5 000 personnes entre Gaillon et Aubevoye

5 000 personnes entre Gaillon et Aubevoye

Du jamais vu à Gaillon. La Grande Marche Républicaine organisée à Paris et partout en province, réunit en ce moment même autour de 3 millions de personnes, selon des dernières informations, dont 5 000 à Gaillon. Le rassemblement a débuté devant la mairie et le cortège, sur une longueur d’un kilomètre, s’est dirigé vers Aubevoye. Prévu, initialement, devant la mairie, Jean-Luc Récher a dû le faire converger vers le stade à proximité. Toutes les générations étaient représentées, grands-parents, parents adolescents et enfants. Tous, très émus par les circonstances, n’avaient qu’un désir: celui de l’unité des français dans ces moments pénibles. Reportage filmé et Interviews. durée, 11 minutes.

L’élan a été général. Il a fallu quelques jours et souvent quelques heures seulement pour passer le message. Le bouche à oreille, les réseaux sociaux, le téléphone portable, les mails envoyés en nombre. Signe des temps, les nouvelles technologies de l’information ont servi, de façon magistrale, à aller au secours de le Liberté d’Expression. Tous les rassemblements, celui de Gaillon et autres dans le pays, ont été vécus dans la ferveur d’une communauté nationale abasourdie par l’attaque terroriste inadmissible et inhumaine. Ferveur loin des contingences de la politique  politicienne et de ses aspirations parfois infantiles, ou désuètes. Un peuple peut se lever seul lorsque le danger pointe et frappe. Le monde entier a regardé cette France debout, en marche, avec laquelle il faudra compter lorsqu’elle sera en danger. A Paris et en d’autres lieux, policiers et gendarmes ont été applaudis. Ce fut le cas entre Gaillon et Aubevoye, au passage du cortège devant des gendarmes en faction. Images étrangement ressemblantes à celles de la Libération de Paris….

C’est Jean-Luc Récher, maire d’Aubevoye et son collègue Bernard Ledilavrec, maire de Gaillon qui sont à l’initiative de cette Grande Marche Républicaine, mais ce sont les participants qui y ont répondu en nombre. Le clivage gauche-droite est ici, comme ailleurs, largement dépassé…

Arrivé, du cortège, à Aubevoye, 40 minutes plus tard, c’est Jean-Luc Récher qui prononce un discours des plus œcuméniques et aussi très offensif contre les assassins de mercredi et vendredi derniers. Il brosse un tableau sur la situation actuelle et sur ce qu’elle devrait être en matière de gestion de la délinquance des quartiers, première étape, parfois, dans l’implication et l’apprentissage du terrorisme. Discours rare chez un élu de gauche même si au plus haut niveau de l’Etat les choses semblent changer. L’unité nationale, pour Jean-Luc Récher, devra être une force nouvelle, durable dans le temps. Voir vidéo.

Discours de Bernard Ledilavrec avant la Marche

J’ai beaucoup de mal à masquer mon émotion au moment de prendre la parole. Si nombreux réunis pour cette marche républicaine ! Si nombreux partout dans le monde à brandir ces trois mots « JE SUIS CHARLIE » ! Nous sommes rassemblés pour exprimer notre compassion et notre solidarité aux familles, aux proches, aux collègues, aux amis des 17 victimes sauvagement assassinées par des barbares sanguinaires qui ont un mépris absolu de la vie humaine y compris la leur. Ils se sont attaqués à des journalistes et des caricaturistes parce qu’ils symbolisent la liberté d’expression. Ils se sont attaqués à des policiers parce qu’ils assurent notre sécurité. Ils se sont attaqués aussi à des clients de l’hyper cacher de la porte de Vincennes parce qu’ils sont juifs. Nous sommes tous choqués par ces actes de barbarie. Nous sommes rassemblés pour défendre la liberté, la démocratie et les valeurs républicaines : LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE et j’ajouterai LAÏCITE. Chacun est libre de pratiquer ou pas la religion de son choix. Mais aucune ne peut s’imposer. Cet immense mouvement spontané de solidarité est réconfortant. Les nombreux présidents et chefs de gouvernements présents aujourd’hui à Paris ne s’y sont pas trompés. Le monde entier sait bien que ce sont les valeurs universelles qui constituent le fondement de toute société de liberté et de justice qui sont attaquées. C’est cette France que nous aimons, c’est la France des droits de l’homme. Tous ces barbares savent dorénavant que nous sommes debout et que nous résisterons. C’est la responsabilité de chacun d’entre nous d’être vigilant et de lutter par tous les moyens contre toute manifestation de complaisance à l’égard de ces actes d’une exceptionnelle barbarie. Nous entendons que dans certaines classes, les élèves ont refusé de se lever pour respecter la minute de silence en hommage aux victimes. Nous entendons que sur les réseaux sociaux, de nombreuses voix racistes et xénophobes s’expriment encore. Notre mobilisation populaire, républicaine, celle de la société toute entière, celle des associations, des partis politiques, des syndicats, des églises portent le message aux terroristes que leur combat est vain. Au moment de conclure, je veux dire en votre nom à tous, mes remerciements et ma considération aux gendarmes, aux policiers et à tous les services de l’Etat pour leur engagement et leur efficacité pour neutraliser les terroristes.

Le 11 janvier 2015

Bernard LE DILAVREC.

 

Categories: Eure

Write a Comment