Présidentielle, des médias et politologues choisissent leur camp

Présidentielle, des médias et politologues choisissent leur camp

 On les attendaient, ils arrivent à une semaine et demi du premier tour. Des médias appuyés par des politologues et autres commentateurs, entament une opération de déstabilisation envers le candidat Macron. Derrière cette ressemblance d’information, c’est une propagande à peine voilée qui s’installe dans la dernière ligne droite pour faire élire François Fillon, coûte que coûte. Ce sont des faits constatés qui aboutissent à cette analyse.

Il est question ici d’entreprises d’information, de journalistes vedettes, de politologues en vue et non de journalistes de terrain.

Les propagandistes les plus actifs se trouvent sur la chaine BFM-TV. Il suffit d’entendre, entre autres, le patron d’Elabe, Bernard Sananès et les journalistes de la chaine Thierry Arnaud et Eric Brunet. Ce dernier a fait de ses analyses approximatives une vraie spécialité. Fin 2011 il éditait un livre intitulé « Pourquoi Nicolas Sarkozy va gagner ».  Il poursuit comme si rien n’était. Leur musique est une vraie fanfare. Ils la jouent à longueur d’émissions et dégagent une ligne unique qui se résume à ceci, « Macron est très fragile…40% d’électeurs tentés disent qu’ils peuvent encore changer d’avis….on ne voit toujours pas où Emmanuel Macron veut mener le pays s’il était élu….le sprint se joue entre 4 candidats dans un mouchoir de poche et François Fillon peut ramasser la mise dans les 3 derniers jours…Fillon est en train de réitérer son exploit de la primaire de novembre, positionné loin derrière Juppé et Sarkozy il réussit à remonter ses adversaires au cours des deux dernières semaines….La réalité est différente. Ils sont deux candidats, en tête, dans un mouchoir de poche avec 24% et deux autres situés entre 4 et 6 points derrière, 17 à 19%.

Contorsionnistes de chiffres

Dans leur discours, ils font semblant de ne pas voir que Macron est devancé de peu, 1 ou 2 points, par Marine Le Pen qui reste en tête dans deux sondages sur trois, depuis sept semaines et que François Fillon ne dépasse pas, durant la même période, les 19% dans le meilleur des cas. L’on peu toujours estimer que le leader d’En Marche puisse s’écrouler, mais à 11 jours il est encore à touche-touche avec Marine Le Pen. Tout est possible, mais la tendance qui se dégage est une réalité. Ces commentateurs ont beaucoup de mal à l’admettre.

Ils utilisent Mélenchon

Devant ce constat, qu’ils refusent de commenter, les mêmes sont allés chercher Mélenchon. C’est vrai, le candidat de la France Insoumise fait une percée des plus remarquables. De 12%, il vient d’atteindre les 18% en moyenne de l’ensemble des instituts de sondages. L’astuce est assez claire. Jean-Luc Mélenchon leur permet toutes les spéculations possibles, « Il peut créer la surprise en se qualifiant pour le second tour face à Marine Le Pen ». Traduction: Mélenchon peut empêcher Macron de se qualifier. En filigrane: la grande trouille du communisme fera converger des électeurs de droite, tentés par Macron, vers François Fillon…

Plus équilibrés, sur la même chaine BFM-TV, les journalistes Ruth Elkrief et Laurent Neumann. Leurs commentaires et analyses ne laissent entrevoir de préférence politique. C’est ce qui leur est demandé. Pourtant, une désinformation intoxique les réseaux sociaux sur une hypothétique préférence de BFM-TV pour Emmanuel Macron. Ce qui ne peut être démontrer.

Politologue politisé

Sur LCI  l’équilibre est périlleux. Des habitués de l’émission d’Yves Calvi,  « 24 heures en questions », comme le politologue Dominique Reynier, souvent invité et tente de « vendre », en permanence, le projet Fillon. Il en a le droit, mais devrait s’en abstenir dans son rôle d’analyste. Monsieur Reynier est davantage sympathisant « Les Républicains », puisqu’il en a été le candidat aux régionales de 2015 en Midi-Pyrénées et avait été battu. Il cible Emmanuel Macron comme candidat « baudruche » et voit en « François Fillon le candidat du sérieux avec le meilleur programme« . Tout est dit. D’autres se relaient sur le plateau avec la même hauteur de vue: expliquer que François Fillon, malgré les affaires qui le frappent et sa mise en examen, reste le plus crédible sur tous les plans.

Haro sur le service public

France 2, malgré les fausses informations diffusées, ne privilégie aucun candidat. Les questions embarrassantes, des journalistes, sont posées sans distinction d’étiquette. La chaine publique n’arrive à se débarrasser de cette image « gauchiste », donnée essentiellement par les partisans de Marine Le Pen, François Fillon et Nicolas Dupont-Aignan. Dans les faits cela se révèle absolument faux. L’ensemble des reportages et émissions politiques le démontrent aisément.

