régionales 2015, Bruno Le Maire n’a pas obtenu l’investiture

régionales 2015, Bruno Le Maire n’a pas obtenu l’investiture

Premier grand coup de semonce pour Bruno Le Maire. Ce soir, la Commission Nationale des Investitures de l’UMP, consacrée aux régionales, a retoqué le député de l’Eure qui s’était porté candidat. Il a été devancé par Françoise Guégot, députée de Seine-Maritime et Véronique Louwagie, députée de l’Orne. Elles ont obtenu 12 voix contre 6 à Bruno Le Maire. En se portant candidat, l’ancien ministre a précisé qu’il ne briguerait pas la tête de liste, ni plus tard la présidence de la Normandie. Il a, aussi, fait savoir son souhait de faire liste commune avec l’UDI. C’est à se moment que des élus haut-normands ont soupçonné Bruno Le Maire de vouloir favoriser son homologue eurois Hervé Morin pour prendre la tête de liste UMP-UDI et ensuite de l’aider à accéder à la présidence de la grande Région et ceci avant même que des négociations soient engagées avec l’UDI. Pour se défendre, le député de l’Eure aurait déclaré aux membres de la Commission que s’il était élu il « siègerait à la région tout en restant député ». Des membres de l’UMP lui auraient reproché cette attitude alors qu’il s’est toujours déclaré contre le non-cumul des mandats. Et Bruno Le Maire de préciser que c’est Nicolas Sarkozy qui lui a demandé de se porter candidat. Prévenu de l’incident au sein de la Commission, Nicolas Sarkozy est entré dans la salle pour calmer le jeu. Un député présent rapporte que le président de l’UMP a laissé le vote se faire sans intervenir.

Si la situation est celle-ci, c’est Hervé Morin qui sera privé de la tête de liste et probablement de la présidence de la Région. Bruno Le Maire avait obtenu l’excellent score de presque 30% à la primaire pour la présidence de l’UMP. C’est la première, fois depuis son ascension politique, qu’il essuie un tel revers.

 

Categories: France

Comments

  1. Elgar 3 mars, 2015, 19:16

    Bruno Le Maire faisait partie du fameux vol Air France 007 qui a, le 22 février dernier, mis 24 heures pour relier New York à Paris. Il a, en tant qu’élu parlementaire, écrit au PDG d’AF, Frédéric Gagey, pour lui signifier son mécontentement (et celui des autres passagers du vol), pour dénoncer le manque de professionnalisme du personnel vis à vis des passagers fatigués et mal informés du déroulement de ce vol pénible à tous égards et pour remettre en cause les règles actuelles de décompte temps de vol des pilotes de la compagnie:

    http://www.lopinion.fr/sites/nb.com/files/2015/02/airfrance_0.pdf

    Dénoncer les conditions déplorables de prise en charge des passagers est louable et compréhensible. Par contre, porter un jugement critique sur la décision de la compagnie aérienne de ne pas déroger au quota horaire règlementaire d’un pilote me paraît déplacé voire même révélateur de ce sentiment de toute puissance affiché par bon nombre de politiques. La sécurité aérienne est régie par une règlementation très stricte élaborée par des spécialistes du transport aéronautique. On peut comprendre que BLM aurait préféré arriver à bon port « on time ». Il ne détient en revanche, jusqu’à preuve du contraire, aucune compétence spécifique permettant de modifier les règles de sécurité du transport aérien.
    Le PDG d’AF lui a répondu immédiatement par une lettre d’excuses, assortie d’explications précises concernant les circonstances particulières de ce vol tout en rappelant que la contrainte prioritaire pour une compagnie aérienne est de maintenir « le plus haut niveau de sécurité de ses clients » et en proposant un dédommagement immédiat aux passagers concernés.

    Inspiré de sa dernière aventure, il serait très utile et instructif pour le député de l’Eure d’emprunter le train sur le trajet qui le conduit de Paris, où il habite, vers sa circonscription normande. Il y aurait là, manifestement, de quoi l’offusquer des conditions de transport que subissent quotidiennement ses électeurs Eurois et stimuler sa verve épistolaire à l’encontre des dirigeants SNCF. Certes, le récit d’un parlementaire évoquant les vicissitudes du transport ferroviaire régional est moins prestigieux que celui d’un passager de vol international mais ne manquerait assurément pas, étant donné la dimension politique de son auteur, de susciter de la part des dirigeants SNCF une réponse tout aussi rapide et claire que celle de leur homologue d’AF. Sans compter qu’une telle démarche ne manquerait pas d’être appréciée par un bon nombre de normands écoeurés par la dégradation scandaleuse de leurs conditions de transport.
    Je crains malheureusement que Bruno Le Maire n’accorde qu’un minime intérêt à des contingences aussi loco-régionales. Son objectif est national, il s’y consacre implacablement.

