Editorial. Griveaux l’inconscient

Editorial. Griveaux l’inconscient

La classe politique le défend. Que pouvait-elle faire d’autre? Une sorte de communautarisme l’a atteinte, sur ce seul sujet. Selon elle, Benjamin Griveaux a subi la plus fracassante attaque contre sa vie privée. Soyons clair, d’emblée. Il ne saurait être question de ne pas condamner cette agression contre un homme qui n’est pire qu’un autre à égalité de responsabilité politique. Évidemment! Cependant, dans cette affaire il y a, en réalité, deux sujets. Le premier est qu’un individu, homme ou femme, a le droit à une vie privée, dont fait partie la sexualité dans son ensemble. Ce droit doit sortir de la sphère publique. Nul ne peut s’occuper des fesses de son voisin. Porter atteinte à ce principe dans le droit français est un délit et la sanction pour l’agresseur doit passer. Ensuite, l’autre sujet est d’ordre technique où la responsabilité personnelle est engagée. Ainsi, Benjamin Griveaux s’est filmé avec un Smatphone (appareil doté d’une technologie des plus avancée) et, cerise sur le gâteaux, a envoyé la vidéo à une tierce personne. Dès lors le fichier vidéo est devenu public comme aurait dû le savoir l’utilisateur. C’est-à-dire qu’une fois parvenu sur le réseaux il peut être capté par des mains malveillantes. C’est ce qui est arrivé. Ensuite, le fichier devient une vitrine ouverte sur le monde. Le russe, illégalement, l’a exploité comme il a voulu. La responsabilité, originelle, revient bel et bien à Benjamin Griveaux. Il a été le producteur de la vidéo, le réalisateur, le caméraman et l’acteur. D’une main il tenait le Smatphone et de l’autre il tenait autre chose. Ce court-métrage n’avait pas à être filmé par un Smartphone, mais par un autre appareil classique et surtout le fichier vidéo n’avait pas à être transmis par SMS. Il est temps de s’apercevoir que les réseaux sociaux sont, avant tout, des torrents de boue. La classe politique le sait puisque elle le dénonce épisodiquement. Malgré cela, elle continue d’y exceller pour vanter ses actions et briser celles des autres. Insidieusement, elle tente de laisser croire que Monsieur Griveaux a été filmé à son insu par un intrus caché chez lui. Non, il en est simplement l’auteur de A à Z. Le plus fâcheux sont les retombées néfastes, probables, sur les listes LREM partout en France. Les candidats n’y sont pour rien mais pourraient en payer le prix dans les urnes. Manifestement, Benjamin Griveaux est un inconscient.

Categories: France

Comments

  1. Gab. 19 février, 2020, 14:12

    Enfin un point de vue simple, clair et intelligent: si Monsieur Benjamin GRIVEAUX a été le producteur , le réalisateur, le caméraman et l’acteur de la vidéo faite à partir d’un smartphone, il doit en assumer la totale responsabilité.
    Ceci d’autant plus qu’il doit vraisemblablement en être le PREMIER diffuseur. En effet toute personne qui filme, dessine ou peint un portrait a comme objectif que cette image soit vue par une tierce personne, sinon il ne filme pas, ne dessine pas, ne peint pas, n’est-ce pas?
    Alors, comme tout ce public (politiciens et journalistes) pousse des cris d’orfraie pour que les diffuseurs de cette vidéo à caractère privé soient sanctionnés, sanctionnons le premier des diffuseurs: Benjamin GRIVAUX.
    Parodier votre titre “GRIVEAUX l’inconscient” par “GRIVEAUX , un con chiant” serait un peu trop facile, mais demandons-nous encore pourquoi l’avis exprimé dans votre éditorial n’est pas mieux partagé dans l’ensemble des médias? Est-ce trop simple à comprendre ?

  2. zébulon 16 février, 2020, 11:55

    Si seulement TOUS les utilisateurs des réseaux sociaux, de captage vidéo pouvaient être conscients des risques qu’ils prennent pour eux, pour les autres avec les conséquences pour leur vie privée, professionnelle, s’ils lisaient entièrement les conditions d’utilisations, s’ils paramétraient correctement la sécurité, le partage ou non, la diffusion public ou privée, etc s’ils prenaient le temps de s’informer, d’informer les plus jeunes (là ce n’est pas gagner car l’inconscience les touche en premier !) et si les législateurs votaient des textes de lois encadrant beaucoup plus les réseaux sociaux, internet au niveau national, international avec un pouvoir de blocage de certains sites sur décision judiciaire en référé en premier temps est-ce que cela est envisageable , Mais en premier lieu comme vous le dites quel est l’intérêt de filmer de se filmer dans des situations qui sont de la sphère privée sur le plan sexuel ET de l’envoyer via son portable, son ordinateur ? Les temps évoluent et les “conneries” aussi ! En attendant l’épouse, les enfants, la famille, les amis de la personne auteure sont détruits, victime de celui qui partage leur vie .Les avocats ne vont avoir de quoi alimenter les tribunaux !

Write a Comment