Qu’il aille au diable!

Qu’il aille au diable!

Éditorial

Il a pour lui d’être excellent tribun, malin et surtout politicard avisé. Il pensait que son heure était arrivée et n’a pas apprécié la défaite, vécue comme un affront. Vexé, il déverse sa bile. Sa voix se fait plus rauque, son rictus s’étire sur le côté d’une bouche en accent circonflexe. Et l’on retrouve la petite teigne couvrant d’injures de jeunes journalistes et d’autres citoyens en désaccord, osant des questions peu amènes. Ses sourires forcés, pour faire gentil, ne trompent pas ceux qui savent scruter le regard, souvent fuyant. Le politicard est un vrai méchant en tenue de camouflage. Il faut le savoir et cela s’est vu au lendemain du 23 avril. Alors que la gauche et la droite républicaines sonnaient l’alarme sur ce prochain second tour de tous les dangers, la teigne recule, ne dit rien, refuse de se prononcer avec des prétextes fallacieux…et aujourd’hui se fend d’une vidéo pour expliquer qu’il ne dira pas son vote…Il l’avait fait en 2002, clairement.

Ses militants ne partagent pas, majoritairement, son attitude. Leur positionnement politique, à la gauche de la gauche, ne saurait souffrir d’illégitimité, car être de gauche n’est ni une maladie, ni une perversion y compris lorsqu’elle est combattue sur le fond pas ses opposants. Défendre les intérêts d’une frange importante de la société française est même un devoir. Ces 20% d’électeurs qui l’ont exprimés par leur vote, ont eu raison. Mais voilà, il a manqué quelques points pour se qualifier. C’est la dure réalité de la démocratie et celle-ci impose de s’incliner. Pour autant, le combat ne se termine pas par cette soirée du 23 avril. Il doit et va continuer pour ces millions de français et sans doute, un jour la victoire sera au rendez-vous. Pour l’heure, un choix s’impose au sein de cette gauche absente du second tour. Notre teigneux ne semble pas le comprendre. Il reste muet. Pourquoi? Existe un début d’explication, comme un souhait intime, inavouable: favoriser la victoire finale de la surprise qui monte et profiter du marasme engendré ensuite. Si tel est son sombre calcul, qu’il aille au diable!

 

Categories: France

Comments

  1. José Alcala Author 5 mai, 2017, 15:27

    @ Jean-Christophe
    La libre expression est de mise sur Caméra Diagonale. La seule réserve est l’injure et la diffamation. Et puis je ne vais pas adopter un comportement que je dénonce.

  2. Thibsib 5 mai, 2017, 13:24

    Merci en tout cas pour ces instants de liberté d’expression que nous pouvons avoir, sympathisants de tous bords.

    Non, bien sur Monsieur Alcala, je ne vous attribue pas tout mon déroulé, loin de là. Ce serait effectivement manquer d’honnêteté intellectuelle, et je crois faire mon possible sur ce sujet.

    Que l’on puisse dire de Mélenchon qu’il a un sale caractère, et qu’il est exécrable avec les journalistes, je suis d’accord, et je trouve cela dommage (mais je sais aussi la propension du milieu à venir chercher la petite phrase assassine et ne rien retenir d’autre d’un discours sur l’écologie, la répartition des richesses, ou la démocratie, cela en est souvent désespérant).
    Le problème du traitement de la personnalité est qu’elle fait trop souvent appel aux émotions et non aux faits, nous sommes dans ce cas dans un traitement subjectif, voir biaisé.
    Nouvel exemple :
    Mélenchon (comme ses militants, et moi même si j’ai bien compris) rêve d’un monde sans presse.
    Fait réel : dans son programme, point n°8, il prévoit une loi anti-concentrations des médias (dont 90 % pour la presse appartient à une poignée de milliardaires qui vivent du marché du luxe, des commandes publiques, réseau, BTP et armement : on comprend vite que ça coince un peu). Le programme prévoit également de renforcer le statut juridique des rédactions afin de garantir l’indépendance des rédactions et de protéger les sources vis à vis du pouvoir économique.
    A contrario, La Loi Macron prévoyait la protection du secret des affaires (pour ceux qui ont un peu de mémoire).
    La France est classée 39ème au rang mondial de la liberté de la presse : quel est alors le choix politique susceptible de la faire progresser ?
    Je n’ai rien contre le suffrage universel, au contraire, cela me parait essentiel et je m’y soumet sans difficulté, ni pince à linge ni gants de vaisselle (mais pas sans cerveau). Il me semble tout aussi essentiel que les médias dans leur globalité ne professent pas de petits mensonges par omission, exagération et manque d’analyse.

