveau découpage des cantons. Des conseillers généraux sortants se retrouvent avec un nouveau territoire à conquérir. D’autres ont jeté l’éponge et ne se représentent pas. Personne n’a de vision claire de ce que sera le vote des électeurs. L’histoire du fameux “Front républicain” sera moins productif qu’il n’a été. Les électeurs feront ce qu’ils voudront en fin de compte, d’où la gigantesque inconnue. Ce qui très probable est la défaite, quasiment annoncée, de la gauche. Mais quel en sera le niveau? Le FN a intégré cette nouvelle donne, qui ne s’aventure pas dans un pronostic hasardeux. Il va quand même essayer de s’imposer face à “l’UMPS”

Les candidat sur les cantons d’Evreux

Amaury Huet et Sandrine Le Berre, Evreux 1.

Amandine Lavinay et Bruno Hommet, Evreux 2

Julie Camoin et Christian Le Suffleur, Evreux 3

 

Categories: Evreux

Write a Comment