Val-de-Reuil, conférence de presse en plein air


Martin Cascajarès

Une conférence de presse devant la mairie de Val-de-Reuil n'est pas chose banale. Par cet acte apparemment provocateur, Franck Martin ne s'en prend pas à la décision de la justice, qui l'a condamné à un euro de dommage et intérêt, mais au système procédurier de Marc-Antoine Jamet qui n'admettrais pas le débat politique préférant la judiciarisation des affaires.

 

Sur place se retrouvent Franck Martin maire de Louviers, Olivier Taconet président départemental du PRG, Patrice Davidsen éditeur du blog "La petite Souris Normande" et Catherine Cascajarès conseillère municipale UMP de Val-de-Reuil. Cinq journalistes, invités, les rejoignent. Franck Martin explique sa "provocation" comme un geste symbolique.  Il remplit un chèque bancaire d'un euro qu'il remettra, ensuite, à l'accueil de la mairie, à l'attention de Marc-Antoine Jamet. Evidemment, c'est une caricature. D'abord, il a fait appel et ceci suspend la condamnation. Ensuite, les dommages et intérêts ne sont jamais versés directement au bénéficiaire.

Les mots politiques, mots de tous les jours

Aux jounalistes il se défend d'une remise en cause de la justice. Franck Martin veut informer sur les méthodes de Marc-Antoine Jamet pour faire taire ses opposants de droite et de gauche". Selon lui, il judiciarise le combat politique et reprend la phrase qui le fit condamner, comportant le terme "saboter" pour justifier le refus du maire de Val-de-Reuil de délivrer un permis de construire à la SODEVIL. Or, le verbe "saboter" est régulièrement utiliser dans le combat politique, précise le maire Louviers. Il brandit un article de presse où le président de l'UMP, Jean-François Copé, déclare "François Hollande sabote notre industrie" "et Hollande n'a pas poursuivi Copé…"

Pour étayer son raisonnement, Franck Martin a demandé le témoignage d'un blogueur de Val-de-Reuil qui avait fait l'objet de poursuites judiciaires. Il avait évoqué  un fait divers sur du vandalisme de véhicules garés près de la gare. Monsieur Jamet avait fait diffusé un tract. Son texte est effectivement surréaliste, outre la condamnation des actes de vandalisme, Monsieur Jamet établissait le portrait-robot du blogueur: "…A noter qu'une personne (individu de sexe masculin, âgé, type européen) a été, également, aperçue par plusieurs témoins, après que des bris de vitres ont été constatés, qui éparpillait les objets présents dans les voitures pour les photographier. L'identité judiciare relève actuellement traces et empreintes". Pour Monsieur Jamet, il était plus important d'identifier le blogueur auteur des photos que les vandales…

Témoins directs

L'autre témoignage émane d'une membre de l'opposition municipale, Madame Cascajarès, interdite de parole si elle ne s'était pas inscrite auparavant.

Idem pour Olivier Taconet, responsable du Parti Radical de Gauche de l'Eure, organisateur des "Café Radical". Les brasseries de Val-de-Reuil lui seraient interdites sur injonction du maire.

La garde prétorienne

Après quelques minutes de conférence de presse, sortent de la mairie trois personnes, le Directeur Général de Services, le Directeur adjoint et le Chargé de Mission du maire. Ils viennent, manifestement, recueillir des informations pour les transmettre illico à Monsieur Jamet. L'un des trois refuse d'être filmé, alors qu'il est venu de son propre chef se mêler au groupe. Donc, trois fonctionnaires, ou assimilés, venant s'occuper de politique..?! Caméra Diagonale ne s'est pas éteinte devant la menace du fonctionnaire.

Categories: Médias

Comments

  1. Denis 1 avril, 2013, 14:26

    Je n’avais pas suivi l’affaire. Tout cela m’apparaît totalement disproportionné.

