Sénat, il veut que rien ne change

Sénat, il veut que rien ne change

Gérard Larcher, président du sénat et ex-soutien de François Fillon à la présidentielle avait obtenu de ce dernier, en cas d’élection, qu’il ne toucherait pas au nombre de sénateurs.  De gauche, de droite et du centre, ils avaient applaudi presque unanimement. C’est que Messieurs les sénateurs ne veulent, en aucun cas, changer leur système et train de vie, et malheur à celui qui oserait toucher à l’institution.

Mais, le Président de la République va oser sous toute vraissemblance. C’était l’une de ses promesses de la campagne électorale. La réforme institutionnelle, après 60 ans de 5ème République, doit être une réalité. 85% des français (dernier sondage de mercredi pour 3 médias nationaux) y sont favorables et ne comprendraient pas qu’Emmanuel Macron renie sa parole….

De quoi s’agit-il?

La France est le pays d’Europe qui compte le plus nombre de parlementaires, toute proportion gardée en terme de nombre d’habitants. Or, bien légiférer ne dépend pas du nombre d’élus des deux Chambres. Des enquêtes parlementaires ont démontrées que la représentation nationale pouvait atteindre 400 députés à l’Assemblée, dont un quart à la proportionnelle et 290 sénateurs sans que cela n’altère la qualité des travaux des élus. Mieux encore, cette réduction permettrait une plus grande efficacité et rapidité d’exécution. C’est davantage cet aspect de la réforme qui a été retenu par le candidat Macron, que les économies réalisées en termes d’indemnités parlementaires et de charges de fonctionnement, même si ce point n’est pas négligeable.

La réduction de 177 députés et d’une centaine de sénateurs est une mesure qui devra passer par un changement de la Constitution et donc d’un vote du Congrès (députés et sénateurs réunis). C’est précisément ce que rejette Gérard Larcher, le président du sénat, qui fut un proche de François Fillon. Monsieur Larcher protège son pré-carré, sa forteresse du Palais du Luxembourg, ses avantages d’un autre monde. Il protège aussi ses amis sénateurs du groupe de majoritaire, qui comptent bien poursuivre leur carrière contre vents et marées. De bien mauvaises langues évoquent le restaurant du sénat, « l’un des meilleurs de la place de Paris et sa cave hyper fournie des plus grands crus« …mais, sont-ce vraiment de mauvaises langues?

La théorie du président Larcher

Il dit être le représentant des territoires, celui qui défend les élus locaux lesquels sont les courroies de transmission entre ces territoires et l’État. Sans doute, mais en quoi la réduction du nombre de sénateurs changerait cette réalité?

Réforme nécessaire

De plus, le mode de scrutin des sénateurs est aujourd’hui bien poussiéreux. Seuls les élus locaux peuvent élire les sénateurs. Pourquoi, dans la réforme, ne pas envisager un vrai suffrage universel qui pourrait avoir lieu en même temps que l’élection des députés?

Le Général De Gaulle avait, en 1969, voulu réformer le sénat en même que la mise en place de la Régionalisation, par référendum. Il fut contré par la gauche et la droite giscardienne, dite centriste. Battu, De Gaulle s’en alla…

Aujourd’hui, Monsieur Larcher et ses sénateurs inamovibles, sont sur la même logique que les anti gaullistes de l’époque. Monsieur Larcher, pourtant, se revendique gaulliste….

Dans l’Eure

Le département compte trois sénateurs. L’un d’eux, Ladislas Poniatowski ne sera pas candidat lors du prochain renouvèlement. Les deux autres, Hervé Maurey, centriste et Nicole Duranton « Les Républicains », ne sont pas sur la ligne de Gérard Larcher. Ils pourraient voter favorablement la réforme initiée par le Président de la République. Les deux sénateurs eurois, proches de Bruno Le Maire aujourd’hui ministre, ne peuvent faire autrement. C’est aussi cela la politique….

Référendum?

L’option est tentante lorsqu’on sait que 85% de français pensent qu’ils y a « trop de parlementaires » et que la réforme est nécessaire. Mais constitutionnellement cela pourrait être improbable, le vote du congrès étant la voix incontournable…!?

Categories: Eure, France

Comments

  1. Denis 27 janvier, 2018, 21:20

    Les sénateurs ne défendent pas l’intérêt général. Ils représentent un clan. En tan qu’élu local, je vois bien où sont allés les fonds de Messieurs et Madame les sénateurs de l’Eure.

    Un référendum sur cette question serait le bienvenu. De là à attendre une grosse participation, il y a un pas que je ne franchirais pas !

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*