Vernon, ce n’est pas fini pour Sébastien Lecornu

Vernon, ce n’est pas fini pour Sébastien Lecornu

Caméra Diagonale a été le premier média de la Région à dévoiler le nouveau rôle de Sébastien Lecornu auprès de François Fillon pour la présidentielle (dans les Brèves sans comptoir de lundi dernier). Et comme un bonheur ne vient jamais seul, une autre information vient renforcer la première. L’ascension du président du département n’est pas prête de s’arrêter. Des perspectives précises et fiables, permettent de voir Sébastien Lecornu en futur député et probable ministre, plus tard.

Il n’a que 30 ans et l’apothéose serait pour bientôt. L’utilisation du conditionnel s’impose, néanmoins, car en politique ce qui est vrai le jeudi peut-être défait le surlendemain, ou plus tard. Le contraire aussi. Personne ne doute aujourd’hui de la fulgurante ascension politique de Sébastien Lecornu. Elu maire de Vernon, ville de 26 000 habitants, en 2014, puis président du conseil départemental en 2015, il vient d’intégrer l’équipe de campagne de François Fillon. Ce nouveau rôle est la première marche d’une carrière politique nationale. En effet, si François Fillon devient Président de la République, en mai prochain, Sébastien Lecornu restera ancré dans la sphère dirigeante du parti « Les Républicains ». A ce niveau toutes les portes s’ouvriront devant lui….

Il avait décidé de conserver ses mandats locaux

La défaite cuisante de Bruno Le Maire, à la primaire de la droite, n’est pas pour Sébastien Lecornu un handicap. Il faut même y voir une planche de salut des plus extraordinaires. Cette nouvelle donne, pourtant, va changer le plan initial que s’était dessiné le plus jeune président de conseil départemental de France. On s’en souvient, Sébastien Lecornu avait explicitement dit, au lendemain de son élection, qu’il ne briguerait pas le siège de député en remplacement de Franck Gilard, dans la 5ème circonscription. Il avait, peu de temps après, approché sa collègue du conseil départemental, Catherine Delalande, pour lui proposer l’investiture. Celle-ci, après réflexion, avait choisi de continuer d’exercer son métier de vétérinaire. La même proposition fut faite à Alexandre Rassaërt, le maire de Gisors. Elle est toujours d’actualité, mais peut-être pas pour longtemps…

Député en juin, c’est possible

A Paris, des ténors du parti expriment que Sébastien Lecornu pourrait être le prochain député de la 5ème circonscription de l’Eure. L’élection sera facile pour un membre de l’équipe de campagne de François Fillon. Ce dernier aurait lui-même approuvé cette candidature de par le profil des plus carrés du président de l’Eure. Cela tient à une équation simple: Fillon Président, Lecornu pourrait entrer au gouvernement, soit dans la première équipe, soit lors d’un remaniement de mi-mandat, par exemple. Pour ce faire, il vaut mieux être député de la majorité et proche du pouvoir. C’est l’analyse que font des proches de François Fillon et Bruno Le Maire.

Ministre plus tard, c’est encore possible

Il pourrait être question de la charge de ministre des Relations avec le Parlement. Un ministère, ou Secrétariat d’État, qui n’est pas pour lui déplaire (propos qu’il tint en 2014 à Caméra Diagonale) et…un peu tard, de ministre de l’Intérieur. C’est encore mieux. Sébastien Lecornu a toujours été sensible aux questions de sécurité. L’intéressé est forcément intéressé. L’ex-maire de Vernon ne s’est jamais caché de vouloir épouser une carrière politique. C’était et reste pour lui un objectif. Le moins que l’on puisse dire est qu’il y parvient presque parfaitement.

Changements locaux prévisibles

Si Sébastien Lecornu décide de se lancer aux législatives, il devra quitter son siège de président du conseil départemental de l’Eure, en cas d’élection. La loi interdit à un député d’être président d’un exécutif local, mais pourra conserver le siège de conseiller départemental, ou démissionner. L’Assemblée départementale devra, alors, se choisir un autre président. Il devra, également, choisir son suppléant, lequel, en cas de nomination du député au gouvernement, deviendra député en exercice.

 

Categories: Eure

Comments

  1. titi27 17 décembre, 2016, 19:07

    Est-ce la place d’un président d’exécutif départemental d’être directeur de campagne adjoint d’un candidat à la présidentielle? Cela dévalue la fonction en en réduisant la présence à son poste.
    A moins que ce poste soit devenu subalterne !!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.