Presse écrite engagée et équilibrée

En matière de préférence idéologique, la presse écrite a aussi ses têtes. Le Figaro met actuellement les bouchées doubles à défendre le projet Fillon. Un bémol cependant, le quotidien de droite n’a jamais hésité à rendre compte, sans retenue, des affaires du PenelopeGate, il faut lui reconnaitre cette qualité dans l’équilibre de l’information.

Challenges, hebdomadaire économique, a une tendance plutôt positive pour le projet Macron. Cela n’empêche pas sa rédactrice en chef, Ghislaine Ottenheimer, souvent invitée dans des émissions de débat de critiquer le leader de En Marche sur beaucoup d’autres sujets de son programme. Elle le fait, néanmoins, avec honnêteté intellectuelle et cela change la nature du propos.

Se détache du lot, dans la ligne éditoriale « A droite toute », le magazine « Valeurs Actuelles », qui sous la houlette de François d’Orcival, affiche la couleur: sans François Fillon point de salut

La Schizophrénie du chroniqueur

Un chroniqueur de l’Express, abonné sur toutes les chaines plus souvent qu’à son tour, possède un talent des plus rares: il est capable d’expliquer tout et son contraire à quelques heures d’intervalles. Exemple: « Oui Macron peut gagner parce que maintenant il a un projet et surtout un atout: être neuf en politique..« . Puis le lendemain sur une autre chaine, « Macron a un problème, son projet reste flou pour le plus grand nombre, de plus il se fait passer pour un homme nouveau alors qu’il a quand même été ministre de l’Économie jusqu’en 2014.. ». Cela s’appelle, exercice schizophrène de l’information.

Jean-Louis Debré, aussi, prend position

Il n’est pas journaliste, ni commentateur, ni patron de presse. Il a été ministre de l’Intérieur de Jacques Chirac en 1995, député de l’Eure entre 1986 et 2007, puis Président du Conseil Constitutionnel de 2007 à 2016. Jean-Louis Debré votera pour Emmanuel Macron le 23 avril prochain, selon l’Express et l’Opinion. Ouvrir le lien ci-dessous:

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/elections/presidentielle-le-chiraquien-jean-louis-debre-votera-emmanuel-macron_1898156.html

 

 

 

 

 

Categories: France

Comments

  1. Denis 22 avril, 2017, 14:30

    @Henri

    Je me suis rangé derrière personne. Je garde mes convictions. Si j’avais voté avec mon cœur, j’aurais voté Hamon. Mais, à quoi sert de voter pour quelqu’un qui n’a strictement aucune chance d’être qualifié au 2e ? Donner une voix à Hamon, c’est donner une voix à Fillon pour qu’il se qualifie au 2e tour.

    Maintenant, le cas Mélenchon. Je ne crois pas qu’il puisse gagner contre Fillon. Et puis, il y a des aspects de son programme qui ne me convienne pas, même si j’en partage beaucoup d’aspects. Son interdiction du financement privé de la culture et du mécénat m’interroge. Le projet de Macron sur l’éducation et la culture, sur le financement de l’assurance par la CSG en élargissant l’assiette, la disparition des régimes spéciaux me convient tout à fait. Ce qui me rassure paradoxalement chez Macron, ce sont ses soutiens venus de la droite : Delevoye, Villepin, Debré. En cas de 2e tour, Mélenchon – Macron, il faudra que je prenne le temps de relire dans le détail le programme de Mélenchon qui est plus proche de mes idées que Macron. Je n’ai pas encore décidé.

    Quand on est de gauche, je crois que la 1ère des choses à faire, c’est d’éviter d’avoir un Président de droite comme Fillon dont le projet finira par assassiner les classes moyennes et pour qui l’intérêt général est le cadet de ses soucis.

    NB Concernant les anciens rédacteurs de VM, la majorité voteront Mélenchon ou Hamon. C’est leur droit le plus strict et c’est un choix que je respecte. Pour ma part, je n’apporte aucun soutien à Macron. Alors pour ceux qui seraient tentés de me faire un procès en sorcellerie, je leur rappellerais que je n’ai pas voté Chirac en 2002, contrairement à cette masse d’abrutis qui ont défilé entre les deux tours, ne comprenant rien aux lois de l’arithmétique électorale élémentaire. J’ai voté blanc. Je n’ai jamais voté pour un homme de droite. Et concernant Macron, il m’apparaît comme un homme de centre gauche, à l’image de Hollande et de très nombreux « socialistes » qui n’ont de socialistes que le nom ! Ce n’est pas en votant Macron que je vais changer quoi que ce soit à mes idées et mon engagement.

