2ème circonscription, Jean-Louis Destans est élu député

Destans 2Des résultats de premier tour très serrés. S'il est vrai que le président du conseil général, socialiste, de l'Eure, était arrivé en tête au 1er tour avec 0,69%, soit 321 voix, à l'addition des voix de droite et du FN, Jean-Pierre Nicolas, sur le papier, gagnait. Mais voilà, il en a été autrement. Les électeurs ont choisi la gauche avec 39 voix d'avance, seulement, soit 50,04% et 49,96% à Jean-Pierre Nicolas

Jean-Louis Destans a eu le nez creux en choisissant la 2ème circonscription de l'Eure. Après une tentation dans la 3ème circonscription et une candidature au Sénat, le président du conseil général remporte le siège détenu par l'UMP Jean-Pierre Nicolas, depuis 2002. interviews vidéos, un peu plus tard dans la soirée.

 

Les autres résultats

1ère circonscription

Bruno Le Maire UMP, 57,97%, élu

Michel Champredon PRG, 42,03%

3ème circonscription

Hervé Morin Nouveau Centre, 53,17%, réélu

Mélanie Mammeri PS, 46,83%

4ème circonscription

François Loncle PS sortant, 57,05%, réélu

François-Xavier Priollaud Nouveau Centre, 42,95%

5ème circonscription

Franck Gilard UMP sortant, 60,41%, réélu

Jean-Michel Dubois FN, 39,59%

Categories: Eure

Comments

  1. Janus 21 juin, 2012, 18:25

    @José Alcala
    Vous avez raison. Nous verrons le moment venu.
    Je fais un procès d’intention à J.L. Destans et je m’en excuse.

  2. José Alcala 21 juin, 2012, 12:47

    @Franck Martin et Janus
    Oui, si l’on s’en tient à la future loi et son application liée aux prochaines échéances territoriales, vous avez raison. Mais j’ai entendu, comme tout le monde, le candidat Hollande pendant la Campagne suggérer, qu’à titre personnel et pour montrer l’exemple, les élus socialistes concernés pouvaient se mettre en règle dès le vote de la loi. Nous verrons, alors, ceux qui écouteront son conseil et ceux qui feront semblant de ne pas être au courant.

  3. Franck Martin 21 juin, 2012, 08:31

    @José
    Oui, elle s’appliquera avant l’élection législative de 2017, mais pas avant le renouvellement des mandats locaux. En d’autres termes, un président de conseil général peut attendre 2014…ou 2015, si l’élection des conseillers généraux est reportée d’un an. Sauf si les députés décident de devancer l’appel volontairement, dès le vote de la loi, par exemple. Mais je suis certain que l’intention du législateur n’est pas de déstabiliser les exécutifs avant terme, ni de provoquer une cascade d’élections partielles…

  4. Janus 21 juin, 2012, 08:31

    @José Alcala
    Franck Martin a raison. La loi ne peut être rétroactive. Une loi sur le cumul des mandats votée en septembre ne serait applicable qu’au renouvellement des élus départementaux.
    Vous connaissez les calendriers et les programmes, il faudrait renouveller ces braves gens en 2014 sauf … si la loi de réforme des collectivités territoriales de 2010 était révisée et les conseillers territoriaux supprimés. Dans ce cas, les “nouvelles” élections locales auraient lieu en 2015.
    J.L. Destans devrait donc cumuler jusqu’en 2015.

  5. José Alcala 20 juin, 2012, 22:05

    @ Franck Martin
    Non, je ne parie jamais si je suis pas sûr à 100%. Toutefois, j’ai quand même noté qu François Hollande a fait la promesse d’une loi sur le non cumul, pendant la Campagne et non après son élection. Ce qui veut dire que la loi un fois votée s’appliquera dès cette mandature et non en 2017.

  6. Franck Martin 20 juin, 2012, 12:25

    @josé
    Bien entendu la loi sera votée à l’automne. Mais rien ne dit qu’elle s’appliquera immédiatement. Habituellement, la loi n’est pas rétroactive. Je peux me tromper, mais il y a fort à parier que l’application de la loi anti-cumul se fera lors du prochain renouvellement et ne concernera pas immédiatiment les mandats actuellement en cours. On parie ?

  7. Gondor 20 juin, 2012, 09:57

    Malheureusement Zébulon, j’ai bien peur que DD ne soit pas totalement éloigné de la réalité … Faire appel à la Justice, obtenir une enquête du SRPJ (la Procureur de la république étant avertie), tout cela a été fait pour “certains cas” … mais sans suite. On attend toujours un procès depuis 3 ans !
    C’est désolant, mais “l’organisation départementale” est loin d’être sans faille …
    La diffamation est grave, mais la dissimulation l’est tout autant ; alors que faire ?