  2. Paule GERVOIS 3 mars, 2015, 08:47

    Nous apprenons que finalement Bruno LE MAIRE aurait été nommé « chef de file  » pour les Régionales en NORMANDIE NOUVELLE .
    Chef de file = marionnettiste ou tête de liste ……suspens .
    Je persiste à dire que l’union UMP-UDI est une erreur .
    En 2007 ,au premier tour de la présidentielle le CENTRE rassemblé ,à l’exception des centristes qui avaient rejoint et formé l’UMP , le CENTRE donc était le 3 ème parti de FRANCE et le FN était derrière .
    Le FN est depuis en tête de peloton selon les sondages ..On ne peut plus parler de BIPARTISME . Merci le FN ;-( Donc le CENTRE INDEPENDANT devrait reprendre toute sa place sur le nouvel échiquier .
    C’est mon humble avis .

  3. ben oït 27 février, 2015, 08:48

    Bruno Le Maire est bien décevant malgré ses nombreux diplômes il navigue un peu à vu essayant d’accéder à un poste de ministre quitte à s’allier avec ses ennemis d’hier. En tant que député de l' »Eure il s’est efforcé de placer de jeunes loups ambitieux et sans expériences du terrain lors des dernières municipales. Le département de l’Eure est un tremplin pour lui qui habite un bel appartement à Paris et qui vit dans la capitale. Tout cela n’est pas très logique mais ainsi vont certains hommes politiques qui se préoccupent plus de leur carrière que de leurs concitoyens.

  4. Eugène27 25 février, 2015, 08:13

    Il est vrai que l’on peut faire confiance en ce que dit BLM : numéro 3 sur la liste municipale UMP d’Evreux, il passe tou d’un coup à la dernière place pour pousser la liste comme il dit.
    Selon Paris Normandie, il ferait la même chose pour les régionales. A quoi cela sert-il ? Les électeurs n’ont pas le droit de choisir ceux qui les dirigeront pendant un mandat? Ils n’ont le droit qu’à des têtes d’affiches qui ensuite choisiront des sous fifres pour faire le boulot quotidien ?
    Au final, à la fin du mandat, s’il y a eu des soucis, les têtes d’affiche peuvent de nouveau se présenter en s’écartant du bilan de leurs anciens amis ?
    Il serait bien que BLM se rappelle qu’il est député d’Evreux et non VRP de l’UMP ou de lui-même. A quoi servent ses tournées dans les départements, ses rencontres avec Ban Ki Moon? L’ONU va-t-elle envoyer des casques bleus à Evreux ?
    M. Le Maire, il faut choisir : faire sans cesse campagne, sans jamais s’exposer et parvenir quoi qu’il arrive à se maintenir en dehors du flot ?
    Un pauvre mandat local ne l’intéresse pas. Il a un destin national. Peut-être mais alors pourquoi gruger les électeurs en faisant voter sur son nom ?

  5. Diamant 18 février, 2015, 14:28

    Bruno Le Maire n’est pas un novice. Il sait parfaitement ce qu’il fait.
    En agissant ainsi à la commission nationale d’investiture de l’UMP, il savait très bien qu’il allait « flinguer » la possibilité pour Hervé Morin de présider la future Normandie réunie.
    Résultat : Il place son poulain UMP à la tête du département et il écarte son seul rival Normand de la région.
    On en pense ce qu’on en veut, mais c’est bien joué et c’est une fois de plus H. Morin qui est le dindon de la farce.
    Quel naïf celui-là !

  6. Kondiaronk 18 février, 2015, 13:24

    L’autre politique de Bruno le Maire réduite en bouillie … Quel dommage 🙂

    A force de jouer entre les lignes, à force de faire le contraire de ce que l’on dit, cela finit par se voir. La ficelle était sans doute un peu grosse. A ce niveau de responsabilité politique, ce double langage en devient presque insultant ! Quand on a de l’ambition, on se bat sous sa propre bannière plutôt que de pousser les autres en tirant les ficelles dans les coulisses. On ne se cache pas, on s’affirme quitte à prendre des risques et des coups. Ces gens-là se préparent toute leur vie pour ces échéances, et M. le Maire esquive systématiquement.

    Cela a fonctionné aux municipales à Évreux, souhaitons que les Départementales sanctionnent la stratégie le Maire du « dedans-dehors ». Pour ce qui concerne les régionales, ça sent le sapin mais attention aux tripatouillages UMP-UDI 🙂

  7. Paule 18 février, 2015, 08:15

    MDR ! adieu veaux, vaches, cochons ,couvées …….Adieu les promesses …..
    .Le CENTRE INDEPENDANT RASSEMBLE va peut-être enfin pouvoir se construire dans la Nouvelle NORMANDIE avec ou sans H. Morin . C’est un bien pour le CENTRE ,mais c’est aussi un bien pour l’UMP .
    Il devrait s’en suivre un affaiblissement du FN et un retour aux urnes des citoyens …Ces deux effets ne seront certainement pas immédiats mais se feront sur le long terme .

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.