Eure. Bataille interne au PS pour le poste de 1er Secrétaire Fédéral

Bourlet-Sanchez copier

 

La démission, un peu forcée, d'Yves Léonard de sa charge de patron du PS, donne lieu à une lutte d'influence au sein du Parti. Quatre candidats sont sur les rangs pour l'élection qui aura lieu le 2 février. Déjà, les dagues sortent des fourreaux.

 Marc-Antoine Jamet, maire de Val-de-Reuil et conseiller régional; Richard Jacquet, maire de Pont-de-l'Arche; Rachid Mammeri, ancien conseiller régional et François Bouillon, miltant socialiste d'Evreux. L'un des quatre sera le prochain Premier Secrétaire Fédéral du Parti Socialiste.

Marc-Antoine Jamet au pas de charge

Le maire de Val-de-Reuil mène une charge des plus offensives. Il inonde les militants de mails, SMS et coups de téléphone. Le poste l'intéresse et y met les moyens pour parvenir à ses fins. Diriger le parti dans l'Eure renforcerait son aura. Marc-Antoine Jamet est cependant contesté à l'intérieur du PS départemental. Sa façon parfois expéditive d'aborder les situations lui vaut quelque antipathie. Toutefois les sections de Val-de-Reuil, Louviers et une partie d'Evreux, lui sont favorables. De même que la section Gasny-Etrépagny, dont le responsable est Adrien Jolly, le fils du maire de Gasny. A l'intérieur de la fédération, on le dit menaçant envers Richard Jacquet.

Richard Jacquet avec calme et sang-froid.

Le maire de Pont-de-l'Arche avait fait connaitre sa candidature calmement. Il aborde ce scrutin avec sérieux mais sans en faire une affaire d'Etat. S'il est battu, il s'en remettra, disent ceux qui le connaissent bien. Ses chances de l'emporter sont réelles. Outre la section de Pont-de-l'Arche qui lui est acquise, celles de Conches, Pont-Audemer et Vernon, lui sont aussi favorables, ainsi qu'une partie d'Evreux. Richard Jacquet a réçu, également, le soutien de Jean-Louis Destans, le président du conseil général.

Rachid Mammeri vers un score d'estime

L'ancien chef de fil de la liste PS à la mairie d'Evreux, en 2008, n'a plus de mandat électif. Sa candidature à la tête du PS est pour lui un moyen de poursuivre son action politique au sein du PS. Certains de ses amis le soutiennent, tandis que d'autres le dissuadent d'aller jusqu'au bout. Son engagement est celui d'un passionné, mais d'autres ne l'entendent pas de cette oreille. D'ici le 2 février, Rachid Mammeri a encore du temps pour la réflexion. Il pourrait, peut-être, décider de se retirer en faveur de Richard Jacquet. C'est une hypothèse, mais non une certitude.

François Bouillon, le militant syndicaliste

Ancien professeur de philosophie et ancien syndicaliste, la candidature de François Bouillon, si elle n'est pas fantaisiste, est atypique. D'aucuns le disent candidat de Michel Champredon chargé de barrer la route à Marc-Antoine jamet et à Richard Mammeri, mais aucun élément sérieux ne permet de prendre ces affirmations au sérieux. Sa candidature serait déjà compromise puisque déposée hors délai. Elle serait actuellement à l'étude et confirmée, ou non, jeudi ou vendredi.

 

Categories: Eure

Comments

  1. José Alcala 19 janvier, 2012, 09:32

    @ Rachid Mammeri
    Richard-Rachid est une coquille, vous vous en doutiez. J’avais en tête Richard (Jacquet) je vous ai donc attribué ce prénom dans la foulée de l’écriture…C’est corrigé, merci. Pour la photo, désolé, mais c’est la seule disponible sur votre site. Je vous propose de la changer avec un portrait plus récent. Pour François Bouillon, je dirais que les positionnements peuvent changer. Ce qui était vrai en 2008 ne l’est peut-être plus aujourd’hui. Il y a une réalité sur le sens de cette candidature, sans doute pas très éloignée de l’environnement PRG !?