  8. zébulon 19 juin, 2012, 17:57

    @DD : votre commentaire laisse à penser que le président du conseil général aurait abusé de sa situation pour détourner de l’argent public. J’espère que votre argumentation tient avec de bonnes preuves car si la dialectique permet beaucoup de choses, il faut faire attention à la diffamation. Si vos affirmation concernant la directrice adjointe de cabinet est vrai pourquoi n’avez-vous pas saisi la justice ? Pourquoi n’avez-vous pas alerté les électeurs avant les élections, la presse si vous êtes aussi formel : étonnant pour un adversaire politique ! Je ne suis pas le supporter de quelque candidat mais vos propos sont d’une gravité qui me laisse perplexe.

  9. zébulon 18 juin, 2012, 22:55

    @Franck Martin : dans votre commentaire vous déclarez que “Jean-Louis Destans ne semble pas disposé à descendre de son perchoir, que le gouvernement va supprimer l’élection des conseillers territoriaux”,qu’il reste à la présidence du CG et que cela rassure ses amis dont vous déclarez faire partie. Ne croyez vous pas que votre déclaration puisse être vexante pour ceux qui pourraient prétendre à sa succession car si la loi sur le non cumul des mandats est votée en septembre prochain comme le déclare José Alcala il devra soit rester au Conseil Général soit au Palais Bourbon. Je vois mal Jean-Louis Destans avoir battu Jean-Pierre Nicolas aux législatives pour laisser sa place à son suppléant et rester au département : les électeurs seraient ravis d’avoir votés pour un politique qui ferait machine arrière non ! Et puis si cette loi sur les collectivités territoriales est votée, il sera bien content de ne plus être président du conseil général dont le rôle et l’importance ne seront plus celles d’aujourd’hui car l’homme qui aura le pouvoir sera le président de la région que se soit sur le plan politique, financier si ma mémoire est bonne.

  10. José Alcala 18 juin, 2012, 13:33

    @ Franck Martin
    La loi sur le non cumul d’un mandat parlementaire avec une présidence d’exécutif, sera votée en septembre. Jean-Destans devra s’y plier.

  11. Franck Martin 18 juin, 2012, 12:59

    Bravo ! Les victoires les plus belles sont les plus difficiles…
    Par ailleurs, Jean Louis Destans ne semble pas disposé à descendre de son perchoir… avant le renouvellement du conseil général, qui n’aura pas lieu avant… plusieurs années, car la gauche va supprimer l’élection de conseillers territoriaux. JLD reste à la barre du CG27, cela rassure ses amis, dont je suis.

  12. @lucette 18 juin, 2012, 12:42

    a votre place M. Nicolas je ferai une vérification des urnes

  13. zébulon 18 juin, 2012, 07:34

    Maintenant élu député, Jean-Louis Destans va devoir laisser sa place de président du conseil général. Son successeur devrait être Alfred Recours, actuellement cinquième vice-président sur les douze de la commission permanente à moins que la parité homme-femme soit appliquée et que Mme Andrée Auger (conseillère générale PC, 2ème vice-présidente)à moins que ce soit le premier vice-président Gérard Silighini qui devrait assurer l’intérim soit comme la logique le voudrait mais quels sont les accords passés avant la législature, seront-ils respectés ?. De toute façon, la tâche du futur président du conseil général ne sera pas facile car il aura à appliquer La loi de réforme des collectivités territoriales n° 2010-1563 du 16 décembre 2010 parue au JO n° 292 du 17 décembre 2010.
    Cette réforme consiste à mettre en œuvre, sur plusieurs années, les dispositions relatives aux structures territoriales, à l’intercommunalité, à la mutualisation des services et à la rationalisation des compétences de quoi alimenter des débats dans l’hémicylce !

  14. zébulon 17 juin, 2012, 22:39

    le 6 juin dernier dans ce blog consacré à la candidature de Jean-Louis Destans j’écrivais ” Jean-Pierre Nicolas a du soucis à se faire car face à lui il a un politicien d’envergure qui, je n’en doute pas, a plus d’arguments pour aller lui prendre son poste à moins que le FN joue le joker !” Apparemment il y a eu un report des voix pour le président du conseil général de l’Eure sans omettre les abstentionnistes de quoi faire réfléchir Jean-Pierre Nicolas sur sa stratégie et sa reconnaissance politique dans la circonscription !

Write a Comment