2022, un duel programmé statistiquement et mathématiquement faux

2022, un duel programmé statistiquement et mathématiquement faux

Tous, commentateurs, spécialistes, politologues, journalistes de l’info-continu, s’emballent sur l’hypothétique duel de second tour de la présidentielle de 2022. C’est d’un simplisme déconcertant. La probabilité de voir, ainsi, Emmanuel Macron face à Marine Le Pen, à l’identique de 2017, n’a aucune logique politique. Cela tient à plusieurs raisons. D’abord, les électeurs ne sont pas aussi tartuffes que certains débatteurs des plateaux le laissent entendre. S’ajoute la réalité historique: depuis 1958, avec l’avènement de la 5ème République, cela ne s’est produit qu’une seule fois. Explications:

La première élection présidentielle au suffrage universel direct s’est tenue en décembre 1965. Depuis cette date et jusqu’en mai 2017, les français ont voté 10 fois pour le premier tour et 10 fois pour le second et on élu 8 présidents de la République. Mitterrand et Chirac ayant été élus deux fois. Si l’on se penche sur les duels de second tour, l’on constate que seuls Valéry Giscard d’Estaing et François Mitterrand se sont affrontés à deux reprises. En 1974 et 1981. En 1974 Giscard l’emporte et en 1981 Mitterrand prend sa revanche. Ces deux duels ont une explication. En 1974, la droite dominait largement encore le paysage politique français. En 1981, le parti socialiste, créé par François Mitterrand quelques années avant et l’union avec les communistes et les radicaux, donnaient à la gauche un poids politique jamais égalé depuis la fin de la seconde guerre mondiale. S’ajoute une situation non négligeable: la volonté des gaullistes de faire barrage à VGE.

Aujourd’hui, les électeurs ne veulent plus de ces rentes de situation

D’aucuns expliquent que c’est Emmanuel Macron qui installe, d’ors et déjà, ce duel de second tour. Marine Le Pen serait pour lui la garantie d’être réélu, tant le RN est rejeté. La présidente du Rassemblement National aurait, elle, un excellent opposant (Macron) puisqu’il sera épuisé, lessivé par “sa politique catastrophique” que les français rejetteront, “à coup sûr”. Et chacun de penser que “l’autre” serait son meilleur atout pour l’emporter. Mais oui, c’était aussi la théorie de Chirac face à Mitterrand en 1988; de Jospin face à Chirac en 2002 et de Sarkozy face à Hollande en 2012. C’est ne pas voir que les électeurs ont changé. Ils ne sont plus malléables et dociles comme avant. Ils connaissent les stratégies des politiques pour durer le plus possible. Las de discours surfaits à la limite de la débilité pour faire plus “peuple”. Ces temps sont révolus. Les électeurs savent tourner les talons à ceux qui les ont bercé pendant un mandat. Ils n’hésitent plus à changer leurs votes d’une élection à l’autre. Fini de courir derrière un parti politique. Ils font un choix à un instant T et en changer rapidement s’il le faut.

Ainsi, pour Marine Le Pen et Emmanuel Macron, la petite musique de revoir le match de 2017 n’a qu’une infime petite chance de se renouveler. Ils seront tous deux, évidemment, présents en 2022. Au premier tour. La situation politique ne sera pas la même qu’en 2017 et d’autres candidats émergeront le moment venu. La nature, par définition, a horreur du vide. La réalité, future, s’apparentera, davantage à un duel de second tour opposant un (une) nouveau venu face à Emmanuel Macron. Ou plus étrangement, peut-être, deux nouveaux venus inconnus à ce jour…

Le Rassemblement National handicapé par l’inexistence d’alliances

C’est l’autre aspect objectif de la situation dans laquelle se trouve le parti de Marine Le Pen. Le RN, ex-FN, n’a jamais su ou pu établir d’alliances avec d’autres partis politiques. Une faiblesse qui se traduit par l’impossibilité mathématique de remporter une élection présidentielle. Il faut rappeler que la Constitution de la 5ème République veut que ne participent au second que les deux candidats arrivés en tête. Le vainqueur doit rassembler, ainsi, au moins 50% des voix exprimées. Toutes les autres élections au scrutin majoritaire à deux tours autorisent la présence de plusieurs candidats s’ils atteignent les 10% de voix exprimées. Ce sont des seconds tours à triangulaires, ou davantage…Restent les élections régionales et européennes dont le scrutin à la proportionnelle arrangent beaucoup le RN.

Comment dès lors, sans alliances pouvant rassembler une variété de sensibilités, comment Marine Le Pen pourrait gagner la présidentielle?

Sauf à déboucher sur une véritable révolution électorale voulue par une majorité de français, de tous bords confondus, bien décidés à casser le vase. Nous verrons.

Categories: France

Comments

  1. Sylvia Mackert 17 novembre, 2019, 23:34

    J’ai une autre façon de voir, les deux ont un chemin de vie impair, le 3 pour E. Macron et le 1 pour Marine Le Pen et en 2017 = 2+0+1+7 = 10= 1, c’était une année impair favorable aux chemins de vie impairs et plus égoïstes.

    En 2022 on sera en année paire, 2+0+2+2 = 6 et plus favorable à un chemin de vie pair qui saura créer un climat “familial” ou “amical”… soit de gauche ou de droite. Le 6 représente les sentiments, le chef de clan aussi, la responsabilité financière. réunir les Français ou les Européens… on verra bien ce que signifie “famille” et “amis” pour chacun.

Write a Comment