Régionales, un entre-deux-tours la tête à l’envers

Régionales, un entre-deux-tours la tête à l’envers

Ces Régionales 2015 auront été ce que la politique aura produit de pire en matière de manœuvres, de contradictions et de positionnements abracadabrantesques. L’on aura vu des partis politiques aux abois, des candidats plus préoccupées par les sièges à pouvoir que par l’intérêt général et des électeurs déboussolés par des discours lénifiants venant de tous bords. Un ensemble d’ingrédients qu’il convient d’oublier rapidement, quels que soient les résultats de dimanche, car il est clair que les gagnants et les perdants ne sortiront pas grandis de cette opération électoraliste, dont le but principal n’est certainement pas le bien-être des citoyens.

D’abord, il faut rappeler que les Régions françaises, celles d’hier et de demain, n’ont aucun pouvoir politique. Ce n’est pas dans ces enceintes que l’on décide de la politique Agricole commune, de la fiscalité générale, de la Sécurité intérieure, des missions des Forces Armées, de l’Économie du pays, du système de Santé, de l’Éducation Nationale, etc etc…

L’organisation des Régions se limite à des décisions administratives et techniques. Leurs budgets, ridicules, sont dédiés à la construction de lycées et à leur entretien, aux transports régionaux et à l’aide aux entreprises, en gros…Il n’y a pas de quoi fouetter un chat, même si la mission reste intéressante. La politique, au sens plein du terme, est inexistante. Elle peut parfois s’entrevoir sur certains sujets, notamment dans la distribution de subventions. Mais voilà, les élus jouent aux grands décideurs sans lesquels rien ne serait possible. En réalité, leur engouement, inavoué, c’est le siège, le poste, l’indemnité. C’est vrai dans, au moins, 70% des cas. De plus, être élu à la Région, ou le département permet de viser d’autres charges: député, sénateur, voire ministre et pourquoi pas Président de la République…Sur cette dernière prétention, l’offre est beaucoup plus restreinte…S’ajoutent toutes les gratifications obtenues lorsqu’on justifie son statut d’élu…Il ne faut pas être étonné, dès lors, que nombre d’entre eux défendent encore le cumul des mandats et leur longévité dans le temps et des renouvellements à gogo.

A cela, il faut ajouter que les partis politiques ont aussi un intérêt financier. Plus ils comptent d’élus, plus leurs caisses se remplissent via les cotisations de leurs élus. An niveau national, les subventions de l’État sont proportionnelles aux nombre d’élus, députés et sénateurs.

Une semaine folle

Vu et entendu des déclarations, positionnements, rapprochements, alliances, impossibles hier. Il a fallu un premier tour des régionales et son lot de surprises pour renier un passé des plus récents. Ainsi, les responsables socialistes ordonnent à leurs listes arrivées en 3ème position de se retirer « pour sauver la République« . Les listes PS du Nord et de PACA obtempèrent, c’est leur droit. Celle du Grand Est refuse majoritairement, c’est aussi son droit, mais le PS ne l’entend pas ainsi et menace. Xavier Bertrand, tête de liste « Les Républicains » et centristes, jubile. Il remercie, se confond en conjectures, s’incline et félicite le PS. Ce même PS qui, pour Monsieur Bertrand, était, depuis toujours, « incompétent« , « cynique« , « sectaire« . Le voilà qui va être élu grâce aux incompétents, aux cyniques et aux sectaires. Il va même créer une structure, dans la Région, pour demander à la gauche son avis et l’impliquer dans ses décisions…!? Il souhaite être conseillé par des  d’incompétents, cyniques et sectaires.

…Au même instant, la tête de liste PS en Ile-de-France, Claude Bartolone, déclare que son adversaire « Les Républicains », Valérie Pécresse « défend Versailles, Neuilly et la race blanche ». Erreur grossière de tir, Madame Pécresse n’a jamais fait dans l’injure raciste…Une tirade qui pourrait lui coûter un ou deux points, dimanche.

Descendons dans le sud où la liste socialiste, arrivée en 3ème position se retire et appelle au vote en faveur de Christian Estrosi pour faire barrage à Marion Maréchal-Le Pen. Le maire de Nice s’enflamme d’émotion pour son adversaire socialiste Christian Castaner, lequel lui offre la présidence de la Région sur un plateau. Monsieur Castaner et le PS n’avaient pas de mots assez durs pour dénoncer la proximité, assumée, de Christian Estrosi avec Le FN et Jean-Marie Le Pen. Un maire de Nice qui trouvait que des ponts devaient être posés entre le RPR devenu UMP et le Front National, parce que « les deux partis partagent beaucoup de points ». Aujourd’hui, c’est une autre musique (momentanée ?)