    L’information qui m’a parue essentielle est que JLM appelle à ne pas voter pour le MLP. Celle qui a été retenue par la presse et l’opinion est qu’il encourage l’abstention en ne disant pas pour qui il va voter.
    Je pense que JLM en a fait plus pour reconquérir les classes populaires que n’importe quel candidat et en les reprenant sur le terrain du FN mais pas encore assez.

    Désolé pour la ringuardise de mon propos, Jean-Christophe, je ne voulais pas heurter votre modernité.

    Bien à vous, toutes et tous.

  3. Jean-Christophe 5 mai, 2017, 11:36

    Monsieur Alcala
    pourquoi ouvrez-vous vos colonnes à ces gens, qui de toute façon n’ont que leur militantisme ringard à proposer? Ce que je lis dénote de leur aversion pour la simple démocratie. J’observe qu’avec Dupont-Aignan vous n’êtes pas tendre non plus, mais ça leur échappe, apparemment.

  4. José Alcala Author 5 mai, 2017, 10:07

    @ Thibsib
    J’espère que vous ne m’attribuez pas tout votre déroulé « fait réel », « fait journalistique », ou alors c’est que votre honnêteté intellectuelle est plus que douteuse. Vous me répondrez, éventuellement…
    Non Monsieur, je le répète, ce n’est en aucun de la détestation envers ce Monsieur. Mais je sais, comme militant de gauche vous n’acceptez pas que l’on puisse dévoiler la vraie personnalité de leaders politiques, or elle fait partie des éléments d’information, élémentaires. Vous êtes sur la même ligne que certains militants de la droite de la droite et de l’extrême-droite. La critique vous insupporte..
    Vous rêvez, comme Mélenchon, d’un monde sans presse, sans ces « enfoirés de journalistes », comme dit votre chef. Vous ne supportez pas le suffrage universel quand il ne vous est pas favorable, comme votre chef. Il serait beau ce monde sans presse: plus rien ne serait dévoilé, décortiqué. Les brutalités de toutes provenances mises sous le boisseau (suivez mon regard local), plus d’images sur les grandes causes, et je pourrais vous délivrer des tonnes d’exemples. Arrêtons-nous là. De grâce, n’oubliez pas votre pince à linge, sur le nez, dimanche.

  5. Thibsib 5 mai, 2017, 00:20

    C’est marrant que Mélenchon en soit à cristaliser plus de haines à son encontre que Marine Le Pen herself.
    Je vois que Monsieur Alcala en est à détester ce monsieur, pour faire ce genre d’article, je cherche le factuel et je n’en trouve pas.

    Le fait journalistique : Mélenchon fait le jeu du Front National.
    Le fait réel : il dit « faites ce que vous voulez mais ne votez pas Le Pen ».
    Le fait journalistique : Mélenchon est l’ami des dictateurs
    Le fait réel : Amnesty international, ainsi que Jean Ziegler soutiennent les propositions de Mélenchon dans son programme sur les droits de l’homme.
    Le fait journalistique : Mélenchon n’a pas de programme, il n’est pas chiffré, et est irréalisable
    Le fait réel : son programme a été bouclé à l’automne 2016 et vendu à 200 000 exemplaires à Noël, il a fait une émission de 5 heures sur son chiffrage tout en débattant avec des journalistes de journaux classés à droite dans cette même émission.
    Fait journalistique : Mélenchon espère par calcul politicien que Marine Le Pen va l’emporter
    Fait réel : Mélenchon a toujours combattu Le Pen, père ou fille en allant jusqu’à prendre le risque de se planter à Hénin Beaumont en 2012 en étant candidat sur le terrain de MLP. Il a perdu. Si c’est pour aller à la gamelle, c’est certainement plus celle qu’il s’est prise plutôt que celle qui l’a nourri.
    Fait journalistique : Mélenchon est antisémite
    Fait réel : Mélenchon soutient les Palestiniens et pas l’extrême droite israelienne
    Fait journalistique : Mélenchon est intraitable avec les journalistes.
    Fait réel : Mélenchon est intraitable avec les journalistes.
    La nature du problème est peut-être là et je peux comprendre le ressentiment à ce sujet. Néanmoins, cela n’a pas valeur d’analyse politique.