  2. lubac 27 mars, 2013, 08:51

    J’apporte tout mon soutien aux actions justes et légitimes de mon ami Patrice Davidsen et de son équipe qui se battent pour un Val de Rueil démocratique et républicain.

  3. Franck Martin 24 mars, 2013, 16:05

    @nono
    Je n’ai jamais porté plainte en diffamation contre Houel. J’aurais pu faire fortune en le faisant, tant la diffamation à mon endroit est permanente sur son blog. J’ai résolu le problème en ne le lisant pas, comme l’immense majorité des électeurs de Louviers.
    Je pense que l’honneur d’un élu c’est aussi de supporter les tombereaux d’insultes quotidiennes, sans faire intervenir la censure des juges. Les juges n’ont pas à intervenir dans le débat politique, dont le verdict appartient aux citoyens.
    Ni De Gaulle, ni François Mitterrand n’ont porté plainte en diffamation.Jamais. Et pourtant, il y avait matière !

  4. nono 22 mars, 2013, 13:34

    @Frédéric Houdineau
    Aux questions simples, les réponses simples.
    Il y a eu recours au TA pour le droit de filmer.
    Depuis, il n’y a plus de recours au huis-clos sur ce motif, mais les conditions restent rocambolesques.

  5. Frédéric Houdineau 22 mars, 2013, 12:12

    @ nono
    L’inconvénient, quand on veut faire long pour un sujet souvent simple, c’est qu’on se perd en conjecture, mélangeant trop de choses, sans plan ni suivi. J’ai fait des efforts pour tout lire. Trop d’interrogations incompréhensibles lorsqu’on ne vit pas la situation. Alors je vais m’en tenir à votre interdiction, par le maire, de tournage vidéo lors du conseil municipal. Cela ne tient pas la route 2 secondes, parce qu’il existe un texte de loi datant de 1992, élargi en 1995. Je vous cite le contenu: L’alinéa 3 de l’article L 2121-18 précité du CGCT, introduit par la loi du 6 février 1992 relative à l’administration territoriale de la République, dispose que, les séances du conseil municipale peuvent être retransmises par les moyens de communication audiovisuelle ». Etendue du droit de retransmission:…le droit de retransmission est reconnu au seul public assistant à la séance dès lors lors qu’il découle de l’article L 2121-18 du CGCT »
    Alors si votre maire vous interdit de nouveau, vous appelez le préfet pour faire valoir votre droit. Vous pouvez aussi demander au tribunal administratif la condamnation du maire.

