Vernon, ils vont prendre le chemin de Compostelle

Vernon, ils vont prendre le chemin de Compostelle

Marie Llorente a 31 ans et son petit garçon 3. Tous deux s’apprêtent à marcher vers Saint-Jacques-de-Compostelle, comme des milliers d’autres pèlerins venant du monde entier. Il s’agira pour la maman et son fils de terminer le parcours commencé l’année dernière. Cette fois, il reste la distance de Saint-Jean-Pied-de-Port jusqu’à Compostelle, soit 750 kilomètres. L’origine de cette décision est la maladie. Les médecins lui ont diagnostiqué, en février 2015, un cancer des os, rare en France. Soins intensifs avec chimiothérapie durant de longs mois. Un an après, c’est la rémission. Tout semble réglé. Aller vers Compostelle est, alors, pour la jeune femme un retour de l’espoir, pour elle, certes, mais surtout pour son petit garçon. Interview vidéo de Marie Llorente

Le petit Ulysse avait à peine deux ans lorsque sa maman tombe malade. Marie exerce la profession d’assistante juridique à Paris. Au même moment elle se formait pour devenir pompier volontaire à Vernon. Elle était opérationnelle lorsque la mauvaise nouvelle tombe: elle est atteinte d’un cancer des os. Chimiothérapie, médicaments et deux interventions chirurgicales. L’action médicale a été efficace et après plusieurs mois le mal est stoppé. La guérison est réelle, tout au moins la rémission. Marie, comme pour remercier le destin, veut réaliser une action forte. Au départ elle avait songer couvrir la distance, à pied, entre Rouen et le Mont-Saint-Michel. Un ami lui parle du chemin de Compostelle, qu’il avait lui-même couvert. Marie retient cette idée et se met en marche avec Ulysse dans sa poussette. L’aventure s’arrête à Saint-Jean-Pied-de-Port, en France. La préparation était insuffisante et la poussette pas adaptée aux chemins et sentiers accidentés, descentes, montées, pièges divers. Ce ne sera que partie remise avec une meilleure préparation et une poussette tout-terrain….

Départ mardi 11 juillet

Les sapeurs-pompiers de Vernon sont fières de la forte volonté de leur collègue. L’amicale a fait le nécessaire, financièrement, pour l’équipement au plus près des besoins. Le conseil départemental de l’Eure octroie une aide de 500 euros. Intersport, à Saint-Marcel aide, aussi,  Marie et Ulysse. La jeune femme a ouvert un blog avec un compte lui permettant de recevoir des dons d’amis et d’anonymes. La mère et son fils prendront le train, mardi prochain 11 juillet, pour rejoindre Saint-Jean-Pied-de-Port. Le périple pédestre commencera à la frontière espagnole. Marie et Ulysse devraient couvrir les 750 kilomètres en 49 jours, à raison de 15 km/jour, avec poussette et sac à dos. Ulysse ne sera pas en retard pour la rentrée des classes. Marie y tient à tout prix.

Ulysse, le moteur et l’énergie de Marie

La question a été posée à Marie Llorente sur la finalité de son parcours sur le chemin de Compostelle. Est-elle poussée par la foi en Dieu? C’est pour une majorité de pèlerins, se rendant dans la cité de Saint-Jacques, la motivation principale. Pour Marie, c’est différent. Elle parle de foi mais n’a pas de réponse formelle. Elle n’arrive pas à identifier cette force qui la pousse au bout de ses limites, mais est certaine que son moteur pour y parvenir est Ulysse, son fils.

Pour joindre Marie Llorente: 06 79 09 44 61.   Mail: 2ailes.aventure@gmail.com.   Blog et cagnotte:  www.leetchi.com/c/solidarite-de-ulysse-maman

Llorente est un patronyme, d’origine, espagnol. Avec 2 LL, la prononciation n’est pas simple en français. Il faudrait dire Yorenté. Si l’on veut franciser il faut prononcer Lorente ou Lorenté

 

Categories: Vernon

Comments

  1. José Alcala Author 27 juillet, 2017, 15:50

    @ Ma Pomme
    J’ai essayé de la contacter par téléphone à deux reprises et laissé un message, sans résultat pour l’instant.