    Pour ma part, je vais voter Macron, sans aucune conviction, bien décidé à ce que le pourcentage de MLP soit le plus faible possible (par sentiment patriotique peut-être, pour ne pas avoir honte de mon pays). Je peux comprendre que certains insoumis s’abstiennent après avoir vu leur mouvement et son leader descendus par la plupart des journaux appartenant à 90 % à une poignée de milliardaires. Ce n’est, à mon avis, pas une bonne idée, mais c’est simplement le système d’élection de la 5ème république qui touche à ses limites.

    Mais pitié, svp, arrêtez de demander à toutes et à tous un vote sans conditions à E Macron, cela en devient contreproductif. L’injonction et le lavage de cerveau ne font pas une démocratie.

    Bien à vous, toutes et tous chers électeurs.

  6. José Alcala Author 4 mai, 2017, 22:33

    @ Simon G.
    Bon, qu’est-ce qui vous décoiffe, que je me paye Mélenchon? Absolument, cela fait parti du job et sans me prendre pour le FOG ou le Joffrin local. Je me prends pour moi-même, ce qui est déjà une responsabilité…Mélenchon m’indiffère et je n’ai pas à l’aimer ou le détester. Il se fait qu’il est un homme public et qu’à ce titre il parle, s’expose, agit, en politique. Les idées qu’il défend n’entrent pas, ici, dans le champ critique. Le personnage, selon moi, est vulgaire et grossier. Ainsi, quand il prend à partie un jeune journaliste, stagiaire envoyé sur le terrain, (mais il y a beaucoup d’autres exemples) qu’il insulte méchamment (de mémoire, « ton métier de merde, de crève la faim.. ») au prétexte que la question posée ne lui convenait pas. A un autre « tu dégages d’ici » etc..avec tutoiement à la clé et un mépris à lui déformer le visage. Et bien, personnellement j’assume mes écrits. Je conçois votre déplaisir, mais cela ne changera rien. Alors certes, ce n’est qu’un papier d’humeur, pratique totalement assumée dans la presse française. Un éditorial par définition est partisan. Que vous le classifiez dans les propos de comptoir n’est pas mon affaire mais la vôtre. Je vous suggère, par conséquent, de ne plus vous rabaisser à les lire, parce que vous n’aurez pas fini d’être déçu. Sondeur d’âme, certainement pas!. Quant au rictus ce n’est nullement une interprétation, mais une constatation physique (images d’archives).
    Enfin, l’éditorial porte, essentiellement, sur sa position bancale pour le second tour. Sur un air de faux-cul en Sol Majeur, il nous explique ne pas vouloir voter pour le FN, mais refuse de dire que le vote Macron est l’option la moins pire, laissant le doute s’installer auprès de ses militants. Pourquoi cette attitude diamétralement opposée à sa déclaration de 2002? Nous avons, en Mélenchon, un politicard qui par ses comportements envers autrui et ses manigances politiciennes mérite largement ce billet d’humeur.
    Pardon si je vous fais tomber d’accord avec M. Clément, mais j’ai depuis longtemps constaté que l’extrême droite et la gauche de la gauche avaient des points communs, sur la forme au moins.
    Bonne continuation à vous aussi.

  7. Simon G. 4 mai, 2017, 21:39

    M. Alcala, je suis régulièrement votre site d’information, il me permet de suivre la politique locale alors que je n’ai pas le réflexe d’acheter des journaux papiers et ne suis que trop peu souvent par ici… mais enfin quel est l’intérêt de ce genre de papier? Vous n’aimez pas Mélenchon? Nous le savons (depuis au moins la dernière campagne présidentielle : http://cameradiagonale.fr/melenchon-melenchon-melenchon/ ). Est-ce pour autant une raison de nous en faire part ici? Surtout avec ce genre de psychologisme à deux sous. Il n’est pas question de vous interdire quoi que ce soit, vous vous en doutez bien, mais enfin un propos de comptoir reste un propos de comptoir… même avec une carte de presse et sous le nom d’un édito! Ne soyez pas notre Laurent Joffrin ou autre FOG local… A ma connaissance, vous n’êtes ni un sondeur d’âme ni un interprète de rictus certifié et ma foi je crois que cela nous convient.
    … et je vous supplie de ne plus me faire tomber d’accord avec M. Clément!
    Je vous souhaite bonne continuation.