Le FN n’est pas en reste. Marine Le Pen et ses troupes n’ont aucune vision de la Région, pas de programmes ficelés. Leur campagne a été de dénoncer le pouvoir socialiste, « aider par leur allié objectif: Les Républicains » »….

Dimanche, le FN ne présidera aucune Région (très probablement). Peut-être une seule, avec beaucoup de chance et de votes de dernière minute. Gauche et droite vont pouvoir danser en rond, en attendant la grande bataille de 2017. Alors, Christian Estrosi ne fera plus les yeux doux aux socialistes de PACA, il rappellera leur bilan du quinquennat, reprendra les arguments d’incompétence, de cynisme et de sectarisme…Xavier Bertrand ne sera pas en reste et aura oublié l’origine de sa victoire dans la Région Nord…Marine Le Pen, à défaut de présider des Régions, continuera son ascension. Le nombre de ses élus aura été multiplier pas trois. Aujourd’hui, elle ne peut gagner faute d’alliance, mais la barre des 50% dans une élection à deux tours pourrait être atteinte, surtout si le folklore de cette semaine s’installe durablement….

Gauche et droite, voient en le FN un concurrent qui vient picorer dans leur assiette. Peut-être que si les vraies réformes arrivaient, un emploi pour tous, des impôts dignes, un système de Santé adapté aux besoins réels, une éducation nationale qui ferait le nécessaire pour des enfants de 11 ans sachent lire et écrire, des retraités vivant correctement de leurs pensions etc etc, la liste est longue, alors oui le FN ne serait plus un danger pour personne.

Categories: Région

Comments

  1. Henri Clément 12 décembre, 2015, 16:03

    Voilà de bonnes observations, une bonne compilation de dysfonctionnement démocratiques, oui.
    Mais brillante analyse non ! Désolé cher M. Alcala de vous porter contradiction sur votre conclusion.
    Car comment peut on démontrer d’un côté le dysfonctionnement flagrant d’un système, sa corruption, et donc son incapacité à faire « les vraies réformes »
    et de l’autre côté conclure que le FN reste un danger que ces « vraies réformes » écarteraient naturellement ?
    D’abord ces vraies réformes ne viendrons évidement jamais car la croissance non plus.
    Mais surtout :
    Planté dans le cul de cette démocratie corrompue que vous mettez pertinement à nue, le thermomètre FN indique des 30 à 40% de fièvre létale, mais pour vous non, cela reste le thermomètre qui est dangereux, pas la pathologie d’un système en implosion suicidaire.
    Avouez qu’il est difficile de suivre le raisonnement.
    Mais si les lecteurs le trouve brillant… pourquoi les politiques se gêneraient-ils pour en développer de pareil ?
    CQFD.

  2. ericp27 12 décembre, 2015, 09:33

    brillante analyse avec laquelle on semble tous d’accord, je me permet juste d’y ajouter que l’Etat devra tot ou tard montrer l’exemple, et faire de réelles économies.
    le peuple se serre la ceinture depuis longtemps déja, mais l’Etat lui?
    nombre de sénateurs et leurs indemnités
    nombre de députés et leurs indemnités
    le gachis annuel dénoncé par la cour des comptes
    etc etc………
    sinon, le vote FN a encore de beaux jours devant lui (ou l’abstention)

  3. christian renoncourt 11 décembre, 2015, 21:43

    Entièrement d’accord José !

  4. Patrick 11 décembre, 2015, 21:31

    J’approuve le contenu de cet article et j’ajouterais que du fait en effet que le Conseil régional comme le Conseil départemental appliquent des mesures légales décidées à un niveau supérieur, il en résulte que si un certain nombre d’électeurs font une différence entre la droite et la gauche pour les élections nationales et municipales, je voudrais connaitre pour rester en Normandie le pourcentage d’électeurs qui sont capables de dire que la politique actuelle de la région est de gauche ( je dirais la même chose pour n’importe quelle autre région ou n’importe quel autre département)

    D’où l’intérêt de fusionner les conseils régionaux et départementaux en tant qu’instances politiques ( sans qu’il soit question dans mon esprit de supprimer le département en tant qu’entité administrative qui fait partie de notre histoire et de notre identité depuis deux siècles)

  5. max vermorel 11 décembre, 2015, 17:28

    quel analyse brillante et tellement vraie. décidément votre blog est à lire régulièrement

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.