  2. zébulon 19 janvier, 2012, 07:34

    attention en étant trop assoiffé l’on risque de prendre le bouillon !

  3. Duchamp 19 janvier, 2012, 06:46

    Un changement d’ère est nécessaire dans l’Eure !
    La fédération de l’Eure a plus que jamais besoin de dynamisme, de volontarisme et de souffle. Dans un territoire qui souffre, où la droite est en embuscade et où le parti socialiste a vocation a convaincre chacune et chacun que le changement est possible -aussi chez nous, je suis convaincu que Monsieur Jamet est notre homme.
    Dommage que nous n’ayons pas un équivalent local d’Arnaud Montebourg pour dénoncer certaines pratiques mises en oeuvre pour empêcher cette bouffée d’oxygène que représente la candidature du Maire de Val de Reuil…La Fédération de l’Eure est une belle au bois dormant : il faut la réveiller ! Et, pour cela, il faut un homme neuf, dynamique, compétent et surtout…hyper motivé!

  4. Rachid Mammeri 19 janvier, 2012, 02:56

    Bonsoir M. Alcala,
    Je viens de lire votre billet et une erreur s’y est glissée. J’ai vu ma photo (j’avais 28 ans, merci cela me rajeuni de 14 ans) donc je pense que vous vouliez parler de moi. Mon prénom, c’est Rachid et non Richard, même si une personnalité a, un jour, essayé de me (re)baptiser.
    Pour ce qui est de François Bouillon où vous dites “D’aucuns le disent candidat de Michel Champredon”, je me souviens du jour d’entre les deux tours des municipales de 2008, où François Bouillon a refusé de figurer sur la liste fusionnée lors des municipales de 2008 même si je lui proposais un poste de maire-adjoint. Il m’a dit qu’il ne pourrait jamais travailler avec Michel Champredon… alors, pour Michel Champredon, je n’y crois pas du tout! François Bouillon est quelqu’un d’honnête que ne s’est pas fourvoyé pour un poste de maire-adjoint. Il n’est ni Champredoniste, ni même Mammeriste ou ce que vous voulez. Il est de ces hommes de conviction qui cherchent l’intérêt de tous.
    Cordialement,
    Rachid Ma Mairie…
    C’est une blague bien-sûr 🙂

  5. José Alcala 18 janvier, 2012, 12:38

    @ Adrien Jolly
    Rien n’est affirmé dans l’article de l’énumération que vous faites. Vous n’êtes accusé de rien. Seule votre filiation avec le maire de Gasny est précisée, ce qui n’est pas une critique, mais une information. Je pense qu’il n’est pas honteux d’être le fils ou le père de quelqu’un….
    Quant à vos valeurs de justice, que je ne mets pas en doute dans l’absolu, elles devraient comporter aussi le respect d’une information libre qui a l’air de vous déplaire, en filigrane.

  6. Adrien Jolly 18 janvier, 2012, 12:16

    Je tiens à souligner une chose, je ne suis pas là par la volonté du maire de Gasny.
    Je me suis engagé en politique dans le soucis de faire évoluer la société, que mes valeurs de justice sociale, d’humanisme et de respect de chacun puissent ne pas rester à l’état idéologique, indépendemment de toutes “pressions” familiales ou amicales.
    Je n’ai jamais eu de passe-droit pour accéder à quelques fonctions que ce soit, mais ce sont bien les militants de la section d’Ecos-Etrépagny-Gasny qui ont voté en âme et conscience pour que j’anime cette section en plein développement.
    J’aimerai donc, à l’avenir, ne pas passer pour le faire-valoir du maire de Gasny, avec qui d’ailleurs j’ai souvent des divergences d’opinion, ni comme le descendant d’une lignée digne d’une filiation monarchique.
    Je suis un jeune engagé en politique, certes issu d’une famille elle-même très engagée, mais je n’en reste pas moins un individu à part entière qui souhaite redonner à la France son glorieux passé humaniste, social et solidaire, et donner à l’Europe toute la dimension qui doit être la sienne.
    Adrien Jolly
    Secrétaire de la section d’Ecos-Etrépagny-Gasny
    Membre du Bureau Fédéral du PS de l’Eure

Write a Comment