  6. nono 21 mars, 2013, 22:12

    @Frédéric Houdineau
    Désolé de réponde si tardivement.
    Ne mélangeons pas tout ni tout le monde.
    Bien entendu la politique n’est pas un monde à l’eau de rose, et ça frappe parfois sévère.
    De là à comparer à comparer Jamet-Martin à Copé-Fillon, Chirac-Giscard ou plus près de chez moi Loëb-Bourlet, je ne vois pas les similtitudes.
    Bien entendu la liberté d’opinion et d’expression doit être défendue. C’est une liberté fondamentale pour notre démocratie. Et on peut dire ou passer sous silence ce qu’on veut, sous réserve d’en répondre devant les tribunaux en cas de diffamation. Et bien sûr aussi au nom de la protection de la propriété intellectuelle, la menace ou l’appel au crime, la violation du secret professionnel, et celle de la vie privée.
    Doit-on faire taire et intimider ses adversaires ?
    Dans l’absolu, tout le monde dira non, ce n’est pas bien.
    Bienvenue dans le monde, c’est bien en politique ce que la plupart essaie de faire.
    Dernier en date, M. Cahuzac qui disait ne pas se laisser impressionner par le site d’investigation mediapart.
    Le 6 décembre il porte plainte contre mediapart. Cela conduit à l’ouverture d’une enquête préliminaire.
    Le 20 décembre, seconde plainte pour diffamation avec constitution de partie civile contre mediapart.
    Le 8 janvier, le Parquet de paris ouvre une enquête préliminaire, qui valide les éléments de mediapart.
    Le 18 mars, les conclusions de cette enquête conduisent à l’ouverture d’une information judiciaire dont on connaît les conséquences.
    Les procès en diffamation peuvent donc se retourner contre les auteurs de la plainte, et ceux qu’on veut faire taire peuvent y trouver une large chambre d’écho.
    Ne nous voilons pas la face : nombre de politiques cherchent à impressionner, intimider et faire taire leurs adversaires. Les débats télévisés en fournissent des preuves en permanence. Je l’attends ce débat où j’entendrai un parlementaire dire : « j’ai eu le temps d’exposer ma position, exposez donc vos arguments, bien que je sois en désaccord… ». Les débats politiques sont rarement aussi sages que « peuvent » l’être les débats littéraires ou émissions de société.
    J’ai regardé les conseils municipaux de Louviers et celui de Val-de-Reuil. Je n’ai pas vu que l’opposition y ait été maltraitée. Pas de mauvaise ambiance.
    Sur le site de Louviers on peut regarder le conseil municipal. http://www.louviers.tv/Seance-de-conseil-du-11-fevrier-2013-Partie-2_v163.html vers 34′, on voit le maire de Louviers menacer Gaêtan Bazire des tribunaux pour l’avoir traité de menteur (il a effectivement dit : « ce n’est pas vrai »).
    Mais ce n’est pas de l’intimidation, c’est de l’humour : tout le monde aura remarqué qu’il lui parle de correctionnelle. or, la diffamation, c’est du pénal.
    Donc c’est de l’humour, qu’il faut saisir de suite au second degré…
    Un peu comme les questions sottes citées au cours de ce même conseil, et avec une certaine élévation, il faut le prendre au 3ème degré.
    Revenons sur l’intimidation et la volonté de faire taire : M-A Jamet s’en prend à la souris normande (blogueurs).
    Il porte plainte contre F. Martin. Et gagne. Franck Martin poursuit de son côté Jean-Charles Houel (blogueur… et néanmoins poliique). Sans suite. Nguyen Thanh, puisque vous en parlez, a menacé Loris Guémart (blogueur), du “petit journal politique de Vernon” de poursuites judiciaires au nom de la protection fonctionnelle.
    Je veux bien qu’on parle d’intimidation et de volonté de faire taire. Que les politiques arrêtent de tanner les blogueurs pour leurs écrits sur le mode offusqué et victimisé. En utilisant des moyens juridiques (oui, oui, on peut dire Jamet se paie le meilleur avocat de France, mais la réalité, c’est que le p’tit blogueur, il a pas l’appareil politique ni l’argent de la commune pour se défendre. Il paie ses impôts et son avocat.) hors de portée de beaucoup de blogueurs.
    J’arrête d’embêter messieurs Jamet et Martin.
