Elections Européennes. Le candidat de Debout La République est passé à Vernon

  Militans DLRLe parti de Nicolas Dupont-Aignan, "Debout La République" n'est pas en retard dans sa Campagne pour les élections Européennes. Plusieurs têtes de listes ont été investies, dont Jean-Philippe Tanguy, 27 ans, délégué aux fédérations du mouvement. Jeudi dernier il était à Saint-Marcel accompagné de militants et de la présidente de Debout La République pour la Haute-Normandie, Brigitte Brière.

Jean-Philippe Tanguy est originaire de Boulogne-sur-Mer et un peu normand, aussi. Jeune gaulliste par conviction, il adhère très tôt au Mouvement "Debout La République". Son parti n'est pas nationaliste, précise-t-il, mais patriotique comme l'était le gaullisme en son temps. Il se bat contre "l'Europe qu'on veut nous imposer, celles de la Commission et des technocrates bruxellois…à DLR nous ne voulons une Europe mondialisée, mais une Europe des Nations… nous rejetons l'euro surrévalué et la supranationalité imposée par les allemands, nous combattons toute forme de fédéralisme que certains préparent, y compris en France".

La vice-présidente nationale de DLR et présidente de Haute-Normandie et des militants, accomapgnaient le jeune candidat. Le matin le groupe visitait l'usine Steiner, à Saint-Marcel, spécialiste de produits chimiques.

 

 

 

 

 

Categories: Europe

Comments

  1. Caméra Diagonale 13 février, 2014, 12:35

    @ Henri Clément
    Il ne vous a pas échappé que les journalistes n’ont pas été conviés à la visite de l’usine Steiner. Cela m’aurait permis de préciser sa spécialité en donnant des éléments techniques essentiels. Faute de quoi j’ai parlé de spécialiste de produits chimiques, ce qui est une réalité.
    Abstenez-vous de toujours vouloir faire la leçon aux autres, surtout pour débiter des âneries et autres formules à l’emporte-pièce, sans réfléchir.

  2. Henri Clément 13 février, 2014, 09:59

    Steiner, spécialiste de produits chimiques.
    Oui, mais “spécialiste de la maîtrise industrielle des colorants” est quand même plus positif comme formulation. La valorisation des trop rares métiers d’excellence locaux vaut bien un effort de langage.
    Au moins en attendant que l’UE nous délocalise tous çà…

Write a Comment