Vernon, l’hôpital en souffrance

Vernon, l’hôpital en souffrance

C’est le diagnostic des personnels, y compris de médecins hospitaliers. L’hôpital de Vernon serait maltraité par les pouvoirs publics à travers l’Agence Régionale de Santé (ARS), avec des restrictions budgétaires qui se traduisent par un manque patent de personnels et de suppressions programmées d’offres de soins. Vernon, pourtant, représente un bassin de population important avec la commune intramuros et l’Agglomération. L’hôpital est par conséquent un service public vital dans le quotidien des populations.

« La Santé n’est pas un produit de consommation ordinaire », disent les défenseurs du service public. A Vernon, la crainte de voir disparaitre des services, au nom d’économies, est forte. Les personnels, appuyés par les syndicats, sonnent l’alarme depuis des mois et des années. L’Agence Régionale de Santé (ARS), selon eux, a la volonté de supprimer la « garde orthopédique et la maternité« . En 2012 l’Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS) avait préconiser cette solution, inscrite dans la loi Bachelot. Des mesures qui s’accompagnent, de manière générale,  de  réduction de personnel. Dans un article paru dans le blog du médiateur du journal Le Monde, le docteur Bultel chef du service gériatrie à l’hôpital de Vernon, ce dernier tire la sonnette d’alarme à propos du financement des hôpitaux, mais pas seulement. Il fait état de la « réduction du personnel, du gel de la grille des salaires, de la mutualisation des achats et du regroupement des services. Des mesures, selon le praticien, qui ont déjà mises en place et qui atteignent leur limite ». Or, les Agences de Santé en demandent toujours plus. Plus d’efforts à fournir, davantage de coupes claires à réaliser dans les budgets et les services. Cliquer sur le lien ci-dessous pour lecture du texte du docteur Bultel:

http://mediateur.blog.lemonde.fr/2016/11/28/sante-alerte-sur-lhopital-public/

Décisions dévastatrices

A Vernon, comme ailleurs, le directeur de l’établissement n’aurait qu’un pouvoir limité. Pour les syndicats, son rôle et avant tout celui d’un exécutif aux ordres de l’ARS, qui diligente tout. Outre la perspective de suppression de la chirurgie orthopédique, la garde orthopédique est à l’arrêt depuis l’automne dernier. De ce fait l’activité baisse et l’ARS s’appuie sur cet constat pour envisager une probable suppression, à terme…De même, pour les postes de chirurgiens. La direction en est à recruter des remplaçants de remplaçants, prétextant, disent les syndicats, le « manque de médecins volontaires pour venir exercer à l’hôpital de Vernon et, également, le peu d’interventions chirurgicales la nuit ». Personnels et syndicats dénoncent aussi deux mesures envisagées par la direction, dévastatrices  pour l’hôpital: 1) regrouper les Services Urgence, l’orthopédie, la chirurgie viscérale et la réanimation légère. Un seul service pour accueillir des pathologies diverses et variés, en contradiction avec les règles élémentaires d’hygiène et le mélange des spécificités de chaque pathologie. Impensable, disent deux praticiens qui s’insurgent contre le procédé, prévisible, de la direction. 2) L’hôpital verrait à terme la suppression pure et simple de la chirurgie et de l’orthopédie à partir de 18h. Il conserverait la gériatrie et le Service d’Urgence, en parallèle avec l’hôpital d’Evreux.

La Santé a-t-elle un prix ou un coût?

On le voit, c’est un cri d’alarme qui est lancé par les personnels et les syndicats. Pour ces derniers, l’hôpital de Vernon est un outil extraordinaire. Toutes les possibilités sont offertes aux patients, si la volonté de l’ARS était d’oeuvrer dans l’intérêt des populations et de cesser toute considération comptable. La Santé des citoyens est la première richesse collective et individuelle. A tous ceux, trop nombreux, qui n’ont de cesse de mettre en exergue le déficit de l’Assurance Maladie, il serait utile de leur répondre qu’il ne s’agit nullement d’un déficit mais d’un coût, qu’il convient, évidemment, de mettre un financement en face. Ce n’est pas la même chose.

L’hôpital en France

Le pays compte 850 hôpitaux et 135 regroupements d’hôpitaux sur l’ensemble du territoire. Chaque français a été hospitalisé au moins une fois dans sa vie. 18 000 000 de français souffrent actuellement de maladies chroniques, sans compter  les nombreuses et diverses pathologies moyennes, maladies graves et longues accidents, naissances etc..

Categories: Vernon

Comments

  1. José Alcala Author 8 mars, 2017, 10:59

    @ GeeBee
    Oui, effectivement, la 2ème mesure concerne la fermeture de la chirurgie orthopédique à partir de 18h. La paragraphe a été inséré avec un saut de ligne, alors qu’il devait suivre. C’est réparé. Merci de la contribution.

  2. GeeBee 7 mars, 2017, 23:16

    [quotes] Personnels et syndicats dénoncent aussi deux mesures envisagées par la direction, dévastatrices pour l’hôpital: regrouper les Services Urgence, l’orthopédie, la chirurgie viscérale et la réanimation légère. Un seul service pour accueillir des pathologies diverses et variés, en contradiction avec les règles élémentaires d’hygiène et le mélange des spécificités de chaque pathologie. Impensable, disent deux praticiens qui s’insurgent contre le procédé, prévisible, de la direction.
    [/quotes]

    J’ai du mal à discerner les 2 mesures. Ok pour la fusion des services mais quelle est l’autre ? est ce celle qui suit ? La fermeture de la chirurgie après 18H ?

    offlline :

    Merci pour ta réponse josé

    Cordialement

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*