Mais qu’est-ce qu’il a, ce Macron ?

Mais qu’est-ce qu’il a, ce Macron ?

Phénomène durable ou bulle passagère? Illusion d’optique ou réelle épaisseur? Emmanuel Macron fascine spontanément  et énerve parfois. Le constat est qu’il est un vrai jeune, en âge, en idées, en prestance. Qu’il soit devant un micro face à des milliers de convaincus dans des salles chauffées à blanc, ou dans des usines et places de marché, l’homme transgresse les règles vieillottes que droite et gauche se disputent pour le pire sans le meilleur. Emmanuel Macron parviendra-t-il a déjouer les pièges que vont lui tendre tous ceux qui ne s’entendent que sur un seul point: le faire chuter.

De l’extrême-droite à l’extrême-gauche en passant par la gauche et la droite de gouvernement et les divers centres, la cible est désignée: celui qui les empêche de dormir et de « politicailler » en rond. La mission va être rude, pour eux, car le nouveau venu trace sa route sans se laisser distraire. Sa force est réelle et sa volonté indéfectible. Comment croire qu’il n’est qu’une bulle passagère qui s’écrasera sur la première difficulté? Comment ce jeune homme a-t-il surgi un beau matin, sans crier gare? Pourquoi a-t-il trouver autant d’adhésion alors qu’il n’avait qu’une infime expérience en politique?

La facilité d’être

Une partie des réponses se concentre dans la nature même d’Emmanuel Macron. Sa personne fait 50% de son succès: Sympathique, empathique, charismatique. On le regarde, on l’écoute et le constat est sans appel. Son sourire, constant, est naturel. Il n’engueule pas les gens, ne fronce pas les sourcils, ne vocifère pas, ne martèle jamais « ses » vérités, mais tente de convaincre par l’argumentaire. Autre constat et non des moindres: il ne s’en prend jamais à ses adversaires, ne les injurie pas et ne prétend pas qu’ils sont mauvais. Il fait comprendre des réalités et la nécessité pour le pays de se tourner vers une autre politique: celle qui rassemble, à la fois, dans l’intérêt général et de chaque citoyen.

Côté projet

Il aurait une vision précise de la France d’aujourd’hui et espère convaincre les citoyens, de tous bords, à changer de logiciel, selon l’expression consacrée. Il connait les difficultés qui l’attendent d’ici le mois d’avril. A ce jour, il n’a tracé que des tendances mais suffisamment éloquentes pour attirer l’attention. La France que le jeune homme propose serait celle des meilleures aspirations de la droite et de la gauche enrichies de nouvelles idées. Le libéralisme d’Emmanuel Macron ne s’apparenterait nullement au libéralisme traditionnel prôné par nombre de politique représentants l’ensemble de l’échiquier. Selon lui, il s’agirait d’un principe nouveau qui mettrait la collectivité et l’individu au centre  du débat. Par exemple, la Finance devrait servir l’intérêt du plus grand nombre et non le plus grand nombre au service de la Finance. Il sait de quoi il parle, Emmanuel Macron, pour avoir évolué dans le milieu. Peut-il avoir le droit d’en tirer des leçons bénéfiques? Ses détracteurs le pointent du doigt comme un pur produit de la Banque, surgissant avec un faux-nez et en envoyé spécial. Mission spéciale, s’il en est, assez stupide. Il est nécessaire, par conséquent, d’attendre les prochains jours et semaines pour se faire une idée précise des intentions du candidat à la présidentielle.

Un mouvement « En Marche »

La télévision nous montre des jeunes, et moins jeunes, exprimer leur satisfaction d’avoir rencontré Macron. Certains ne savent expliquer leur « coup de foudre ». D’autres disent ne plus supporter ceux, de droite et de gauche, « qui perdurent depuis des décennies avec le même discours, les mêmes tics, coups de menton, mensonges, incapacité à tenir leurs promesses et se disputent le pouvoir pour le conserver ». Ces nouveaux venus emboitent le pas au mouvement En Marche et mettent toute leur énergie dans sa réussite. 120 000 adhérents et le nombre croît chaque jour. Affirmer qu’en politique rien n’est possible sans un parti en soutien, est aujourd’hui démenti. Sauf à accepter que le mouvement En Marche puisse se substituer, sans problème, à un parti.

Des cars qui roulent

Il est très curieux, et instructif, d’entendre les adversaires déclarés d’Emmanuel Macron et les autres, qui attendent pour se déclarer, dire, à la fois, qu’il n’a réalisé que la mise en place des fameuses lignes régulières d’autocars. Pour un ministre qui n’a exercé que quelques mois, force est de constater que la réussite est réelle: 4 000 emplois à ce jours, directs et induits, plusieurs compagnies d’autocars créées, des centaines de milliers de voyageurs qui n’auraient pas voyagé de la sorte pour raison de prix prohibitifs en avion et TGV. La France était le seul pays au monde à ne pas exploiter, en lignes régulières, les autocars. Des français l’avaient rêvé, Macron l’a fait.

Que peut-il faire le 23 avril et le 7 mai 2017?

Nul ne peut affirmer de réponse. La tendance est à une montée spectaculaire dans l’opinion publique. La progression s’arrêtera-t-elle en février ou mars? Tout est possible, mais en l’espèce Emmanuel Macron ne fera un score ridicule, dans le plus mauvais des cas. Si l’engouement prend de l’ampleur, tout sera possible pour lui: qualification pour le second tour et la porte pour l’Elysée lui sera entr’ouverte. Sait-on jamais!

Categories: France

Comments

  1. Denis 19 janvier, 2017, 07:43

    Pour la 1èrefois de ma vie d’électeur, je vais faire un choix de 2e dès le 1er. Macron est loin de mes idées. Mais je ne veux surtout pas de Fillon dont le projet politique est la destruction des classes moyennes. Je voterai Macron le 23 avril, sans état d’âme.

  2. Ben OÏT 17 janvier, 2017, 19:55

    Macron n’est pas « prisonnier » d’un parti, en cela il est libre avec aussi l’ inconvénient que cela comporte en terme se soutien technique, de logistique. On parle de « renouveau » dans notre département pour Lemaire, force est de constater que le député de l’Eure n’a rien de moderne! Ses méthodes sont hélas celles du passé. En cela Macron m’intéresse, j’espère qu’il n’aura pas trop de peau de banane sur son chemin et qu’il pourra défendre normalement ses chances.

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*