Sondages

Sondages

Aux États-Unis, il se sont trompés. Favorite depuis des mois, Hilary Clinton a été battue contre toute attente. L’exemple a traversé l’Atlantique en un éclair et des candidats français à la primaire de droite et du centre haussent le ton pour exprimer leur méfiance envers les chiffres donnés par les différents instituts de sondages. C’est le cas de Nicolas Sarkozy et François Fillon, notamment. Marine Le Pen s’est invitée dans ce concert de klaxons. Ils se trompent, voici pourquoi. Photo, exemple sondage du JDD avant la montée de François Fillon.

 les Instituts, français, de sondages

Une réalité incontournable: En France, depuis une vingtaine années, les sondages se sont rarement trompés. C’est vérifiable. Tous les sondages concernant l’élection des Présidents de la République, ont vu juste. De Charles De Gaulle en 1965, en passant par Georges Pompidou, VGE, François Mitterrand, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande. Les erreurs minimes n’ont concernées que l’écart entre les candidats, c’est pourquoi les instituts de sondages établissent en parallèle la fameuse marge d’erreur…

L’on peut, également reprendre les élections européennes, législatives et régionales. Tous les chiffres préalablement annoncés, par les sondeur, étaient dans la fourchette estimée. Petit bémol lors des régionales de décembre 2015. Les sondeurs avaient vu le FN gagner 3 Régions et n’en obtint aucune. La raison est connue: au dernier moment, des listes de gauche avaient été retirées de la course pour barrer la route au FN et laisser passer les listes menées par « Les Républicains » et le centre. Cependant, les estimations de premier tour étaient bonnes.

L’exemple américain

Alors oui, aux États-Unis les sondeurs n’ont pas vu juste. Ils donnaient Hilary Clinton vainqueur et c’est Donald Trump qui est arrivé. Cependant l’erreur n’est que partielle. Clinton a obtenu plus de voix que Trump, parce que le comptage des grands électeurs se fait par État et non globalement sur l’ensemble du pays. Ensuite, la présidentielle américaine se joue à un seul tour et oppose les deux candidats, Républicain et Démocrate, vainqueurs des primaires.

Ainsi, avec ce système, en France, Marine Le Pen pourrait gagner. A contrario, avec le mode de scrutin français, Donald Trump aurait perdu.

Les candidats à la primaire

La plupart d’entre eux critiquent les sondages. Surtout ceux qui sont mal placés. François Fillon, longtemps relégué à la 4ème place, puis à la 3ème, n’a cessé de répéter qu’il ne croyait pas aux sondages, mais était incapable de préciser les « erreurs grossières » commises par les Instituts…Son leitmotiv: « Les sondages ne valent pas tripettes ». Or, depuis quatre jours, ces mêmes sondeurs indiquent une remontée spectaculaire de l’ancien Premier ministre. De 15%, il atteint les 20% et n’est qu’à 4 points de Nicolas Sarkozy. François Fillon n’est plus aussi méfiant et admet que, finalement, les sondages ont du bon.

Categories: France

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.