  2. José Alcala Author 20 avril, 2017, 11:46

    @fdefdg27
    Oui, c’est bien ce que j’ai répondu, votre adresse mail avec prénom et nom figure bien dans votre envoi..!!??
    L’interdiction de diffuser des sondages dans les 15 derniers jours, oui pourquoi pas. C’est aux décideurs de décider. Je ne sais si cela changerait le scrutin au final.

  3. fdefdg27 19 avril, 2017, 13:04

    @José Alcala vous lisant depuis longtemps et sachant fort heureusement que vous en êtes le modérateur pour en supprimer les commentaires injurieux ou diffamatoires contre des candidats, j’étais surpris que les articles des 10 et 12 avril ne comportaient aucun commentaire.Les réponses faite a M Henri Clément m’éclairent d’aventage penssant comme lui. Je sais également qu’un article sans commentaire ne veut pas dire qu’il n’est pas lu. Vous me dites sur Caméra Diagonale les commentateurs doivent laisser une vraie adresse mail (qui n’apparait pas publiquement), même s’ils signent avec un pseudo.je ne comprend pas, j’ai peut être fait une erreur car c’est la premier fois que j’écris un commentaire sur votre Blog mon adresse Email demandée pour vous envoyez un commentaire comporte mon prénom et Nom régis.capet@etc etc mon pseudo fdefdg27 en tant qu’ancien agent edfgdf à Louviers(27).je pensai que le modérateur visualisait ces infos. Votre point vu: Quant à interdire les sondages, ce ne serait pas une bonne idée pour la démocratie et le droit à l’information.Le mien: la bonne idée peut être au moins les interdire les 15 derniers jours Cordialement un insoumis

  4. José Alcala Author 19 avril, 2017, 11:17

    @ Henri Clément
    Je prends acte de votre réponse. Cependant,1) j’insiste sur un point important: vous écrivez, que Caméra Diagonale (et Voie Militante, je réponds pour Caméra Diagonale) « semblent se ranger implicitement du côté de M. Macron » et sans points d’interrogations, alors pourquoi écrivez-vous « en mettant des points d’interrogations »? 2) vous me reprochez d’avoir relayé un meeting pro-macron. J’ai relayé ce rendez-vous qui m’a été envoyé par le Mouvement En Marche de Vernon, comme je l’aurais fait de la part de n’importe quel autre candidat s’il m’avait envoyé la même invitation. Il se fait qu’aucun autre n’a eu l’idée. Seuls des candidats aux législatives m’ont invité par SMS à leur conférence de presse de candidature que j’ai couvert normalement. Il s’agit des candidats de droite de la 4ème et 5ème circonscription et d’un candidat communiste de la 4ème circonscription. Enfin, sans y être invité par les intéressés j’ai couvert des équipes diverses sur les marchés, pour la présidentielle: France Insoumise, François Asselineau, Lutte Ouvrière, Les Républicains, PCF, Les centristes.
    Enfin, moi non plus je n’ai rien à vendre, ni à prouver ici ni ailleurs.

  5. Henri Clément 19 avril, 2017, 10:50

    M.Alcala, on aprécie justement que vous soyez direct et critique, sinon on ne se hasarderait pas à commenter ici. Celà dit, quel tir d’artellerie ! Non, je n’ai rien affirmé de « manière impérieuse » en posant que CM « semblait » se ranger d’un côté ou de l’autre en mettant des points d’interrogations. C’étais une manière de débat : on comprend mieux un écrit quand on comprend mieux « d’où l’auteur parle ». Or, contrairement à vos habitudes, vous aviez relayé l’annonce d’un meeting pro-Macron. C’est un fait signifiant, un constat, pas une critique !
    Donc, non, il ne peut y avoir de « plantage » dans ma question… moi, je n’ai rien à vendre, ni à prouver ici ! Je ne milite que pour la participation active des citoyens au débat. Le reste…

  6. José Alcala Author 18 avril, 2017, 19:41

    @ Henri Clément
    Décidément, vous persistez dans le plantage et l’approximation. je vous en donne la preuve immédiatement: vous affirmez que je me range implicitement du côté de M. Macron. Alors, ni implicitement ni explicitement. Il n’est pas mon candidat, puisque mon vote de dimanche ne sera pas celui-là, au premier tour. Pour le second tour, tout dépend des finalistes. Vous avez beaucoup de mal à comprendre des choses très simples et j’ai déjà eu l’occasion de m’en expliquer: ce n’est pas parce que je souligne des aspects à priori positifs, selon mes analyses de journaliste, sur Emmanuel Macron que le citoyen que je suis sera son électeur. Dans l’autre sens il m’arrive d’avoir un oeil très critique sur d’autres politiques pour lesquels j’ai voté ensuite..
    Moralité: ne soyez pas si sûr de vous en décrétant quelque ânerie et vous serez davantage pris au sérieux. Enfin, exprimez-vous en évitant la phraséologie un tantinet impérieuse, parce que par moment l’on se demande si vous comprenez ce que vous écrivez. Pardon d’être aussi direct mais vous le cherchez.