  8. HACHET 4 mai, 2017, 09:47

    Très bon article, M. Alcala.
    A l’issue du 1 ° tour, Jean Luc Mélenchon était redevenu, le politicard teigneux et sans personnalité.
    S’il doit attendre l’avis de 450. 000 personnes avant de se prononcer, élu, qu’aurait il fait devant Trump ou Poutine? Aurait il consulté les Français avant de répondre?
    Poltron et immature, il n’ose même pas dire pour qui il va voter!
    Quand à son questionnaire, il est hypocrite et malhonnête. Dire que le choix du vote pour le FN ne fait pas parti des choix « des insoumis » est anti démocratique. Nous aurions préféré voir cette possibilité de choix clairement écrite avec comme score final :0,0%. La réponse aurait été claire.
    Nous comprenons son « tour de passe passe » : le lundi 24 avril, on annonçait que 16% de ses amis allaient voter pour le FN; quelques jours plus tard, les médias parlaient de 20% et hier le chiffre de 24% a parcouru les ondes. Certes, les estimations ne sont que des estimations mais le fond est bien là. Les Mélenchonniens constituent aujourd’hui le 2° Front National de notre pays.
    P.H

  9. François L. 2 mai, 2017, 19:02

    @ José Alcala
    Comme vous aviez raison. Mélenchon vient de réussir son coup par son silence calculé: 65% de ses électeurs viennent de faire savoir qu’ils ne voteront pas Macron, via le site internet. Votre chronique est juste. Moi je ne dis pas qu’il aille au diable, mais qu’il aille se faire f…..

  10. José Alcala Author 2 mai, 2017, 10:36

    @ fdefdg27
    Un éditorial, comme une tribune, est une prise de position et non un article journalistique classique où l’on doit respecter, au mieux, l’équilibre. Donc, j’ai analysé, à travers des éléments en ma possession et mon regard habitué à la vie politique, la personnalité de Mr Mélenchon. C’est mon droit. La presse, les journalistes et les citoyens, sont libres en France. Est-ce que cela vous a échappé?

    Ensuite, vous aurez remarqué que je ne cible aucunement les électeurs et les militants de Jean-Luc Mélenchon, qui ont bien le droit de défendre et de voter pour le candidat de leur choix.
    Non, c’est bien la personnalité politique qui est le sujet de mon éditorial. Le chef, l’homme qui vit de politique depuis 30 ans et plus, qui a été ministre de Jospin et dont on ne voit pas les changements opérés en matière de formation professionnelle, l’ami de Mitterrand qu’il sublime…J’ai été, dans ce texte, très soft. J’aurais pu aller plus loin, mais ne souhaite pas trop charger la barque sans risque de tomber dans l’excessif.
    Qu’est-ce que je dis, in fine? Que Monsieur Mélenchon, dans son for intérieur, souhaite, sans le dire la victoire de Marine Le Pen. Pourquoi? Pour, espère-t-il, voir le pays s’enfoncer et en recueillir les bénéfices ensuite, en devenant, croit-il, le vrai chef de l’opposition.

    J’ajoute le comportement tordu du Che de pacotille. Pourquoi investi-t-il dans des circonscriptions, des candidats « France Insoumise » face à des candidats locaux du Parti Communiste? C’est le cas dans l’Eure et ailleurs.
    Ainsi, tout est calcul chez lui. Il accuse les autres candidats de tous les maux de la terre, alors qu’il est lui-même un pur produit de la politique politicienne. Je m’arrête là. Ses électeurs feront ce qu’il voudront et votre serviteurs écrira ce qu’il a envie d’écrire.
    Cordialement à vous.

