Rouen, Emmanuel Macron au CHU ce jeudi 5 avril

Rouen, Emmanuel Macron au CHU ce jeudi 5 avril

Le Président de la République visitera jeudi le service de diagnostic de l’autisme du CHU de Rouen. Visite qui s’inscrit dans le cadre du plan pour l’autisme, présenté dans quelques jours par le gouvernement. Emmanuel Macron avait fait promesse de se pencher sur la situation de l’autisme, en France, laquelle a pris un retard considérable dans la prise en compte de cette pathologie qui frappe aujourd’hui une naissance sur 100, contre une naissance sur 5 000 dans les années 70.

Aujourd’hui, le corps médical estime à 700 000 le nombre de personnes atteintes par la maladie. Beaucoup d’entre elles ne sont pas diagnostiquées, ce qui pose un sérieux problème pour la prise en charge  et 70% des enfants ne sont pas scolarisés à plein temps, seulement quelques heures par semaine.

Le plan gouvernemental prévoit l’amélioration de la prise en charge, la détection au plus près de la réalité du nombre de personnes atteintes et un suivi efficace des enfants.

Le Président de la République annoncera, officiellement, les mesures qu’il entend prendre avec la ministre de la Santé et le Premier ministre.

Les députés communistes de Seine-Maritime montent au créneau

Sébastien Jumel, Hubert Wulfranc et Jean-Paul Lecoq, députés communistes de Seine-Maritime, profitent de la visite présidentielle pour interpeller Emmanuel Macron sur le plan du gouvernement, « Si toutes les initiatives allant dans le sens de l’amélioration de la prise en charge globale des personnes autistes sont à saluer, le plan du Gouvernement en la matière ne saurait cacher tous les mauvais coups qu’il porte au monde hospitalier et au CHU de Rouen en particulier, ainsi qu’aux personnes en situation de handicap, frappées au porte-monnaie. » Et poursuivent, «  Concernant le CHU de Rouen, le ministère de la Santé, via l’Agence Régionale de Santé de Normandie, exige la suppression de 80 postes équivalents temps plein. Des suppressions de postes qui pourraient se traduire par la perte d’une équipe du SMUR.

« Un CHU dont le service des urgences est actuellement en grande souffrance, faute de places d’hospitalisation en nombre suffisant. »

Les personnes en situation de handicap elles-mêmes font les frais des choix budgétaires du Gouvernement qui percutent leurs ressources tels que : la prise en compte des revenus du conjoint dans le calcul de l’Allocation adulte handicapé (AAH), la fusion des deux compléments de ressources des bénéficiaires de l’AAH, la perte de la prime d’activité des travailleurs reconnus handicapés ou encore, la hausse de la CSG qui impacte certains invalides pensionnés.

Les fondements de la sécurité sociale et de l’hôpital public sont aujourd’hui menacés par les choix d’austérité du Président Macron qui vient à Rouen en opération de séduction. Les Français ne sont pas dupes ».

Crédit photos: fiv.fr et élus communistes.


Categories: Eure

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*