  7. Henri Clément 18 avril, 2017, 17:39

    Camera diagonale et – plus surprenant pour moi – Voie Militante, en reprise de service pour l’occasion, semblent donc se ranger implicitement du côté de M.Macron. Bon, pourquoi pas, mais pourquoi ne pas le dire ?.
    Alors quoi ? L’épouvantail Mélenchon servirait les Fillonistes contre M.Macron. Oui, comme l’épouvantail FN en a servit bien d’autres. Rien de nouveau, faut-il s’en étonner ? De la à dire comme M. Denis S. que les insoumis travaillent pour F. Fillon, n’est-ce pas, comme il l’écrit sur son blog de la « réécriture des Contes de la folie ordinaire » ?
    Ce qui m’interesse dans ces lignes c’est de voir à quel point nous pouvons tous devenir paranoïaques et quasi complotistes quand ont se prête au jeu électoral et qu’on s’entiche plus ou moins secrètement d’un champion ambigü.
    Vouloir chercher de la cohérence et de l’objectivité dans la chronique des chroniqueurs de campagne, comme dans la critique des contre-attaques à trois bandes des écuries en fin de course me semble une entreprise aussi déséspérée que la recherche de représentativité populaire dans le processus électoral !
    Egoïstement, sachant d’avance que dans deux semaines je n’aurai pas voté pour le prochain président, je me félicite de ne pas avoir ce genre de souci.

  8. José Alcala Author 18 avril, 2017, 16:00

    @ fdefdg27
    Je ne suis pas sûr d’avoir compris la totalité de votre commentaire. Je retiens, tout de même que, selon vous, « les sondages devraient être interdits »….
    Je crois comprendre, néanmoins, que les articles des 10 et 12 avril ne comportent aucun commentaire. Cela vous amène à dire que c’est comme une salle vide pour Macron. Détrompez-vous! un article sans commentaire ne veut pas dire qu’il n’est pas lu, sinon les articles avec 3 ou 4 commentaires ne seraient lus que par 3 ou 4 visiteurs. Évidemment, cela ne correspond pas à la réalité. Il y a une explication plus rationnelle: sur Caméra Diagonale les commentateurs doivent laisser une vraie adresse mail (qui n’apparait pas publiquement), même s’ils signent avec un pseudo. Cette exigence retient beaucoup de potentiels commentateurs qui n’osent se dévoiler. En tout état de cause j’use de mon rôle de modérateur pour supprimer les commentaires injurieux ou diffamatoires contre des candidats et il y en a beaucoup actuellement. Quant à interdire les sondages, ce ne serait pas une bonne idée pour la démocratie et le droit à l’information.

  9. Denis 18 avril, 2017, 13:32

    La droite se sert de Mélenchon et du retour salvateur de la gauche socialo-communiste, selon l’expression consacrée, comme épouvantail à moineaux.

    Tout à fait d’accord, José, avec votre analyse !

  10. fdefdg27 18 avril, 2017, 13:04

    M.Alcala sur vos deux articles du 10 et 12 Avril aucun commentaire un grand plaisirs pour moi aucun succès et une salle vide pour le soutien dans marche quant a Le Maire il y longtemps qu’il aime le Tango,il a la même attitude que bien des politiciens qui en vivent jusqu’à y toucher une retraite et une bonne même en ayant que 20 annuités.Il ne faut prêter aucune attention aux sondages qui servent a manipuler les petites têtes.Ceci figées a un petit écran ou beaucoup de journalistes me désole dans leur façon d’informer ne lisent même pas les programmes.Heureusement que les réseaux sociaux et les bénévoles des insoumis ont fait de juin 2016 un travail formidable d’informations et d’explications des droits et des devoirs du peuple.Les sondages devraient être interdit Point Final

  11. Zébulon 14 avril, 2017, 07:47

    analyse très pertinente. Pour se rendre compte de l’opinion des citoyens il n’y a qu’à écouter leurs commentaires dans la rue, les commerces, les réunions publiques,familiales, amicales.Beaucoup d’entre eux critiquent sévèrement les journalistes dans leur ensemble. La profession en prend plein son grade et très peu se remettent en question apparemment car après les affaires Fillon, le risque Mélenchon, la peur du FN et « l’ange Macron » ils parlent des autres candidats par obligation et leurs reportages sont plus qu’orientés ! Ce qui serait intéressant c’est de savoir qui pilote ses journalistes derrière les feux de la rampe ?

  12. laulau274 13 avril, 2017, 22:36

    une règle d’or
    ne prêter aucune attention aux sondages !
    point final

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*