    Mais vous parlez de Loëb-Bourlet… Tombe bien, tiens : c’est chez moi.
    Je ne sais pas, cher Frédéric Houdineau, si vous avez eu le temps de faire un tour sur http://www.saintpierre-express.fr.
    J’ai une opinion politique, et une ambition pour mon village. Je ne suis pas pour autant politique, et j’avoue pouvoir être critique et vouloir écrire avec ma liberté de ton (c’est à dire m’auto-censurer sans que cela me gêne trop).
    Si vous comparez messieurs Martin et Loëb, pourquoi pas.
    Mais messieurs Martin et Jamet diffusent les compte-rendus vidéo des conseils.
    Pour moi, public, et seul public ‘live », c’est interdiction de filmer du fait de huis-clos, intervention des gendarmes pour me faire sortir au prétexte de trouble à l’ordre public – que les gendarmes ne constatent pas – petites brimades : extinction de ma caméra, interdiction de poser un pied ‘professionnel », je suis cité en séance publique sans pouvoir répondre, et mensonges à mon encontre, lorsque le maire vient dire que je demande des interruptions de séances. C’est tout ? Non.
    Spots dirigés vers moi et la caméra, difficultés à trouer une place pour filmer (assez cocasse : lorsqu’un journaliste de la dépêche est sur place, on lui demande de venir à la table de l’Assemblée car la place qui « m’a été réservée » est riquiqui : un coin de pièce duquel j’ai bien du mal à filmer la séance, avec un écran de cinéma – qui sert ou pas – ou une autre fois l’écran et la caméra d maire prédisposée avant que l’accès soit public qui prennent toute la place. Elles sont où les vidéos du maire ? Publiques ?)
    Bon et puis les tracasseries, non pas pénales, même si le maire dans les séances que je filme a pu dire le contraire (pas pu répondre), mais administratives.
    J’oublie la mise en cause de mes compétences sur ces même vidéos, sans que je puisse répondre pour ne pas donner l’occasion de me faire sortir. La violence quand il jette le sac de mon matériel à terre, hors de la mairie, ou attrape ma compagne par le bras pour la faire sortir (et là un stop de ma part le fera arrêter illico, faut pas déconner).
    Ecrire à mon employeur, et raconter des fariboles…
    J’en passe, j’en passe…
    Donc, je suis sensible à l’intimidation, l’interdiction et la volonté de faire taire ce que le maire appelle opposition.
    Mes vidéos sont lues, offline. Ca embête ? Tant pis. C’est juste la démocratie. Le droit à l’information, et surtout le droit à la publicité des débats publics. Une base.
    Suis-je insultant ? Même pas ! Je dois être un des blogs critiques envers la municipalité parmi les plus policés aussi.
    Je pointe les mensonges, les détournements de faits, les attitudes, mais vidéo à l’appui.
    Quant à l’attitude de M. Loëb vis-à-vis de l’opposition qu’il a créée lui-mme (ce sont les personnes qui on fait son programme et ont tenté de l’appliquer) : lumière dans les yeux, mégaphone, et taisez-vous Bourlet… Vous imaginez un instant un Jamet ou un Martin demandant à leurs oppositions de se taire au mégaphone ? Ben oui, chez nous, ça existe. Et les loupiotes dans la figure aussi. En pleine séane de conseil, et filmée.
    Des compte-rendus fallacieux, que ne reconnait même pas leur auteur (le premier adjoint démissionne en partie – petite – pour ça, le principal étant le traitement envers le personnel.
    Menacer ouvertement des conseillers, sur des choses dont on ne comprend rien (J »e vous ai déjà invité à venir me voir, parce que moi aussi je peux avoir des pièces à votre encontre sur certaines pratiques. »).
    Et quoi ? Vous comparez messieurs Jamet et Martin à monsieur Loêb ? Il apprécient déjà, j’imagine…
    Alors quand vous parlez de faire taire et d’intimider les adversaires, comprenez que je sois sensible. Au fait, adversaires de quoi ? Allez consulter les conseil chez nous, on parlera après d’être sensibilisé (ou mithridatisé comme je disais plus haut).
    Eu, au fait dans le rapport entre Martin-Jamet vs Loêb-Bourlet… Qui prend l’habit de M. Loëb, et qui celui de M. Bourlet ?
    Ne répondez pas tout seul à la fois…

