Splendeur et Misère de

Splendeur et Misère de

Le Parti de droite est vite enterré par ceux qui ont des intérêts politiciens à le voir disparaitre. Pourtant, ces Cassandre devraient être prudents par ces temps mouvementés, où personne n’est à l’abri d’une bourrasque dévastatrice. « Vainqueur aujourd’hui et ringard demain » est une donnée maintes fois vécue. Le Parti LR est dans la nasse, il en est le principal responsable. En son sein, des individus ont davantage travaillé à leur propre sors qu’à l’intérêt du mouvement. Ils doivent (tous) se retirer et laisser la génération nouvelle reconstruire l’édifice.

Laurent Wauquiez s’est retiré. Ce n’est nullement un acte courageux, seulement une obligation dictée par la réalité. L’ex-patron de LR devrait être imité par tout ceux et celles que les français et les sympathisants LR voient défiler chaque jour qui passe, depuis 15 ans et plus. Ils expliquent tout et son contraire, sont satisfaits d’eux-mêmes, sont généreux en critiques, ont l’insulte facile. Et pourtant, pourtant qu’ont-ils fait dans les divers gouvernements, à l’Assemblée Nationale, au Sénat et dans d’autres institutions ?…Ils pensaient continuer ainsi, perpétuellement et, avec le PS, alterner sans relâche « un coup c’est toi, un coup c’est moi ». Du sur-mesure pour évincer tous les autres. Mais voilà, en 2017 Emmanuel Macron mettait fin à leur situation privilégiée et créait La République En Marche. Ce fut bon pour la démocratie. Pour autant, le même Emmanuel Macron doit-il exercer la pression pour tenter de rayer de la carte la droite républicaine et s’accaparer tous les pouvoirs, locaux, départementaux, régionaux et nationaux ? Non, si l’on connait bien le principe de base de la Démocratie.

Certes, se sont les électeurs qui décident et ils décideront. Aussi, les méthodes et autres techniques utilisées pour peser sur les élus locaux, sont suffisamment détestables pour ne pas s’y laisser prendre..

Opération débauchage, comme dans « l’ancien monde »

Les municipales de mars prochain sont déjà dans l’œil du cyclone macronien. Le Président organise, semble-t-il selon des gazettes bien en cour, la curée. Le chantage est à peine voilé. Il ne souffre pas de quiproquo. Des chevau-légers du pouvoir ont été investi pour donner du sabre aux maires récalcitrants, LR, PS et autres, qui repousseraient la proposition d’alliance. La punition serait sans pitié: qui refuserait de s’agenouiller aurait une liste LREM en face. Et vlan ! Les pleutres vont signer. Les autres, ceux qui resteront eux-mêmes, sans velléités de trahison, gagneront avec fierté, ou perdront mais avec la tête haute.

Les élections locales ne sont pas des européennes

Mais pourquoi les maires qui ont bien fait leur travail déserteraient leur parti ou pactiseraient avec LREM s’ils n’en ont pas envie ? Pourquoi leurs électeurs s’en détourneraient sans raison objective ? Une élection municipale ne ressemble en rien à une élection européenne. Les enjeux ne sont pas les mêmes, comme le mode de scrutin. D’ailleurs, le schéma de 2019, des européennes, est identique aux précédents de 2009 et 2014. La différence, cette année, est le remplacement du PS et de LR par LREM. Mais cela s’explique par la nature même des enjeux.

« Les Républicains » à la recherche du temps perdu

Une page est tournée pour le parti LR. Il va devoir se reconstituer. Il lui faudra du temps. Pas certain qu’il soit prêt pour la prochaine présidentielle. Il serait suicidaire s’il entamait une course à l’échalote pour aligner un candidat, à tout prix. Depuis l’époque gaullienne, ce mouvement populaire savait dégager une personnalité incontestable et incontestée, car une figure présidentielle ne s’improvise pas. Elle est une personnalité au-dessus des autres par son charisme, son empathie, sa propension à guider la France et les français, les écouter et œuvrer pour leur bien.

Des idées, un projet, une jeune génération…et du temps

La balle est dans le camp de la jeune génération LR. Elle doit imaginer une tendance, arrêter une ligne, travailler les thèmes sociétaux, réfléchir aux nouveaux enjeux mondiaux et européens. Réactualiser les politiques économiques et industrielles et surtout rompre avec le carriérisme orgueilleux et cynique que trop de responsables au sein du mouvement ont exercé. C’est aussi cette vieille page qui doit être tournée.

Categories: Eure

Write a Comment