  2. Ma pomme 27 juillet, 2017, 14:36

    @J. Alcala le 27 juillet
    Marie Llorente et Ulysse doivent aujourd’hui être au tiers de le périple. Avez vous des nouvelles ?

  3. Jean-Pierre LEBOUTEILLER 12 juillet, 2017, 11:49

    Jean-Pierre LEBOUTEILLER 13 juillet 2017,

    Bonjour Marie,

    Si j’ai bien compris, tu es sur le CHEMIN depuis deux jours. Marcher est le plus beau cadeau que le ciel nous ait donné et ce n’est sûrement pas toi qui me démentira. Quelles que soient nos motivations, prendre ce grand chemin est pour nous tous, pèlerins, l’occasion de donner un sens à l’avant mais aussi à l’après. Malgré l’exaltation de l’aventure et la nostalgie ou même le vide qui s’empare de nous au terme du Camino, c’est L’APRES qui nous permet de prendre de nouvelles « routes ».
    Bon courage à toi et bisou à ton fils.
    Jean-Pierre Lebouteiller (Pèlerin – Vernon à Saint-Jacques en 2004)

  4. Pierre LALLEMAND 8 juillet, 2017, 18:58

    Holà Marie !!!!
    Nous partons en même temps, 13/07 si je ne me trompe, toi vers le sud, sur les chemins de Compostelle, moi à l’Est vers le Mont Blanc. Je te souhaite de baigner dans l’extase devant une nature si splendide et troublante; d’y faire de belles rencontres qui pour certaines te marqueront à jamais; mais surtout sans vouloir te fixer de but particulier afin de laisser la porte ouverte à tous les possibles, d’y puiser la force et y trouver un sens pour le restant de ton existence. Dans la difficulté du chemin nous rencontrons aussi les douleurs, mais comme me le disait Raymond, elles font partie du chemin et nous mènent au dépassement. Et ma fille Marie-Charlotte de rajouter: ce n’est pas nous qui faisons le chemin, c’est lui qui nous fait. J’en ai fait l’expérience, il nous essore, nous sculpte et nous modèle pour qu’enfin naisse le bonheur et la joie dans l’accomplissement. Tu as mes coordonnées, n’hésite pas à nous envoyer un S.O.S si tu as besoin de réconfort, il n’y a pas de honte à réclamer ne serait-ce qu’un réconfort moral dans la difficulté ou la souffrance. Gros bisous à toi et ULYSSE. Abrazo

  5. BOULARD Raymond 7 juillet, 2017, 14:31

    Petit billet de pèlerin:
    Chère Marie,

    Les épreuves, les maladies, les difficultés, les angoisses altèrent considérablement notre capacité de s’enthousiasmer. . Mais ce sont elles qui nous permettent de découvrir l’être caché en soi et de nouveau s’émerveiller.
    Ton projet de reprendre la route vers Compostelle, symbolise : volonté, abnégation, pugnacité et aussi d’appréhender l’avenir différemment.
    Profite de la nature bienfaitrice : savourer le goût des fruits, s’emplir les yeux du soleil levant et couchant, écouter le chant du vent et du rossignol, s’enivrer des parfums , toucher du bout du doigt les étoiles filantes…
    Les rencontres ou les événements sur ce chemin de Compostelle sont bien souvent des signes qui nous permettent de retrouver des valeurs que nous avions oubliées, notamment : l’humilité, le respect, l’écoute, la solidarité…
    Ils nous enseignent quelque chose sur nous-mêmes ou mieux encore nous incitent à regarder plus loin ou différemment. Ces manifestations fortuites feront de toi une authentique pèlerine.
    Comment ne pas associer à ce petit message, Ulysse fils du chemin, ton petit bonhomme, le rayonnement de ton cœur. Il sera le carburant de ton courage et la lumière de ton cheminement…
    Marie, avec des amis pèlerins nous avons eu le plaisir de nous rencontrer et d’échanger nos pérégrinations.
    Martine ma femme et moi, nous vous souhaitons un buen camino et que Saint-Jacques vous protège.
    En toute fraternité .
    Raymond BOULARD

  6. Ma pomme 6 juillet, 2017, 17:01

    Bonne fin de parcours à Marie Llorente et Ulysse.
    Un grand merci à vous de contribuer à ce beau projet en le mettant ainsi en lumière. J’ai hâte de lire votre article à leur retour.
    Au plaisir de vous lire

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*