  7. Un lecteur 21 mars, 2013, 21:05

    Je tiens à préciser que c’est une erreur dans mon commentaire précédent, je voulais dire: comportement provocateur de M. Martin.
    Et bravo à ZEBULON pour votre commentaire car oui espérons que « l’ordre et la morale » reprendront le dessus à un an tout juste des municipales.

  8. Zébulon 21 mars, 2013, 17:49

    @F.Houdineau
    Comme « UN LECTEUR  » je fais le même commentaire car effectivement nous trouvons choquant le comportement de nos élus quels qu’ils soient nationaux, régionaux, départementaux ou locaux. Nous n’avons jamais écrit qu’il était normal de faire taire, d’intimider une personne mais avoué qu’à quelques mois d’une élection, quelle qu’elle soit, nous avons droit « règlement de comptes à O.K. Corral ». Dans la tourmente, la vie est belle certes. A armes égales dans les jeux de pouvoir, cela m’étonnerait mais une vérité qui dérange cela est certain. Des hommes d’influence qui voudraient les pleins pouvoirs qui se rendent coup pour coup sur les marches du pouvoir, la conquête lions et agneaux cela ne fait que commencer. L’aveu : OUI tout cela me choque. Espérons que l’ordre et la morale reprendront le dessus en attendant d’aller aux urnes citoyens !

  9. Un lecteur 21 mars, 2013, 17:46

    @ F. Houdineau
    Peut être que je sujet de cet article est : Martin et Jamet. Voila pourquoi ne pas parler des autres personnes qui sont citées par vous.
    Alors oui je n’ai pas parlé là des agissements de M. Jamet (je vous l’accorde sans problème) mais c’est qu’en voyant la vidéo, j’ai en premier lieu était choqué du comportement provocateur de M. Jamet.
    Ensuite je pense que si nous voulons parler des agissements de M. Jamet, il est plus approprié d’en parler sur l’article du 07 Mars, voila pourquoi je ne parle que de M. Martin ici.

  10. Frédéric Houdineau 21 mars, 2013, 17:35

    @ Un lecteur
    Ce qui me dit que le comportement des personnalités politiques qui sont citées ne vous choque pas, c’est que vous ne parlez que du cas Martin. Cela ne me dérange aucunement car je ne le connais pas personnellement, néanmoins cela reste très étrange. Aussi, il est facile de comprendre, d’après vos propos et ceux des autres personnes, qu’il y un tropisme sur Martin, lisible à 100 km.
    Non, vous ne dites pas qu’il est normal de faire taire et d’intimider ses adversaires, mais vous ne condamnez pas celui qui le fait. Et c’est là que votre intervention pose question.

  11. Un lecteur 21 mars, 2013, 13:52

    @ F. Houdineau
    Désolé pour vous mais je vais vous répondre et j’espère que les personnes citées le feront aussi car vous me semblez bien sur de vous.
    D’une part : Qui vous dit que le comportement des personnalités politiques qui sont citées, ne nous choque pas?
    Second point : Est ce que l’un d’entre nous à dit une seule fois, qu’il était normal de faire taire et d’intimider ses adversaires?
    Je ne crois pas…
    Ce qui est reproché (en tout cas pour moi) c’est la méthode et la période.

  12. Olivier Taconet 21 mars, 2013, 11:53

    Certains se taisent lorsqu’ils se font marcher sur les pieds ! Franck Martin a choisi une voie différente. Ainsi, M-A Jamet pensait, avec un procès, pouvoir faire taire toute opposition. Qu’il se mette bien dans la tête que ça ne marche pas ! L’interview paru dans le Paris Normandie de ce jour, est éclairant sur sa façon d’agir et de penser. Il pose 3 questions qui montrent à quel point il est désarçonné et auxquelles je vais m’efforcer de répondre :
    1) Que pensent les instances du Prg (de l’affaire et de la façon d’agir de Franck Martin)?
    Incroyable de poser la question à ce niveau ! Chez les radicaux, la liberté d’agir est totale et on ne marche pas ni à la carotte, ni au baton !
    2) Que penserait Pierre Mendès France de retrouver ses valeurs dans cette scène ridicule ?
    Difficile de lui demander, mais ce qui est sur, c’est que Pierre Mendès France ne s’est jamais laissé intimider et n’aurait pas admis qu’on le fasse taire par un procès. Ceux qui tentent de s’imposer par la force essaient toujours de faire passer la protestation comme ridicule ou comme une provocation.
    3) que ce serait-il passé si j’avais fait la même chose devant la mairie de Louviers ?
    Voilà, Marc Antoine Jamet, en bon démocrate, veut qu’on lui foute la paix chez lui, raconter n’importe quoi, faire taire toute opposition qu’elle soit interne ou externe. A Louviers, les opposition s’expriment au sein du conseil, dans la rue, dans les cafés et Jamet n’a pas encore été trainé devant les tribunaux par Franck Martin. Marc Antoine Jamet ne se gêne pas pour dire n’importe quoi et de ce point de vue, il a bien raison.

