Eure, il était une fois les sénatoriales

Eure, il était une fois les sénatoriales

L’été de tous les tourments, chez les candidats de droite aux sénatoriales 2020. En septembre, les amourettes d’antan auront vécu entre candidats centristes, LR et ex-LR. Désormais, la rupture est consommée. Il faut dire qu’en 2014 les alliances étaient de circonstance. Une sorte de partage territorial qui aboutissait à une razzia sur le département et la Région. Explications:

Profil de gagnant

Sébastien Lecornu, l’un des candidats déclaré, est jeune et bourré de talent. Il n’a jamais caché ses ambitions. Jusqu’à ce jour, tout lui a réussi: mairie de Vernon, présidence du Département, et….gouvernement. D’abord dans un secrétariat d’État auprès de Nicolas Hulot…Puis ministre chargé des Collectivités Territoriales…et ministre des Outremer depuis quelques jours. Pourquoi devrait-il s’arrêter là? Dernier objectif en date, les sénatoriales de septembre prochain. Il a osé ne demander la permission à personne, seulement proposé que les trois sénateurs sortants, du centre et de droite, se rallient à lui pour composer une seule liste capable de l’emporter. Ladislas Poniatowski, le 3ème sénateur sortant, a souhaité mettre fin à sa carrière, l’affaire est donc plus simple. Mais voilà tout ne se déroule pas selon les plans du ministre….

....Quelques années en arrière, pour mieux comprendre

Donc, en 2014, la droite et le centre s’accordent sur une liste unique aux sénatoriales de septembre. Un échange de bons procédés est mis en place. Bruno Le Maire et Sébastien Lecornu, les deux grands patrons LR du département, acceptent d’abord d’aider les centristes à prendre la Région Haute-Normandie, en 2015, un an plus tard, sous la houlette de Hervé Morin ami de Hervé Maurey. Mais, il y a une condition: que tous les centristes votent pour Sébastien Lecornu à la présidence du département, toujours en 2015. Rien, en revanche, pour le renouvèlement du sénat en 2020. Mais, dans la tête de Sébastien Lecornu, selon un proche, le jeune ministre qui prévoit sur le long terme, avait déjà en tête la perspective du Sénat 2020. En conséquence de quoi, Hervé Maurey avait accepté ce jeu d’alliances. Et quand on joue faut-il s’étonner d’être contourné par un meilleur joueur?

Amis politiques d’hier, adversaires aujourd’hui

Hervé Maurey est aujourd’hui un peu coincé aux entournures. Il ne mènera pas, de nouveau, une liste de la majorité sénatoriale Union Centriste-LR, sans concurrence directe. La liste LREM de Sébastien Lecornu comptera beaucoup. C’est une réelle concurrence pour Hervé Maurey. Ce dernier a refusé la main tendue de Sébastien Lecornu de faire une liste d’union LREM-Majorité sénatoriale. Le sénateur sortant estime que LREM est dans l’opposition sénatoriale et lui est dans la majorité qui soutient le Président Gérard Larcher. C’est une logique qui tient debout, mais il était devant un choix.

Hervé Maurey, élu de qualité

Il est vrai que Hervé Maurey a été un sénateur efficace. Les dossiers qu’il a mené, l’ont été avec succès. “C’est un travailleur” disent ses collègues et “il sera réélu sans difficulté“. Probablement, mais le mode de scrutin de liste à la proportionnelle pourrait l’empêcher d’obtenir l’élection des trois sénateurs. Tout pourrait se jouer sur l’audience de Sébastien Lecornu chez les grands électeurs. Tous des élus locaux.

La sénatrice mi-figue mi-raisin

Pour couronner l’ensemble, la sénatrice sortante, Nicole Duranton, 2ème de liste, rejoint Sébastien Lecornu, alors qu’elle est membre de la majorité sénatoriale. Hervé Maurey prend un autre coup sur la tête. Elle est aussi une lame à double tranchant. Si Hervé Maurey obtient suffisamment de voix, Nicole Duranton pourrait passer à la trappe. Ce serait un score très mitigé. Qui de Sébastien Lecornu ou d’Hervé Maurey prendrait deux sièges et l’autre un seul?

La liste Lecornu LREM

A ce jour, les listes complètes ne sont pas connues. Mais, il semble que le président du Conseil Départemental de l’Eure ait été sollicité. Pascal Lehongre pourrait accepté ce sacrifice en n’oubliant pas qu’il doit son siège de président à….Sébastien Lecornu. Donc: 1—Sébastien Lecornu; 2—Nicole Duranton; 3—Pascal Lehongre. Les deux suivants sont des suppléants

Categories: Eure

Comments

  1. José Alcala Author 16 juillet, 2020, 19:07

    @ Paul
    Effectivement, je me souviens de l’élection de Ladislas Poniatowski qui a réussi à passer de quelques voix. Alors oui, si la gauche arrive à composer une liste d’union, elle pourrait obtenir un siège très logiquement. Mais, le risque est grand que plusieurs listes de gauche et écolo partent à la bataille, séparés et dans ce cas…..

  2. Paul 16 juillet, 2020, 18:39

    Et quelles sont selon vous les chances de la gauche, si elle parvient à s’unir ? Avec deux listes, il n’avait manqué que quelques voix à Bruno Questel alors PS pour l’emporter

Write a Comment