Val-de-Reuil, Café Radical autour des blogs


Café Radical 1Les "Café Radical", initiative du PRG, sont des réunions organisées autour d'un thème, où les participants débattent et échangent à bâtons rompus. Vendredi soir, à la brasserie 19 cent 73 de Val-de-Reuil, l'organisateur Oliviet Taconet avait choisi un sujet d'une actualité permanente "les blogs peuvent-ils changer la politique". C'est Denis Szalkowski qui a mené le débat devant les 26 participants.

Vaste sujet. Que sont les blogs, qu'expriment-ils, qui sont leurs auteurs, que souhaitent-ils? Pour l'éditeur de "Voie Militante", Denis Szalkowski, les blogs sont devenus incontournables dans le concert politico-médiatique. Plus que du poil à gratter, ils seraient l'autre face du miroir, celle qui restitue le mieux la réalité. La presse traditionnellle subirait, de ce fait, une désaffection du lectorat. Cette tendance à la liberté d'expression plus réelle et affinée, rendrait certains élus et personnages politiques, méfiants et parfois censeurs. Sur ce point, Denis Szalkowski rappelle les réactions d'élus de l'Eure contre certains blogueurs. Ce fut le cas pour "La petite Souris Normande" coupable d'avoir évoqué des actes de vandalisme dans des parkings de Val-de-Reuil. L'éditeur du blog , Patrice-Henri Davidsen, fut recherché  et harcelé par des collaborateurs du maire…Ou encore, Loris Guémart qui anime "le petit journal politique de Vernon", menacé d'action en justice par le maire…etc.

C'est vrai, le phénomène blog échappe au processus de la presse traditionnelle qui n'engage que très rarement le bras de fer avec les élus, parce que telle n'est pas sa ligne éditoriale édictée par les groupes de presse. Aussi, la question se pose sur l'absence de statut des blogueurs. Pour l'instant le seul cadre qui s'applique est celui de la presse. Cette situation peut poser problème car les auteurs de blogs n'étant pas, pour la plupart, journalistes, ne peuvent assumer les règles qui régissent la profession. Mais quelle que soit le statut personnel des éditeurs de blogs, il est indéniable que la liberté de ton est une réalité qui peut embarrasser le monde politique, au niveau national et local.

Contenants et contenus

Invité à donner mon point de vue, avec l'expérience de Caméra Diagonale, j'ai en premier lieu rappelé qu'un blog est un contenant, un support, au même titre que le support papier ou audiovisuel. La technologie du numérique et internet ont ainsi permis le développement des blogs donnant lieu à un vaste espace d'expression libre loin des sentiers battus du conformisme vieillissant. Les éditeurs de blogs abordent tous les contenus: recettes de cuisine, voyages, photographie, musique, cinéma, théâtre, points de vue personnels, santé, peinture, puis l'information, dans toutes ses variantes, nationale et locale. Elle circule et s'installe durablement sur la toile. Les temps changent et l'information d'accompagnement perd du terrain. Le politique, habitué, parfois à des pratiques  interventionnistes auprès des responsables des rédactions, se casse les dents sur les blogs. Naturellement, tous les blogs ne sont pas sur la même ligne. Certains commentent l'actualité par goût et sensibilité personnels, d'autres sont le fait de journalistes ou anciens journalistes avec une pratique de l'investigation plus déterminée, mais la crédibilté est le seul gage de sérieux pour les uns et les autres. Par ailleurs, il ne faut pas se leurrer, les blogs diffusent le meilleur comme le pire. Le meilleur est lisible par une approche d'honnêteté intellectuelle et le pire tombe dans le règlement de compte permanent. Les blogs politiques, de fait partisans, sont généralement sérieux, ils defendent des points de vue et les argumentent. Ils sont le reflet de leur mouvement politique et trouvent leur lectorat. La question reste posée "les blogs peuvent-ils changer la politique?" La réponse appartient aux lecteurs et c'est déjà un début de réponse.

L'aventure n'en est qu'à ses débuts. Le développement se poursuivra et peu à peu les blogs d'intérêt informatif, aux contenus variés, trouveront leur place et deviendront incontournables dans le grand concert de l'information et de la communication.