  11. fdefdg27 2 mai, 2017, 06:06

    @josé Alcala je trouve de vous y allez un peu fort (qu’il aille au diable!) plutôt a mettre dans votre article suivant au sujet de Nicolas Dupont-Aignan vous dite il n’a pas apprécié la défaite,je pens et dit les insoumis es aussi. Vexé, il déverse sa bile. Sa voix se fait plus rauque, son rictus s’étire sur le côté d’une bouche en accent circonflexe. Et l’on retrouve la petite teigne couvrant d’injures de jeunes journalistes(merci a certain d’entre eux d’avoir fait monter le FN avec les sondages a la noix et sa pub) et d’autres citoyens en désaccord, osant des questions peu amènes. C le politicard est un vrai méchant en tenue de camouflage. Il faut le savoir et cela s’est vu au lendemain du 23 avril. Alors que la gauche et la droite républicaines sonnaient l’alarme sur ce prochain second tour de tous les dangers, la teigne recule, ne dit rien, refuse de se prononcer avec des prétextes fallacieux…et aujourd’hui se fend d’une vidéo pour expliquer qu’il ne dira pas son vote…Il l’avait fait en 2002, clairement.Je pense qu’il n’avait
    pas a influencer le moment important de la consultation des insoumis es pour le second tour.
    Le message est clair.
    Le second tour de l’élection présidentielle aura lieu le dimanche 7 mai. Il opposera la candidate de l’extrême droite et le candidat de l’extrême finance.
    Aucun·e d’entre nous ne votera pour l’extrême droite. Pour autant, doit-on donner une consigne de vote?
    Comme cela avait été indiqué depuis le lancement de la campagne présidentielle, nous organisons la prise de parole des insoumis·es à propos de la position qu’ils adoptent personnellement sur le second tour de l’élection présidentielle. Il ne s’agit pas de donner une consigne de vote mais de faire connaitre la position des insoumis·es.
    Nous vous invitons donc à nous faire part de votre choix parmi les différentes possibilités ci-dessous. Cette consultation sera close ce mardi 2 mai à 12H00 et est réservée aux signataires de la France insoumise enregistrés avant le dimanche 23 avril à 22H00.
    il n’y a pas plus clair non?
    pour moi c’est fait et j’observe que JLM a respecté l’engagement comme cela avait été indiqué depuis le lancement de la campagne présidentielle sur cette consultation
    à visualisé aussi
    https://www.facebook.com/JLMelenchon/photos/a.10150182498938750.330639.11450328749/10155323513693750/?type=3&theater
    j’aime bien l’analyse de M. Clement Henri
    La preuve ? J.L. Mélenchon a fait en six mois ce que Marine Le Pen a fait en 10 ans… démonstration que le FN pourrait-être balayé en deux temps trois mouvements (merci pour eux des infos etc grâce aux caravanes des insoumis es.) et j’aime aussi ce qui précède La boucle et Bouclée
    je pense que les Cars Macron vont faire fortune direction Paris quelque soit le résultat du 7 Mai 2017
    Cordialement

  12. RAOULT E. 30 avril, 2017, 08:29

    « Cette gauche absente au second tour » ? On appelle ça comme on veut.

  13. Denis 29 avril, 2017, 13:57

    « Après moi, le chaos ». Je crains que ce ne soit là le « petit » calcul de Mélenchon.

  14. Henri Clément 29 avril, 2017, 09:14

    M.Mélenchon (que j’ai soutenu, eh oui !) a fait œuvre utile : il a redéfini un être à gauche, à la fois un projet et une identité de gauche délimitée et substantielle. Ceci au moment où, oui, cet être de gauche sombrait en schizophrénie (la grande contradiction entre progrès social et progrès du capital marchand) et était réduit à sa paranoïa (les vieilles hallucinations collectives antifascistes et antiracistes entretenues).
    Ce projet comporte la perspective d’une redéfinition des institutions (6e République) mettant en cause le régime présidentiel et donc le principe même du 2e tour éliminatoire de cette présidentielle, moment paroxystique des tambouilles malsaines d’une classe politique corrompue et rejetée. Il serait incohérent de griller cet investissement, d’user d’un principe que l’on condamne à la veille des législatives !
    Ceci alors même que la victoire de M.Macron est évidement actée.

    Parce qu’il est un aguerri de la politique politicienne qui n’a plus rien à prouver ni de gamelle à gagner pour lui-même (c’est déjà fait, merci pour lui !), il a bien compris (lui, et pas Marine Le Pen) que la logique de marché électoral, comme tout marché, n’est pas un processus productif en soi (sinon productif de subventions), mais juste le débouché spectaculaire de rapports de forces préalablement construits.
    La preuve ? J.L. Mélenchon a fait en six mois ce que Marine Le Pen a fait en 10 ans… démonstration que le FN pourrait-être balayé en deux temps trois mouvements.
    Dès lors le vote Macron est un marché de dupe sans autre contrepartie que le maintient du FN repoussoir à haut niveau. Or la diabolisation n’a plus de valeur sur le marché ! de fausse monnaie !

    A contrario, le PC moribond, corbillard de la classe ouvrière en remorque des insoumis, lui, se fera champion du vote Macron parce qu’il n’a rien d’autre à vendre que de l’antifascisme en toc : le passage en force des lois travail type El Komeri-Macron encore aggravé demain sera sa planche de salut. Je cite un ami militant PC-CGTiste : « il faut élire Macron pour obtenir les moyens de le combattre ». Tout est dit de la marchandisation dérisoire des parodies de luttes syndicales… qui confortent le FN !
    La boucle est bouclée.

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*