Cinéma. Le discours d’un Roi (MAJ)

MAJ

Il s'agit de cinéma politique. Lors de la déclaration de candidature dans la 1ère circonscription (voir précédent sujet) de Michel Champredon, le nouveau Premier Secrétaire Fédéral du PS à prononcé un bref discours en totale désynchronisation avec les réalités de terrain. Décryptage.

 

 

 

Manifestement, Caméra Diagonale n'était pas la bienvenue dans la salle de réunion de la Fédération. Le patron des lieux a tenu à le manifester à sa manière:  poignée de main sélective à l'adresse des journalistes. Très impressionnant! La séquence de déclaration de candidature de Michel Champredon s'est déroulée le plus normalement du monde. Le maire d'Evreux était dans la mesure et non dans l'invective, tout en défendant son camp. Son suppléant restait sur la même ligne. Présent aussi, Olivier Taconet, le président départemental du Parti Radical de Gauche. Rien de plus normal puiqu'il soutient cette candidature, mais sans en rajouter. Des mots simples prononcés avec une certaine timidité bien naturelle lorsqu'on connait l'homme.

Enfin, vient la réponse du chef. Du nouveau chef, rassembleur, dynamique, qui va bousculer les habitudes et mettre un ordre nouveau dans la maison. Marc-Antoine Jamet, tel César devant ses gens. Il n'est pas dans la demi mesure. (voir vidéo).  Hommage à Olivier Taconet et aux Radicaux de Gauche. On croit rêver. Du côté de Val-de-Reuil et Louviers, il faut voir la guerre ouverte que se livrent les partisans du PRG et les socialistes jametistes. C'est du lourd. Qu'est-ce donc ce numéro de faux-cul? Où est la vérité? sur le terrain des opérations, verbales et musclées, ou dans le salon feutré de la Fédération, à Evreux?

Autre aberration dans ce discours, à peine préparé. L'attaque déraisonnée contre Bruno Le Maire. Oui, le candidat et le chef socialiste sont dans leur rôle en défendant leur camp, contre l'adversaire UMP. Mais la certitude de Monsieur MAJ invoquant le "candidat sortant, sorti" (sic) est d'une désinvolture ramenée au niveau de l'amateurisme chronique. La vidéo montre une agressivité à peine rentrée. Cette inconstance est étayée lorsqu'on revient sur la nomination de Bruno Le Maire au Secrétariat d'Etat aux Affaires Européennes, en 2008. Dès l'annonce, le maire de Val-de-Reuil se fendait d'un communiqué pour saluer cette nomination "C'est une excellente chose pour l'Europe..." écrivait-il. Nombre de socialistes avaient été surpris de cette proximité traduite par un vibrant hommage. Et l'on pourrait poursuivre par un autre épisode grotesque lorsque le maire de Val-de-Reuil, appuyé par ses snipers lovériens, assimilait le PRG et particulièrement le maire de Louviers, d'évoluer dans une proximité avec la droite. Le même Monsieur MAJ, lors d'une fête de la Rose, apostrophait le même Olivier Taconet sur des, soit-disant, accords avec l'UDF d'Hervé Morin, à l'époque. Passons sur la candidature de François Hollande, considéré comme social-démocrate face à une vraie gauche incarnée par Martine Aubry…..Aujourd'hui, Hollande est le meilleur.

L'histoire locale retiendra cette parenthèse électorale, tout en rond de jambes, avant le retour des hostilités avec ses relents de revanche et de règlements de compte, du côté de Louviers-Val-de-Reuil.

NB. Deux séquences courtes de la vidéo ont été doublées au ralenti, pour accentuer le propos.

Categories: Eure

Comments

  1. Denis 4 mars, 2012, 10:54

    Merci, José, de nous permettre, par la mise en place de ce ralenti, de comprendre enfin tout le sens des phrases – parfois rapides – de Marc-Antoine.

  2. Vieille canaille 29 février, 2012, 10:51

    Après onze années de présence à Val-de-Reuil, sur la base de deux jours de présence par semaine, en étant généreux, qu’attend l’homme de LVMH? Un maroquin gouvernemental, un siège de député, une présidence d’exécutif régional ou départemental? Ses chances sont bien minimes. De toute façon si Hollande est élu, s’en sera terminé avec le cumul. Dès lors le jeu en vaut-il la chandelle? Cette contrée euroise n’a jamais sied aux parachutés. Une seule exception, qui confirme la règle: François Loncle. Le prochain n’est pas né. Vive les candidats locaux attachés à leur terre.

Write a Comment