Crédit photo, Patrice-Henri Davidsen

Categories: Médias

Comments

  1. simplecitoyenne 15 août, 2015, 06:05

    Belle analyse de ceux qui aiment écrire sur un blog. Personnellement, j’ai hérité de mes parents de leur intérêt pour l’actualité surtout mon père simple paysan mais qui ne pouvait pas se passer de ses journaux et de sa radio.

    C’est vrai que ça dérange les commentaires d’une simple citoyenne surtout dans notre Québec où on se motive les uns et les autres à accepter les idées de masse et en masse. Parler de politique sans partisannerie c’est presqu’un défi. Apporter une critique est toujours mal vu même si la critique est constructive. Même au niveau des médias, on sent des vibrations partisanes et davantage depuis qu’un magnat de l’information Pierre Karl Péladeau a pris la tête du parti québécois. Mon fournisseur d’Internet est Vidéotron. Les blogues dérangent de plus en plus les politiciens. Il y a même des blogueurs qui ont cessé leurs activités pour des mises au rancart ou des attaques à leur vie privée.

    La liberté d’expression, n’est pas juste la précieuse liberté qui tient le fondement du journalisme. Certains journalistes aiment que des simples citoyennes ou citoyens commentent leurs nouvelles tandis que d’autres se sentent insulter.

    Belle initiative de se regrouper dans un café pour discuter des sujets de toutes sortes. Il faut en arriver là puisque la pensée unique propagée dans la masse et en masse aboutit à la désinformation et tient à bout de bras l’ignorance.

    Simplecitoyenne

  2. zébulon 30 avril, 2013, 07:33

    afin d’apporter un éclairage à ceux qui s’intéresse à la déontologie des journalistes voici un lien qui peut les intérésser :http://www.deontologiejournalistique.be/telechargements/guide_des_bonnes_pratiques.pdf

  3. Sylvia Mackert 29 avril, 2013, 19:51

    Belle soirée qui a réuni des personnes de tout bord autour d’un sujet qui les réunit, « les blogs ».
    En ce qui concerne la presse, j’ai les infos les plus importantes par newsletter de différents journaux qui arrivent trois fois par jour dans ma boîte mail gratuitement et aussi la télé. Donc je n’éprouve pas le besoin d’acheter un journal et je fais l’économie du prix du journal.
    Et j’ai bien aimé quand vous avez dit pratiquer l’auto-censure pour respecter des personnes qui sans cela se trouveraient « laminées ». C’est bien différent par rapport à ceux qui se déchirent sur le net en se livrant une guerre en paroles quasi sans limites par moment.
    Je ne vois pas mon blog comme un média, donc je traite mes sujets différemment, je ne suis pas journaliste, ni écrivain, simple citoyenne et amateure et mon blog sert à donner mon avis ou à partager quelque chose avec les autres, donc pas le même objectif, ce n’est pas un blog d’information, mais je l’ai appelé d’expression.
    Alors pas de concurrence pour personne.

  4. A. Launay 29 avril, 2013, 16:54

    Ce fut un très beau débat sur cette évolution technique – aussi rapide que propice aux échanges – qu’est l’Internet.
    Si des blogs extrémistes et peu sérieux existent, si des élus locaux tentent de limiter les arènes démocratiques, les Cafés radicaux et les blogs citoyens montrent l’exemple : continuer à éclairer les citoyens, Internautes ou pas.

  5. Olivier Taconet 29 avril, 2013, 16:01

    encore merci José pour ta participation éclairante. Ce premier café radical était déjà un événement en ce que la maire avait réussi à empêcher la tenue du premier il y a trois ans. A noter aussi la présence dans l’assistance de nombreux bloggeurs, mais notamment de Patrice Davidsen et de Catherine Cascajarès, animateurs de blogs, qui avaient fait l’objet de poursuite judiciaires de la part du maire de Val de Reuil. Franck Martin, lui aussi poursuivi, n’avait pu se rendre à ce débat fort éclairant, complètement dans l’esprit des cafés radicaux. Prochain épisode à Louviers le 31 mai. J’y reviendrai très bientôt.

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*