  13. Frédéric Houdineau 21 mars, 2013, 08:38

    Lecteur, Philippe, Bruno LB, Nono, Zébulon
    Franck Martin pose le problème sur la liberté de dire et d’écrire. C’est de cela qu’il s’agit. Laissons de côté un instant les qualités et les défauts des deux protagonistes. Certains d’entre vous les prenez pour des guignols de par leur propension à s’exposer en permanence. Mais vous êtes aveugles ou quoi? Copé-Fillon, c’est quoi? Ou encore, Aubry-Royal, Chirac-Giscard…Plus près de nous, Champredon-Mammeri, Nguyen-Thanh-Lecomte-Mary, Miraux-Lecornu, Loëb-Bourlet etc..etc..Il faut balayer toutes les cours et pas seulement celles de Louviers-Val de Reuil.
    Donc, revenons à nos moutons avec la seule et vraie question posée: Doit-on faire taire et intimider ses adversaires? Ne répondez pas tous à la fois.

  14. Zébulon 21 mars, 2013, 07:32

    A l’approche des fêtes pascales voilà un nouvel épisode de « DON CAMILLO et PEPPONE » régional qui devrait nous faire sourire mais qui malheureusement ne l’est pas. Dire que ces deux hommes politiques veulent rassembler autour d’eux ! Ils donnent une bien mauvaise image d’eux, de leur égo, de leur envie de pouvoir. Ce qui me ferait rire c’est qu’aux prochaines élections municipales ils restent sur le bas côté de la route : on peut rêver mais en face il n’y a pas grand monde pour créer une unité quelque soit le camp. Allez ils vont bien se rencontrer sur une photo officielle aux côtés d’un ministre en visite dans le secteur pendant la campagne histoire d’avoir un souvenir commun !

  15. Un lecteur 21 mars, 2013, 00:05

    @ F. Martin
    Ne faites pas l’innocent svp… Votre seul but était de provoquer et de faire le « buzz »

  16. nono 20 mars, 2013, 22:03

    Je note que madame Cascajarès nous dit qu’au conseil municipal, depuis 2008, il y a eu amélioration. Hormis au dernier conseil du 28 janvier que l’on peut visionner ici :
    http://www.youtube.com/watch?v=JobGfapzEq8&feature=youtu.be
    M. Jamet dit bien : « Je vous donnerai la parole lorsque vous l’aurez demandé, madame Cascajarès », c’est à 5’15. Je ne suis pas vraiment choqué, même si je dois dire qu’étant présent aux conseils municipaux de Saint-Pierre du Vauvray, je dois être mithridatisé.
    Je suis plus étonné de la litanie de sponsors remerciés, à partir de 6’15, comme si un conseil municipal était une tribune non politique mais commerciale. C’est mon avis de non-Rollivalois.
    Je suis ensuite vraiment très étonné de la demande d’extinction des portables en 2013, alors qu’on va parler de numérique, à l’heure de twitter et d’internet. Qu’on demande à mettre les portables en mode silence est une chose, mais aujourd’hui ce sont des terminaux mobiles. Nous ne sommes pas au théâtre ou au cinéma, une urgence peut advenir, enfin bref. Je ne vois rien qui interdise l’utilisation d’un terminal numérique quel qu’il soit, sauf à gêner les conseillers.
    Pour le reste, je trouve les débats très policés. Et le monologue du maire interminable au « début »…
    La farce de Franck Martin peut sembler cocasse à d’aucuns, mais le pugilat permanent entre les maires des deux plus grandes villes de la CASE a fini de lasser depuis longtemps.
    Est-ce vraiment bien utile ?
    Le buzz, c’est peut-être bien pour valoriser les territoires et initiatives, mais le bzzzzzzzzzzzzzz[etc], c’est énervant comme le bruit d’une dame moustique toute la nuit.

  17. bruno 20 mars, 2013, 20:36

    Marc Antoine Jamet comme Franck Martin ont un grand besoin d’attirer l’attention sur leurs situations respectives. L’un survit avec 35 000 euros mensuels et l’autre vivote avec ses indemnités d’élus dont il a été contraint de reverser l’écrêtement à sa compagne ; le couple se démène avec des ressources de 10 à 12 000 euros pour le ménage seulement. Quelle misère ! L’un choisit de déposer une plainte contre l’autre pour un motif dérisoire ; l’autre organise une opération médiatique qui nous est relatée dans ce blog mais également dans Paris Normandie d’aujourd’hui et de demain semble t’il. Ils n’ont pas le choix, pour attirer l’attention sur eux. Ne les laissons pas tomber, Marc Antoine Jamet et Franck Martin sont en grande souffrance.
    Bruno LB

  18. Franck Martin 20 mars, 2013, 20:20

    @Philippe
    Ce qui me laisse rêveur, c’est que le simple fait de tenir une conférence de presse à Val-de-Reuil soit considéré comme une provocation… et que l’appel à la délation dans l’identification des opposants politiques soit considéré comme le mode de fonctionnement normal d’une mairie. Vous avez raison : c’est honteux !

  19. Philippe 20 mars, 2013, 19:13

    D’accord Franck Martin provoque, mais les agissements de Monsieur Jamet, d’après ce que je lis sont purement scandaleux. Ce qui me choque le plus, d’après l’article de José Alcala est ce qu’il a mentionné sur le tract « individu de sexe masculin, âgé, type européen ». On croirait une fiche signalétique sous l’occupation. C’est honteux!

  20. Un lecteur 20 mars, 2013, 18:08

    @M. Alcala
    Dire : « la réponse est dans le texte » aurait suffit… Car vous ne savez pas si j’ai lu ou pas ce texte (pour le coup, mal, je vous l’accorde) justement.
    Je ne reproche strictement rien à ce blog dans mon commentaire.

  21. José Alcala 20 mars, 2013, 17:40

    @ un lecteur
    Où voyez vous de l’agressivité? C’est une phrase courte et j’écris « ..texte que vous n’avez pas lu ». C’est une réalité puisque vous le dites vous-même.
    Si Martin veut faire le buzz c’est son affaire, mais Caméra Diagonale n’a pas vocation à le censurer. Lui et personne, comme vous pouvez le constater chaque jour qui passe, sur ce blog.

  22. Un lecteur 20 mars, 2013, 16:59

    @M. Alcala
    Pas besoin d’être agressif de la sorte. J’ai malheureusement sauté une ligne de votre article, oh sacrilège…
    Ce qui est déplorable, c’est que dans cette histoire, personne n’en sort grandi. A 1 an des élections municipales, on se croirait dans une cours de récréation. Et donc M. Martin dépose 1 euro juste pour faire le « buzz »!

  23. Esope 20 mars, 2013, 15:52

    A Val de Reuil, la démocratie est malade. Dans quelle commune voit-on un maire engager quatre procès contre des propos tenus par des adversaires politiques de bords différents ? Et la police municipale pour trouver un blogueur ?

  24. José Alcala 20 mars, 2013, 15:25

    @ un lecteur
    La réponse est dans le texte que vous n’avez pas lu.

  25. Un lecteur 20 mars, 2013, 15:20

    Pourquoi déposer 1 euro, alors que M. Martin fait appel?

  26. Billy le Kid 20 mars, 2013, 14:01

    Qu’il se barre à paname et fasse carrière là-bas. Sauf que les places sont prises…Et tous ces cons qui se laissent faire et bien qu’ils la ferme, on va pas les plaindre. Moi si quelqu’un me met un coup de pied au cul j’en rends trois.

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.